VéloSoleX

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vélosolex
Solex 3800. Ano 1966-1.jpg
Vélosolex 3800
Constructeur Drapeau : France Solex
Années de production 1946 - 1988
Production totale Sept millions exemplaire(s)
Type Cyclomoteur
Moteur et transmission
Moteur(s) Monocylindre
2 temps refroidi par air
Cylindrée 45 puis 49
Alimentation Solexine (sans plomb 95 +2 % d'huile)
Embrayage Centrifuge
Transmission Par galet
Vitesse maximale 30-35 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Frein avant Patins
Frein arrière Patins puis tambour
Poids et dimensions
Roue avant 175/19
Roue arrière 175/19

Le VéloSoleX (marque déposée), plus communément appelé Solex, est un cyclomoteur dont le moteur a été créé par la société de mécanique française Solex. Il en a été produit plus de sept millions, sous plusieurs versions, de 1946 à 1988.

En tant que cyclomoteur, il pouvait se conduire en France sans permis et dès l'âge de 14 ans. Légère, rustique et économique, « la bicyclette qui roule toute seule » (selon un slogan des années 1950) a été très populaire chez les lycéens, les étudiants et les ouvriers. C'était en quelque sorte la 2CV des cyclomoteurs[1].

La production a été assurée d'abord à Courbevoie puis dans (au moins) deux autres usines situées à Asnières et Mâcon, avant d'être regroupée en 1975 à Saint-Quentin après le rachat de la marque par Motobécane[2]. La marque a également produit des bicyclettes au début des années 1970[3].

Une tentative de relance a eu lieu en Hongrie de 1998 à 2002 (société Impex). En 2006, la marque Solex et son esthétique vintage ont été reprises pour un cyclomoteur électrique dessiné par Pininfarina et produit en Chine, l'e-Solex.

Modèles avec moteur à galet[modifier | modifier le code]

Le moteur du solex est situé sur la roue avant

Le VéloSoleX n'est pas le premier engin à moteur sur la roue avant, ni le premier à disposer d'une transmission par galet. Cependant, une grande industrialisation, permettant un prix très bas [4], une fiabilité correcte, un entretien simple, etc. ont permis une énorme diffusion de ces modèles.

Le modèle emblématique de la marque, le S3800, nommé familièrement le « SoleX » et surnommé « la bicyclette qui roule tout seule », est mu par un petit moteur disposé sur la roue avant.

Le petit moteur deux temps, à vilebrequin en porte-à-faux asymétrique, de 49 cm³ de cylindrée, est placé au-dessus de la roue avant, qu'il entraîne directement par un « galet »[5]. Le démarrage se fait par pédalage ou « à la poussette ». Ce type de conception peut provoquer une usure relativement rapide du pneu, ainsi qu'une transmission peu efficace lorsque le pneu est mouillé, voire un démarrage impossible lorsqu'il a gelé la nuit et que le galet n'a pas été nettoyé la veille de ses traces de boue.

Le bloc situé au-dessus de la roue contient aussi le réservoir, l'ensemble du système de transmission et d'allumage, ainsi que le phare[6]. Le tout peut être entouré d'un pare-chocs. Le pot d'échappement descend le long de la roue avant. Il n'y a pas de boîte de vitesses.

L'arrêt du moteur se fait par un décompresseur en tirant une manette située au guidon. Il n'y a pas d'interrupteur électrique tel qu'une clé de contact. Il n'y a pas non plus de poignée rotative d'accélération mais une manette de décélération [7]. Le freinage est assuré par un frein à patins à l'avant et un petit frein à tambour à l'arrière [8]. La poignée de frein avant est couplée à la commande de décélération du carburateur et de débrayage [9]. Le réglage des freins se fait aisément, sans outils, par enroulement du câble autour d'une clé [10].

La transmission peut être débrayée, le moteur basculé en arrière, de manière à libérer totalement la roue, ce qui facilite l'utilisation du véhicule en mode bicyclette. Le cadre est dénué de suspensions. Une petite boîte à outil métallique est logée sous le porte-bagage.

Les modèles, du prototype au e-solex et Vélosolex d'aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Solex 1010 de 1957
Solex 2200 de 1962
VeloSolex (Sinfac) 3800 allemand de 1974

Le premier Vélosolex a été vendu en 1946. Depuis cette date, plusieurs millions d'exemplaires ont été vendus en France et à l'étranger, en particulier aux Pays-Bas dont la géographie se distingue par un relief peu accidenté (les moteurs des Vélosolex néerlandais étaient de couleur brune et non noire). Des importateurs et des constructeurs sous licence Vélosolex ont été présents jusque dans cinquante-sept pays.

On sépare les modèles comme suit :

  • le prototype en 1941 dont il ne reste que peu d'exemplaires.
  • le modèle dit « 45 cc » dont il existe de nombreuses évolutions sort en 1946. Son moteur de 45 cm3 développe 0,4 ch à 2 000 tr/min.
  • le 330 sort en 1953, la cylindrée passe à 49 cm3 et la puissance à 0,5 ch.
  • le 660 sort en 1955.
  • le 1010 sort en 1957.
  • le 1400 sort en 1958.
  • le 1700 sort en 1959, avec embrayage automatique et refroidissement par turbine.
  • le S2200 sort en 1961, la puissance atteint 0,7 ch ; il est le premier équipé de l'anti-parasitage. Ce modèle a été fabriqué en deux versions de moteur le V1 et le V2.
  • le S3300 sort en 1964, apparition du frein à tambour arrière, le cadre est maintenant en tôle et plus en tube (similaire au S3800).
  • le F4 est une « réplique » du S3300 pour les enfants, il a un petit moteur à cliquet pour imiter le bruit du moteur.
  • le S3800, le modèle emblématique de la marque, sort en 1966, la couleur fait son apparition avec le S3800 luxe et le S3800 super luxe (il existait toutefois déjà des Vélosolex « export » couleur café, qui étaient vendus aux Pays-Bas, mais non disponibles en France). En 1968, la poignée tournante apparait sur le modèle (un petit curseur vient se glisser contre la came en plastique et tire le cable de gaz.)[11]
  • le 5000 sort en 1971, avec des petites roues, il est disponible en quatre couleurs; le jaune palma, le bleu atoll, le orange et le plus rare, le blanc.
  • le Micron sort en 1968, et a des roues encore plus petites, il possède un moteur de S3800 mais n'a pas de pédales; il est donc assimilé à un vélomoteur nécessitant le permis A1.
  • le Plisolex () sort en 1973, il est très rare car il n'a été fabriqué qu'à 20 000 exemplaires.
  • le 4600 sort en 1974.
  • le Flash 1969 (devenu le 6000) est équipé de freins à disques, d'une transmission par cardan et est refroidi par ventilateur.
  • le Tenor, sorti en 1972 est un cyclomoteur d'architecture plus « classique », la transmission s'effectuant par chaîne. C'est le seul modèle équipé d'un moteur qui n'est pas fabriqué par la marque : les séries L et S sont équipées d'un moteur Franco Morini gyromat puis remplacées par les séries GL et GS équipées du moteur Anker Laura. Il existe aussi un très rare modèle S4 muni d'un moteur Franco Morini à 4 vitesses.
  • le Black'n Roll S4800 sort en 2005 avec l'homologation EU. C'est une version modernisée du S3800. Il n'est pas de la marque Solex mais de la marque Mopex.
  • le e-Solex.
  • le VéloSolex, vélo à assistance électrique pliant sorti en 2010[12]
  • Le Solexity, un vélo à assistance électrique sortit fin 2011. La transmission n'est plus à chaine mais à cardan.

Carburant[modifier | modifier le code]

Un simple mélange d'essence et d'huile pour moteurs deux-temps dosé à 4% fait l'affaire, mais il faut chaque année ou tous les 4 000 km décalaminer[13], opération qui prend environ une demi-heure. Un carburant vendu en bidon nommé Solexine affirme éviter cet inconvénient. Le Vélosolex peut d'ailleurs être muni en option d'un porte-bidon pour la Solexine fixé sur sa fourche avant. Les mœurs de l'époque font qu'aucun cadenassage du bidon ne sera proposé, ni apparemment requis.

La Solexine (qui était distribuée par BP) était habituellement vendue dans des bidons jaunes et verts d'une contenance d'un litre. C'est un mélange pré-dosé à 6 % d'huile au litre d'essence plus quelques additifs. L'essence utilisée était du « sans plomb ».

La consommation modique du Vélosolex sera mise en exergue dans sa publicité avec ce slogan à la fin des années 1960 : « 1 sou (c'est-à-dire cinq centimes de franc) le kilomètre ».

Actuellement un mélange à 2 % dans du sans plomb 95 suffit, du fait de la performance de l’essence et des huiles.

Distributeurs de Solexine[modifier | modifier le code]

  • Il a existé (au moins jusqu'en 2003) un distributeur de Solexine automatique sur le boulevard Saint-Michel à Paris. Comme son monnayeur ne fonctionnait qu'avec des pièces de 5 FRF, le patron des lieux avait gardé un petit stock qu'il utilisait comme jetons (le journal Le Monde lui a consacré un article).
  • Le distributeur de Solexine était également courant dans certaines stations-service BP de province. En fait, il s'agissait d'une pompe à main qui assurait automatiquement le mélange essence-huile. Les distributeurs de mélange étaient courants dans les stations-service et la plupart des modèles permettaient de doser la quantité d'huile à incorporer à l'essence grâce à une molette que l'on déplaçait suivant le pourcentage d'huile voulu.

Options[modifier | modifier le code]

La pièce la plus coûteuse (95 euros environ, neuf) et la plus fragile du Vélosolex est le volant magnétique qui se trouve sur la gauche du moteur (et lui donne sa forme cylindrique) : une chute sur cette partie casse net le carter fabriqué en ABS et le volant en ALU. Aussi, beaucoup de propriétaires de Vélosolex prennent-ils le pare-chocs chromé optionnel (présent sur certaines photos). Il existait aussi un enjoliveur de montant de selle (aluminium), un repose pieds en aluminium, un tablier (grosse bavette) protégeant des projections de boue, des réservoirs additionnels, des porte-bidons de solexine, et bien d'autres options trop nombreuses pour être nommées en totalité.

Le condensateur électrique présent dans le volant magnétique est une pièce d'usure fragile qui doit être remplacée fréquemment (tous les deux ans environ).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Éloges[modifier | modifier le code]

  • Jacques Sternberg, dans son livre Vivre en survivant : démission, démerde, dérive[14] (illustré par Gourmelin), fait un éloge marqué du Vélosolex en l'opposant à la moto sur tous les points :
    • Son moteur, quand le pot n'en est pas cassé, est particulièrement silencieux, permettant d'entendre bruits de la campagne et chant des oiseaux.
    • Sa vitesse limitée à 30-35 km/h permet de jouir tranquillement du paysage et de sentir la brise sur sa peau : pas de tenue de cuir isolant du monde.
    • Le fait de pouvoir « aider » le moteur en pédalant dans les côtes empêche de s'ankyloser.
    • En cas de panne, tandis que le motard est bloqué, le possesseur de Vélosolex relève tranquillement son moteur et utilise son engin comme un vélo simple [15].

Apparitions à l'écran[modifier | modifier le code]

Autres modèles[modifier | modifier le code]

  • Flash, puis 6000, modèle à transmission par arbre sans cardan, sort en 1970.
  • Ténor, à vraie motorisation de cyclomoteur (Franco Morini, puis Anker Laura), avec une suspension arrière et une boîte de vitesses, sort en 1973.
  • L'e-Solex, modèle électrique ressemblant à l'original, mais en fait motorisé par l'arrière, apparu à la fin 2006.
  • Le Black'n Roll 4800 et le Mopelex hybride électricité et essence de la société Mopex, récompensé au concours Lépine 2006.
  • Le VeloSolex 4800, fabriqué en Chine, assemblé à Courrières (62) en France et distribué aux États-Unis par VeloSolex America, LLC.
  • Le VéloSolex, vélo à assistance électrique pliant sorti en 2009.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le vélosolex, documentaire télévisé de la série Design, Arte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Position comparable à celle tenue par le BiC, leur exact contemporain, vis-à-vis du stylo à bille, ou de l'Opinel, pour le canif.
  2. D'après SoleX'in Site SoleX'in
  3. Le montage se faisait à Saint-Pierre-des-Corps sur des cadres fabriqués à Sury-le-Comtal par l'Atelier du Haut-Forez, d'après André Vant : « L'industrie du cycle dans la région stéphanoise », Revue de géographie de Lyon (1974), vol. 49, n° 2, p. 161 - Article téléchargeable sur le site Persée, Ministère de l'Éducation nationale et de la Recherche.
  4. 473 Fr en 1960, soit deux fois le prix d'un vélo simple
  5. petit cylindre rugueux, entraîné par le moteur et tournant sur le pneu
  6. plus proche du lumignon que d'un vrai phare
  7. à main droite, couplée à une 2e manette de blocage et de décompression, reliée aux organes du moteur par une simple tige d'acier
  8. à partir de 1964
  9. à partir de 1959
  10. comme sur une guitare ou un violon, mais avec une portion de section hexagonale permettant son blocage
  11. Fiche technique du solex 3800 sur le site www.le solex.com
  12. Le VéloSolex : vélo pliant à assistance électrique
  13. Opération qui consiste à retirer le dépôt noir lié a la combustion de l'huile et qui réduit progressivement la cylindré du solex ainsi que le flux des gaz d'admission et échappement du moteur
  14. Tchou, École Buissonnière - 1977
  15. ce qui était surtout vrai dans le cas du 1010, et deviendra de plus en plus hypothétique sur les modèles ultérieurs : pneumatiques plus épais et poids croissant de l'engin, associés à un rapport de pédalier faible non muni de roulements (jeu), ne permettent pas d'envisager confortablement plus de deux ou trois kilomètres en pédalage seul)
  16. VeloSolex in New York City from the WSJ Sur le site dailymotion.com - consulté le 12 mai 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • SoleX'in : le site du Vélosolex, avec les futurs modèles envisagés
  • solexclubspirales : évolutions du Solex au fil des années