Usine PSA d'Aulnay-sous-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Usine PSA d'Aulnay-sous-Bois
Image illustrative de l'article Usine PSA d'Aulnay-sous-Bois
Vue panoramique de l'usine
Localisation
Situation Aulnay-sous-Bois, Île-de-France
Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 57′ 48″ N 2° 28′ 59″ E / 48.96333, 2.48306 ()48° 57′ 48″ Nord 2° 28′ 59″ Est / 48.96333, 2.48306 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Usine PSA d'Aulnay-sous-Bois

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Usine PSA d'Aulnay-sous-Bois
Installations
Type d'usine Usine automobile
Superficie 168 5 ha
Fonctionnement
Effectif (2012) 3 500
Date d'ouverture 1972
Date de fermeture 2014
Production
Produits Automobiles
Marques Citroën
Peugeot
Modèles Citroën C3 II
Production (2011) 135 700 véhicules

L'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois est une usine créée par Citroën en 1973 sur le terrain de la ville d'Aulnay-sous-Bois à proximité des autoroutes A1, A3 et A104. Prenant la suite de l'historique du site de Javel, elle a intégré le groupe PSA Peugeot Citroën suite au rachat de la marque Citroën à Michelin par Peugeot en 1976. Sa fermeture est annoncée pour 2014.

Elle comprend une unité de ferrage, de peinture et de montage – deux lignes de montage de 1979 à juin 2008 –, ainsi que tous les équipements annexes d'une usine automobile complète. Elle dispose également de deux unités uniques dans le groupe : un service anti-pollution dans lequel sont mesurées les émissions de tous les nouveaux véhicules qui sera fermé en août 2012 et reconstruit sur le site de Mulhouse, et le conservatoire Citroën inauguré en 2001 dans lequel sont conservés tous les anciens modèles de la marque. Ce site n'est pas un musée et n'est donc pas ouvert à la visite.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entreprise a connu un grand mouvement de grève d'audience nationale en mai-juin 1982, mené en particulier par les ouvriers immigrés pour le respect de la liberté syndicale, les salaires et les conditions de travail. Le conflit entre en résonance avec ceux menés en juin 1982 puis en fin 1983 à l'usine Talbot de Poissy. Les élections de juin 1982 à l'usine Citroën d'Aulnay voient la CGT bondir de 9 à 57 %, la CFDT atteindre 6 %, tandis que la CSL tombe de 82 % à 33 %.

En 1984, un plan de 800 licenciements décapitera la section CGT et, au terme d'une grève qui se termine par un échec, la CSL redeviendra majoritaire jusqu'en 2007 inclus (sous le nom de SIA).

En 2003, la 6 millionième voiture sort des chaînes[1]. En 2004, l'usine a établi un record de production de 418 000 véhicules, pour environ 5 000 employés du groupe PSA (hors sous-traitance et intérim).

En mars 2005, on voit un nouveau mouvement de grève victorieux de huit jours sur la question du maintien des salaires en période de chômage technique, premier conflit d'ampleur depuis 15 ans dans le groupe PSA.

Début 2007, se produit un long conflit de six semaines[2],[3] du 28 février au 10 avril, sur la question des salaires. Cette grève a été très médiatisée et prend part dans la campagne électorale de l'élection présidentielle de cette même année avec la visite de cinq candidats à la présidentielle, dont Arlette Laguiller et Olivier Besancenot, le 7 mars, ou Ségolène Royal le 2 avril[4]. Des artistes comme Idir ou Papa Wemba ont aussi défendu cette grève en proposant un concert de soutien le 14 avril. Les principales revendications sur les salaires, la retraite à 55 ans et le recrutement d'intérimaires n'ont pas été satisfaites[5]. La direction se défend de pouvoir à elle seule résoudre des problèmes comme la hausse des loyers et des transports[6].

En juin 2011, un document interne est révélé par un syndicat, qui programmerait fermeture du site en 2014[7]. Le 12 juillet 2012, la direction de PSA confirme l'arrêt de production de la C3 II pour 2014, la C3 II ne serait plus produite que sur le site PSA de Poissy. La moitié des 3 000 salariés d'Aulnay serait reclassée en interne selon ce projet, et l'autre moitié serait reclassée sur le bassin d'emploi autour du site. Le site lui-même bénéficierait de revitalisation[8].

En 2013, le site connaît une grève de quatre mois de janvier à mai qui entrave l'essentiel de l'activité du site[9]. Le 30 août 2013, la direction de PSA annonce en comité d'entreprise que l'usine d'Aulnay-sous-Bois, dont la fermeture est programmée en 2014, va cesser d'assembler des C3 fin octobre 2013[10]. La dernière sort des chaînes de montage le 25 octobre 2013[11]. Le 25 octobre une C3 vrais-fausse dernière voiture sort des lignes de production. Elle sera achetée par Citroën Héritage, le conservatoire de la marque Citroën et sera exposée sous le nom de Citroën C3 Heritage[12].

Liste des véhicules produits par date de lancement[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Production annuelle de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois
Année 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Production 237 227 259 325 268 819 423 313 401 665 355 003 413 944 447 575 421 281 283 197[14] 299 000 300 430 248 400 218 830 195 500[15] 135 700

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

  • un site de 168,5 hectares
  • 44 hectares de bâtiments
  • 28 hectares d'espaces verts
  • 17 km de voies ferrées
  • 21 km de routes intérieures
  • 8 568 391 automobiles produites[13]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. 6 millionième voiture produite à Aulnay - planète Citroën
  2. PSA-Aulnay entre dans sa troisième semaine de grève sur le site du Monde
  3. Fin de la grève à l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois: dépêche AFP sur le site du Monde
  4. Visite de Ségolène Royal à l'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois sur le site de la candidate
  5. La Tribune, 11 avril 2007
  6. Dialogue social ou jeu électoral, Jean-Luc Vergne, Le Monde, 7 avril 2004, http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-892730,0.html
  7. « PSA envisage de fermer deux sites en France », Le Figaro,‎ 9 juin 2011 (consulté le 9 juin 2011)
  8. « 1973-2014 : l'histoire mouvementée de l'usine d'Aulnay », Challenges,‎ 13 juillet 2012 (consulté le 14 juillet 2012)
  9. « Fin du bras de fer CGT /PSA à Aulnay-sous-Bois », Latribune.fr,‎ 17 mai 2013 (consulté le 20 mai 2013)
  10. http://www.france24.com/fr/20130830-lusine-psa-daulnay-cessera-dassembler-voitures-fin-octobre
  11. http://www.lefigaro.fr/societes/2013/10/25/20005-20131025ARTFIG00216-l-usine-psa-d-aulnay-symbole-de-la-deroute-du-groupe-fabrique-sa-derniere-c3.php
  12. « La vraie-fausse dernière voiture est sortie de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois », 20minutes.fr,‎ 25 octobre 2013 (consulté le 27 décembre 2013)
  13. a et b « PSA Aulnay sous Bois : Quatre décennies et puis s’en va… », Le Blog automobile,‎ 25 octobre 2013 (consulté le 27 décembre 2013)
  14. Tract CGT du 14 novembre 2006
  15. « Site d'Aulnay », PSA Peugeot Citroën,‎ 9 mars 2011 (consulté le 9 juin 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Usine des cadavres ou la fin d'une usine automobile du nord de Paris, roman de Silien Larios, Les Éditions Libertaires, 2013.
  • Avant de disparaitre. Chronique de PSA Aulnay, de Sylvain Pattieu, Éd. Plein jour, 2013.
  • Le Salaire de la vie. Notre travail coûte trop cher, disent-ils, de Ghislaine Tormos et Francine Raymond), Éd. Don Quichotte, 2014.
  • Le bourreau et son double, roman de Didier Daenincks , Folio Policier , 1986.
  • Citroen le printemps de la dignité, de Foriane Benoit, Editions Sociales, 1982.

Liens externes[modifier | modifier le code]