Usine C

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 31′ 20″ N 73° 33′ 38″ O / 45.522296, -73.560532 ()

L'Usine C, 1345 avenue Lalonde à Montréal

Usine C, Centre de création et de diffusion pluridisciplinaire, est un théâtre situé dans le quartier Centre-Sud à Montréal. L'édifice fut construit en 1913 par la Société Alphonse Raymond qui employa de nombreux travailleurs pour faire fonctionner la fabrique de confiture de fruits jusqu'aux années 1970.

Description[modifier | modifier le code]

Un lieu unique pour la création d’ici et d’ailleurs

Fondée en mars 1995 par la compagnie Carbone 14, l’Usine C, située au cœur du quartier Centre-sud de Montréal dans l’ancienne usine Raymond, est devenue un lieu incontournable pour la diffusion de la création contemporaine multidisciplinaire.

En mars 2010, l’Usine C célèbrera son 15e anniversaire. 15 ans d’audace et d’avant-garde, de mélange des disciplines et des cultures, 15 ans à présenter à un public large et varié la création contemporaine d’ici et d’ailleurs, dans toutes les disciplines des arts de la scène.

Du Québec et du Canada, d’Europe, des États-Unis, d’Asie et d’Australie, depuis 15 ans, l’Usine C accueille des créateurs confirmés et en voie de le devenir. Gilles Maheu, Robert Lepage, Denis Marleau, Marie Chouinard, Daniel Brooks, Brigitte Haentjens, Daniel Danis, Paula de Vasconcelos, Marie Brassard, Benoît Lachambre, Sylvain Émard, Louise Bédard, Jacob Wren, Dave St-Pierre tout comme Anne Teresa De Keersmaeker, Claude Régy, Peter Brook, Meg Stuart, Jan Fabre, figure phares de la création en Europe, ont présenté des spectacles marquants à l’Usine C. Codiffuseur du Festival de musique électronique Elektra depuis 2002, l’USINE C participe également à l’émergence d’une culture numérique et multimédia résolument tournée vers le futur.


Un lieu internationalement reconnu

Forts de l’expérience acquise au cours de leurs années de théâtre de rue, de 20 ans de tournée à travers le monde avec Carbone 14 et de la belle aventure d’Espace Libre qui a duré 12 ans, les cofondateurs de l’Usine C, Gilles Maheu et Danièle de Fontenay de concert avec les architectes Saucier + Perrotte, ont eu le souci de bâtir un outil adapté aux besoins de la création.

Ainsi, tout en permettant de préserver une pièce du patrimoine industriel, l’Usine C a doté Montréal d’une salle de diffusion de 472 places qui peut s’adapter à toutes les configurations scénographiques et d’une salle de répétitions et de diffusion d’une capacité maximale de 150 places.

Récipiendaire de plusieurs prix d’architecture, l’Usine C est aujourd’hui reconnu, d’un bout à l’autre du pays ainsi qu’à l’étranger, comme un haut lieu de la création et de la diffusion contemporaine grâce à la qualité des spectacles qui s’y tiennent, de ses installations et de l’accueil de son personnel professionnel et dévoué. Ainsi, de continents à continents, de générations en générations, se tissent des liens qui traversent toutes les frontières, pour le plus grand plaisir des 35 000 spectateurs qui viennent chaque année, à l’Usine C découvrir et partager les courants artistiques actuels parmi les plus marquants et les plus novateurs.

Un lieu d’accueil pour des résidences de création

Depuis près de 15 ans, l’Usine C poursuit une politique artistique ayant pour objectif de favoriser la création et la diffusion des arts de la scène en soutenant les artistes et les compagnies qui contribuent à la création d’œuvres originales par une démarche et une recherche novatrices.


Un pôle culturel actif dans le Centre-Sud

Par ce foisonnement d’activités et de création, l’ancienne friche industrielle Raymond est devenue depuis 15 ans un pôle actif, dans ce Centre-Sud, au cœur d’un quartier où Montréal vit ses diversités les plus farouches et ses audaces les plus folles : milieu ouvrier, milieu populaire, milieu intellectuel, milieu universitaire et communauté gaie s’y côtoient. À la fois quartier du savoir et quartier du night-clubbing, quartier ouvrier du « faubourg à m’lasse » et quartier d’une gentrification en cours, si on devait définir toute la créativité de Montréal, elle serait ici dans une pratique de la vie urbaine à l’image de laquelle se veut sa programmation : complexe, sans complexe, diversifiée, distincte, originale et libre!

Saison 2009-2010[modifier | modifier le code]

  1. Is You Me, avec Benoît Lachambre et Louise Lecavalier ([1])
  2. Çaturn, avec Naomi Stikeman et Peter Chu ([2])
  3. L'Orchestre d'Hommes-Orchestres ([3])
  4. Les New Cackle Sisters
  5. The Vision Impure, avec Noam Gagnon ([4])
  6. Une fête pour Boris, de Thomas Bernhard, mise en scène de Denis Marleau ([5])
  7. BIG 3rd episode (Happy/End), de Superamas ([6])
  8. Do Animals Cry, de Meg Stuart/Damaged Goods ([7])
  9. Woyzeck, de Georg Büchner, mise en scène de Brigitte Haentjens ([8])
  10. Icaro, de et avec Daniele Finzi Pasca ([9])
  11. Poetics: a Ballet Brut, Nature Theater of Oklahoma ([10])

Saison 2008-2009[modifier | modifier le code]

  1. Wave, de Sylvain Émard Danse
  2. Enfin vous zestes, de Louise Bédard Danse
  3. Le salon automate, de Nathalie Claude (Momentum)
  4. 7 Deadly Sins Concert Tour, par The Tiger Lillies
  5. Çaturn, de Naomi Stikeman (Traces interprètes de Danse-Cité)
  6. La trilogie des flous, de Daniel Danis
  7. Hospitalité 3 : l'individualisme est une erreur, de PME-ART
  8. This is What Happens Next, de Daniel MacIvor et Daniel Brooks (Necessary Angel)
  9. Rafales, de José Babin (Théâtre Incliné)
  10. Petits fantômes mélancoliques, de Louise Bombardier (Pigeons International)
  11. Kiss Bill, de Paula de Vasconcelos (Pigeons International)
  12. Woyzeck, de Georg Büchner, m.e.s de Brigitte Haentjens (Sibyllines)
  13. Théo ou le temps neuf, de Robert Pinget, m.e.s. de Jean-Marie Papapietro (Théâtre de Fortune)
  14. L'Invisible, de Marie Brassard (Infrarouge)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Parc de la Fabrique[modifier | modifier le code]

Plaque au Parc de la Fabrique

Il y a un parc au sud de l'Usine C où se trouve une plaque commémorative qui rappelle l'importance de la Société Alphonse Raymond Limitée.