Usage anglican

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La croix de Cantorbéry est le symbole de l'Anglican Use Society

L'usage anglican est une forme de liturgie utilisée au sein de l'Église catholique depuis 1980, notamment dans des paroisses regroupant des fidèles issus de l'anglicanisme. Officiellement considéré comme une forme particulière du rite romain, l'usage anglican est également inspiré de la tradition anglicane et s'appuie sur un livre liturgique propre, le Book of Divine Worship.

Contexte[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1970, plusieurs prêtres mariés membres de l'Église épiscopale des États-Unis d'Amérique émettent le souhait d'être reçus au sein de l'Église catholique en conservant des éléments de la liturgie anglicane. La Congrégation pour la doctrine de la foi publie en 1980 une "provision pastorale" autorisant l'ordination d'hommes mariés et la formation de paroisses personnelles, rattachées au diocèse catholique, mais qui peuvent utiliser une forme de liturgie propre, l'usage anglican (Anglican Use)[1]. Il s'agit d'une entorse alors presque inédite à la règle de célibat du clergé dans l'église latine. Une telle possibilité avait été envisagée dès 1967 par le pape Paul VI dans son encyclique Sacerdotalis Caelibatus, justement pour le cas de prêtres convertis d'une autre confession chrétienne[2], et quelques autorisations exceptionnelles avaient également été accordées par le pape Pie XII à des luthériens convertis, peu après la deuxième guerre mondiale[3].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La provision pastorale est mise en place en 1980 pour permettre à des prêtres épiscopaliens de se convertir et d'exercer un ministère comme prêtres catholiques. Plus de cent prêtres ont demandé à en bénéficier depuis cette date.

La paroisse St. Mary the Virgin d'Arlington est le premier groupe constitué issu de l'Église épiscopale à entrer en bloc dans l'Église catholique en 1994.

L'application de la provision, la formation des prêtres nouvellement convertis, sont supervisées par un délégué épiscopal. Ce rôle sera successivement dévolu au cardinal Bernard Law, à l'archevêque de Newark John Myers puis à l'évêque de Fort Worth Kevin Vann[4].

Il y aura au total un peu plus de 100 prêtres épiscopaliens reçus dans l'Église catholique au titre de cette provision pastorale entre 1983 et 2012[5].

Livre et rituels liturgiques[modifier | modifier le code]

Le rituel de messe proposé par le Book of Divine Worship s'inspire d'éléments du rite romain, du rite de Sarum qui était le rite en usage en Angleterre avant la Réforme, mais aussi de nombreux éléments du Livre de la prière commune, notamment la General Confession et la Prayer of Humble Access.

Le livre comprend également des rituels spécifiques de baptême, mariage, et des prières pour les obsèques, et les prières du matin et du soir. Les prières sont proposées en deux versions, l'une utilise un langage traditionnel et hiératique et l'autre un Anglais plus contemporain[6].

La prière eucharistique de la messe est une traduction du canon romain, prière très ancienne fixée depuis le XIe siècle, et qui fait partie du rite romain (c'est l'unique prière eucharistique prévue par le rite sous sa forme extraordinaire et c'est la prière eucharistique I de la forme ordinaire). Cette traduction, considérée comme un des hauts lieux de l'anglais liturgique, est l'œuvre, peu avant l'introduction de la Réforme en Angleterre, de Myles Coverdale, alors chanoine augustinien[7].

Création d'un ordinariat pour les anglicans convertis[modifier | modifier le code]

Le , le pape Benoît XVI établit un ordinariat destiné à recevoir, sur le territoire des États-Unis, les groupes d'anglicans convertis au catholicisme qui souhaitent maintenir « les traditions liturgiques, spirituelles et pastorales de la Communion anglicane, comme un don précieux qui nourrit la foi des membres de l’ordinariat et comme un trésor à partager ». Ce type de structure, qui est comparable à un diocèse, a été rendu possible par la publication de la constitution apostolique Anglicanorum Coetibus en 2009 et se place dans la continuation de la provision pastorale ayant permis l'usage anglican.

De fait, c'est un ancien évêque épiscopalien, converti en 2007 au catholicisme et ayant demandé à bénéficier de la provision pastorale, Jeffrey Steenson, qui est nommé à la tête de l'Ordinariat personnel de la chaire de Saint-Pierre. L'église principale, c'est-à-dire l'équivalent d'une cathédrale diocésaine, est l'église de Notre-Dame de Walsingham, à Houston, au Texas. Il s'agit d'une des paroisses ayant bénéficié de cette même provision pastorale[8].

Alors que l'objectif central de la provision pastorale de 1980 était de donner aux prêtres épiscopaliens mariés une possibilité de continuer à exercer un ministère en tant que prêtres catholiques, l'ordinariat est destiné plus généralement à accueillir des groupes d'anciens épiscopaliens, laïcs et religieux. En outre, l'ordinariat est une structure autonome, non rattachée aux diocèses catholiques ordinaires. Au niveau de la liturgie, toutefois, l'ordinariat se place dans la continuité de l'usage anglican, en reprenant le Book of Divine Worship[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]