Ursicin (général romain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ursicin (latin Ursicinus) est un général romain du IVe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut, à partir de 349, magister equitum per Orientem (maître de la cavalerie pour les provinces orientales). Vers 351-352, il écrase dans le sang une révolte des Juifs contre Constance Galle, César pour la partie orientale de l'Empire.

En 355, il est envoyé par Constance II en Gaule, où le magister militum Claudius Silvanus s'était rebellé et fait proclamer Auguste. Il se rend à Cologne, où se trouvait le quartier général de Claudius Sivanus, et le fait assassiner. L'année suivante, il reste en Gaule, auprès du nouveau César Julien.

Il retourne ensuite en Orient, où il est toujours magister equitum per Orientem. Durant l'hiver 358-359, Sapor se prépare à attaquer l'Empire. Ursicin est remplacé dans son poste par Sabinianus et il est rappelé auprès de l'empereur pour succéder à Barbation comme magister peditum praesentalis, ce qui est la plus haute dignité militaire. Mais le déclenchement des hostilités avec les Perses amène l'empereur à le maintenir en Orient, où Ursicin tente d'organiser la résistance des Romains.

Après le siège et la prise d'Amida par les Perses, dont on lui fait porter la responsabilité[1] – alors qu'il n'était pas présent dans Amida et que Sabinianus, le commandant de la cavalerie, lui avait refusé les moyens nécessaires[2] –, il est disgracié et exilé.

Témoignage d'Ammien Marcellin[modifier | modifier le code]

En 353, Ammien Marcellin, jeune officier, est attaché à l'état-major d'Ursicin. Il l'accompagne ensuite en Gaule, puis de nouveau en Orient. L'essentiel de ce que nous savons sur Ursicin vient du témoignage d'Ammien Marcellin dans ses Res gestae. L'historien porte un jugement très favorable, mais peut-être pas impartial, sur son supérieur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il a de nombreux ennemis dans l'entourage de l'empereur, en particulier l'influent chambellan – praepositus cubiculi – Eusèbe.
  2. Ammien Marcellin, XIX, 3.