Urkesh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Urkesh
Tell Mozan
Tell Mozan.
Tell Mozan.
Localisation
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Coordonnées 37° 03′ 25″ N 40° 59′ 50″ E / 37.056944, 40.99722237° 03′ 25″ Nord 40° 59′ 50″ Est / 37.056944, 40.997222  

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Urkesh
Urkesh

Urkesh, Urkish (arabe: Tell Mozan) était une cité située au pied des Monts Taurus dans ce qui est aujourd'hui la Syrie, près de la cité moderne de Kameshli. Elle a été fondée au cours du IVe millénaire av. J.-C., certainement par les Hourrites sur un site qui semble avoir été habité auparavant pendant quelques centaines d'années.

Histoire connue[modifier | modifier le code]

Elle était un allié de l'Empire d'Akkad d'après ce qui est interprété comme une tradition de mariage entre les deux dynasties. Tar'am-Agade, la fille du roi akkadien Naram-Sin d'Akkad, aurait épousé le roi d'Urkesh.

Au cours du IIe millénaire av. J.-C., la cité passe sous le contrôle des dirigeants de Mari, une cité située à quelques centaines de miles plus au sud. Le roi de Urkesh devint vassal (et apparemment une véritable marionnette) de Mari. Les habitants d'Urkesh le comprirent, comme les archives royales de Mari l'attestent en décrivant leur forte résistance ; dans une lettre, le roi de Mari déclara à celui d'Urkesh que "Je ne savais pas que les enfants de votre cité vous haïssent par ma faute. Mais vous êtes mien, même si la cité d'Urkesh ne l'est pas."

La cité semble avoir été abandonnée pendant une demi-génération durant le second millénaire av. J.-C., bien que la raison en reste encore inconnue à ce jour pour les archéologues.

La généalogie et l'identité des dirigeants d'Urkesh sont en grande partie inconnues, mais les noms suivants ont été identifiés comme étant ceux des rois de cette cité-état. Les trois premiers rois connus (seuls deux d'entre eux le sont par leur nom) portent le titre hourrite de endan :

  • Tupkish endan (2250 av. J.-C.)
  • Tish-atal endan (période inconnue)
  • Shatar-mat (période inconnue)
  • Atal-shen (période inconnue)
  • Ann-atal (2050 av. J.-C.)
  • Te'irru (1800 av. J.-C.)

Urkesh et la question des attributions[modifier | modifier le code]

Il s'avère important de démontrer que Urkesh n'est pas "Ur des Chaldéens". Ainsi le directeur des travaux de fouille à Tell Mozan/Urkesh ne trouve aucune corrélation entre Urkesh et Ur des Chaldéens. Il n'y a aucune preuve scientifique moderne que Urkesh soit liée à cette cité ; en fait, la région des Chaldéens se trouve à plusieurs centaines de miles de là. D'ailleurs, plusieurs chercheurs identifient l'ancienne cité de Ur à l'Ur des Chaldéens.

Fouilles[modifier | modifier le code]

Les premières fouilles sur ce site ont d'abord été faites par Max Mallowan, pendant ses recherches dans cette région. Agatha Christie, son épouse, nota qu'il n'avait pas voulu continuer sur ce lieu car il semblait y avoir des ruines romaines : cependant aucune trace d'occupation romaine ne fut trouvée. Mallowan continua donc ses fouilles dans le Chagar Bazar, un autre site dans le sud de Mozan/Urkesh.

Des ruines importantes furent découvertes, dont le palais royal de Tupkish, auquel était associé une structure souterraine funéraire (Abi), la terrasse d'un temple monumental avec une place juste devant et le temple au sommet, des lieux d'habitation, des cimetières, et des cours intérieures et extérieures.

Les fouilles à Tell Mozan sont célèbres par l'utilisation de la technologie dans le contexte archéologique. La principale étant le 'Global Record', une méthode de documentation qui combine des entrées journalières dans une technologie basée sur l'hypertexte. Ce système marie les avantages des bases de données et celle d'une approche plus traditionnelle, car les éléments sont liés par la stratigraphie et la typologie, et néanmoins forment un tout plus synthétique qu'un simple rapport archéologique.

Un autre point important dans ces recherches sur le site est l'application de la conservation. L'architecture en briques qui est présente dans la majorité des ruines trouvées a été conservée jusqu'à ce jour, ce qui est système innovant. Le système protège les monuments en permettant toujours une inspection détaillée comme lors de la fouille. Le même système permet d'obtenir une vue d'ensemble des volumes architecturaux, identique à celle perçue autrefois. Un vaste laboratoire installé à côté des champs de recherche permet aux conservateurs d'agir avec le plus de soin possible sur place en le même temps que les fouilles sont conduites.

Un entrepôt de stockage a été établi, où plus de 10 000 objets et échantillons dont la qualité n'est pas suffisante pour se trouver dans un musée, sont disponibles pour de nouvelles études. Un catalogue détaillé indexe ces objets.

Une volonté particulière est déployée pour conserver les traces observées dans le sol. Cela est effectué avec la plus grande minutie, en précisant chaque détail de chaque objet. À partir de ces preuves est automatiquement tirée une histoire complète de tous les éléments en contact. Les strates sont conçues comme les segments de ce continuum dans lequel un monument seul peut être entièrement reconstruit. Les phases sont les périodes auxquelles la culture est identifiable à partir de la typologie et de l'analyse concrète. Les horizons sont de larges subdivisions chronologiques basées sur des structures qui peuvent être liées à la compréhension historique générale.

Le plus important des points de référence pour la chronologie est le marquage de la porte de Tar'am-Agade, la fille de Naram-Sin, qui grâce à la stratigraphie peut être associée à phase 3 de l'occupation du palais.

Le site, à Tell Mozan, a pratiquement été en fouilles constantes depuis 1984 sous la direction de Giorgio Buccellati (UCLA) et Marilyn Kelly-Buccellati (CalState LA), et de plusieurs instituts archéologiques européens (et principalement italiens).

Saisons de fouille[modifier | modifier le code]

  • 1984 a été la première saison de fouille.
  • La saison de fouille de 2007 a été d'abord consacrée au travail de publication, principalement dans les fouilles A16, J1, J3 et J4. Une fouille a été faite dans J1 pour clarifier la transition entre Mittani et Khabur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Urkesh and the Hurrians: Studies in Honor of Lloyd Cotsen. Bibliotheca Mesopotamica 26/ Urkesh/ Mozan Studies 3. Malibu, CA: Undena Publications, 1998.
  • Buccellati, G. and S. Bonetti. 2003. "Conservation at the core of archaeological strategy. The case of ancient Urkesh at Tell Mozan." The Getty Conservation Institute Newsletter 18(1):18-21.


Liens externes[modifier | modifier le code]