Urbisaglia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Urbisaglia
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Coat of arms of Marche.svg Marches 
Province Macerata 
Code postal 62010
Code ISTAT 043055
Code cadastral L501
Préfixe tel. 0733
Démographie
Gentilé Urbisalviensi
Population 2 754 hab. (31-12-2010[1])
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 12′ 00″ N 13° 23′ 00″ E / 43.2, 13.38333 ()43° 12′ 00″ Nord 13° 23′ 00″ Est / 43.2, 13.38333 ()  
Altitude Min. 310 m – Max. 310 m
Superficie 2 200 ha = 22 km2
Divers
Saint patron Saint Georges
Fête patronale 23 avril
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marches

Voir sur la carte administrative des Marches
City locator 14.svg
Urbisaglia

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Urbisaglia

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Urbisaglia
Liens
Site web http://www.urbisaglia.sinp.net

Urbisaglia (de 1925 à 1945 Urbisaglia Bonservizi) est une commune italienne d'environ 2 800 habitants, située dans la province de Macerata, dans la région Marches, en Italie centrale. Son nom vient de celui de l'ancienne ville romaine de Urbs Salvia.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama de Urbisaglia vu de la Rocca.

La ville se trouve au sommet de la colline de San Biagio, delimitée à l'Ouest par la vallée de la rivière Entogge et à l'Est par celle du fleuve Fiastra. Le climat est témperé, caractérisé par des hivers pas trop froids et des étés pas trop chauds.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ville de la Regio V Picenum, Urbs Salvia est née comme colonie au IIe siècle av. J.-C.. Largement reconstruite entre l'époque de Auguste et celle de Tibère (au début du Ier siècle ap. J.-C.), selon un précis projet de monumentalisation de la ville, sa décadence a commencé avec le passage des troupes de Alaric en 408-409 ap. J.-C.
Procope de Césarée nous donne un témoignage de la situation à Urbs Salvia au VIe siècle: dans son œuvre "Histoire de la Guerre" il décrit le misérable état de la ville.
Au cours des siècles suivants, les habitants de Urbs Salvia, en se réfugiant au sommet de la colline, ont donné origine au Castro de Orbesallia.

Au XIIe siècle près de Urbisaglia des moines cisteciens ont fondé un très important pôle religieux, économique et culturel, l'Abbaye de Chiaravalle di Fiastra, qui a bien fort influencé toute la Vallée du Fiastra et les territoires autour d'elle.

Entre le XIIe et le début du XIVe siècle Urbisaglia a été dominée par la famille Abbracciamonte, qui, à plusieurs reprises, a cédé à la ville de Tolentino les droits sur le château de Urbisaglia; en particulier, la dernière cession par Fidesmido di Pietro a eu lieu en 1303, ainsi que Tolentino est devenu le seul propriétaire de Urbisaglia, en désignant ses podestats et en établissant dans le château une garnison pour prévenir les révoltes de la population ne supportant pas son pouvoir.
Après la seigneurie de Francesco Sforza (1433 - 1443), pendant laquelle le pouvoir était dans les mains de Elena Tomacelli (nièce du pape Boniface IX et femme de Taliano Furlano, condottiere de Sforza), Urbisaglia a été encore une fois dominée par Tolentino, qui demandait avec insistance au pape de pouvoir construire une forteresse (rocca) pour décourager d'éventuelles rébellions. La construction de la Rocca de Urbisaglia a été autorisée par pape Alexandre VI en 1497; en 1507 Tolentino y établissait une garnison de 12 soldats pour la défendre.
En 1564 les Urbisalviensi (habitants de Urbisaglia) ont présenté une pétition au pape Pie IV pour demander leur autonomie de Tolentino; l'issue de l'expédition fut positive, mais le pape mourut, ainsi que la libération a eu lieu en 1569, sous le pontificat de Pie V, lorsque la ville a été posée directement sous la dépendance du Saint-Siège.

Pendant le gouvernement pontifical, on a effectué les premières fouilles dans la ville romaine, tandis que après l'Unité d'Italie le niveau de vie de la population a beaucoup amélioré grâce au développement industriel, qui a permis la naissance d'une filature, d'une bonneterie et d'une savonnerie.
Avec les donations des bienfaiteurs Angelo Buccolini, Innocenzo Petrini et du marquis Alessandro Giannelli, on a pu bâtir à Urbisaglia une école maternelle, un hôpital, un hospice pour personnes âgées et un mont-de-piété.
Pendant le fascisme, la ville a été renommée Urbisaglia Bonservizi, en l'honneur de l'Urbisalviense Nicola Bonservizi, journaliste du Popolo d'Italia et collaborateur de Mussolini, tué à Paris en 1924.
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Urbisaglia a été siège d'un camp de concentration, situé dans le Palais Giustiniani Bandini à côté de l'Abbaye de Chiaravalle di Fiastra.

Le Parc archéologique de Urbs Salvia[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parc archéologique de Urbs Salvia.
Réservoir de l'aqueduc, Urbs Salvia

Reconnu comme Parc archéologique régional en 1994, il couvre une surface de 40 hectares environ, ce qui en fait le plus important et spectaculaire de la région Marches. Le parcours de visite descend le long de la colline par un sentier très confortable long d'un kilomètre à peu près. On peut ainsi observer dans son ensemble la structure de la ville romaine, qui descend du sommet de la colline de San Biagio, en s'articulant en plusieurs terrasses naturelles, jusqu'au fond de la vallée, délimité à l'est par le talus sur le fleuve Fiastra.

On peut visiter: le Réservoir de l'aqueduc romain, le Théâtre, l'Edificio a nicchioni (bâtiment caractérisé par de grandes niches qui faisait fonction de mur de soutènement), la structure Temple - Criptoporticus dédiée à la déesse Salus Augusta et l'Amphithéâtre, réalisé selon la volonté de Lucius Flavius Silva.
Aussi bien lisibles sont les murs d'enceinte, gardés pour des centaines de mètres sur trois de ses quatre côtés.

Aujourd'hui, chaque année aux mois de juillet et août, a lieu dans l'amphithéâtre une très importante saison de théâtre classique ancien, dont la qualité est bien appropriée au charme du lieu.

La Rocca de Urbisaglia[modifier | modifier le code]

Article connexe : Rocca de Urbisaglia.

La Rocca (forteresse) de Urbisaglia est une fortification militaire construite d'après la volonté de la commune de Tolentino au début du XVI siècle, sur les ruines de précédentes fortifications, à l'endroit le plus haut de la colline de San Biagio.
Sa position, dominante l'espace urbain, nous suggère que probablement ici était localisée l'Arx de la ville romaine (la citadelle, l’endroit le mieux protégé de Urbs Salvia); dans la Rocca on peut voir encore aujourd'hui des traces consistantes de murs romains et d'agglomérés de béton.
De forme trapezoïdale, avec le côté le plus étendu tourné vers l'extérieur pour affronter attaques ennemies éventuelles, la Rocca est douée de quatre tours angulaires et d'une tour portaia (d'entrée), ainsi que d'un haut donjon qui faisait fonction d'habitation pour la garnison imposée par Tolentino à Urbisaglia. But fondamental de la Rocca, en effet, était ce de contrôler le bourg d'Urbisaglia et éviter que les Urbisalviensi se rebellassent au gouvernement tolentinate.

Le camp d'internement[modifier | modifier le code]

Le camp d'internement d'Urbisaglia a été ouvert villa Giustiniani Bandini à l'Abbadia de Fiastra et est resté actif de juin 1940 jusqu'au mois d'octobre 1943. Les internés étaient une centaine, en majorité Juifs, de l'Italie mais aussi réfugiés de l'Allemagne, Autriche, et des Balkans. La population locale fraternisa avec les prisonniers[réf. nécessaire]. Cependant, au mois d'octobre 1943, une unité allemande a pris la tête du camp ; les prisonniers qui n'ont pas réussi à s'enfuir ont été envoyés au camp de transit de Fossoli, antichambre pour les Juifs du camp d'Auschwitz. Parmi les déportés du groupe d'Urbisaglia, le médecin Paul Pollak sera le seul Juif rescapé.

Culture[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
08/06/2009 en cours Roberto Broccolo Liste civique  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Convento
  • Maestà

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Colmurano, Corridonia, Loro Piceno, Petriolo, Tolentino

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bacchielli L., Ch. Delplace, W. Eck, L. Gasperini, G. Paci. Studi su Urbisaglia romana. Supplementi a PICUS. Tivoli, 1995.
  • Adelaide Bertini, Giuseppe Ferranti, Miria Salvucci (et al. ). Abati e feudatari nella Valle del Fiastra. Urbisaglia, 1996.
  • Giuseppe Ferranti. Guida al territorio di Urbisaglia. Pro Manoscritto a cura di Urbsalviambiente. Urbisaglia, 1994
  • Miria Salvucci, Giovanna Salvucci (et al. ). Urbisaglia. Urbs Salvia, Capolavori in corso. Urbisaglia, 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]