Upsilon Andromedae d

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 01h 36m 47.84s, +41° 24′ 19.6″

Upsilon Andromedae d
Étoile
Nom Upsilon Andromedae
Constellation Andromède
Ascension droite 01h 36m 47,84s
Déclinaison +41° 24′ 19,6″
Type spectral F8V
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 2,54 ± 0,15  UA  [1]
Excentricité (e) 0,258 ± 0,032
Période (P) 1 290,1 ± 8,4  d  [1]
Inclinaison (i) 23,8 ± 1 °  [2]
Argument du périastre (ω) 279 ± 10 °
Époque (τ) 2 448 827 ± 30 JJ
Caractéristiques physiques
Masse 10,25+0,73−3,27  MJ  [1]
Découverte
Découvreurs Butler, Marcy et al.
Méthode vitesses radiales
Date 15 avril 1999
Statut

Upsilon Andromedae d, couramment abrégée υ And d, est une exoplanète située à 44 années-lumière (13,5 pc) du Soleil, dans la constellation d'Andromède, une dizaine de degrés à l'est de la Galaxie d'Andromède. C'est, par demi-grand axe croissant, la troisième planète orbitant autour d'upsilon Andromedae A, une étoile de la séquence principale de type spectral F8V, d'environ 1,3 masses solaires et 3,3 milliards d'années, donc semblable au Soleil mais plus jeune, plus massive et plus lumineuse.

Cette étoile binaire, dont le compagnon est upsilon Andromedae B, une naine rouge de type spectral M4.5V orbitant à au moins 750 UA de l'étoile principale, possède un système planétaire dont quatre corps ont été identifiés à ce jour :

Planète Masse
(MJ)
Demi-grand axe
(UA)
Période orbitale
(d)
 Excentricité 
  υ And b   1,4[2]   0,0595 ± 0,0034   4,617136 ± 0,000047   0,013 ± 0,016
  υ And c   13,98+2.3−5.3[2]   0,832 ± 0,048   241,33 ± 0,20   0,224 ± 0,021
  υ And d   10,25+0.7−3.3[2]   2,53 ± 0,15   1 278,1 ± 2,9   0,267 ± 0,021
  υ And e   ≥ 1,059 ± 0,028[3]   5,2456 ± 0,00067[3]   3 848,86 ± 0,74[3]   0,00536 ± 0,00044[3]
Système planétaire d'upsilon Andromedae A[4].

υ And d aurait une inclinaison de l'ordre de 23,8°[2], ce qui a permis d'évaluer sa masse à environ 10,25 masses joviennes[1]. Il s'agit donc très certainement d'une géante gazeuse dépourvue de surface solide, semblable à Jupiter ou à Saturne. Elle boucle son orbite en trois ans et demi à environ 2,5 UA autour de l'étoile υ And A, mais avec une excentricité orbitale très élevée l'amenant entre 1,9 et 3,2 UA de son étoile. Malgré cet intervalle de valeurs assez large, cette exoplanète demeurerait située dans la zone habitable de l'étoile, tant du point de vue de sa température de surface — propre à préserver de l'eau à l'état liquide — que de l'intensité du rayonnement ultraviolet reçu en surface[5], de sorte que d'éventuels satellites naturels suffisamment massifs pourraient offrir des conditions propices au développement de formes de vie, et ce malgré la forte excentricité d'υ And d[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) R. P. Butler, J. T. Wright, G. W. Marcy, D. A. Fischer, S. S. Vogt, C. G. Tinney, H. R. A. Jones, B. D. Carter, J. A. Johnson, C. McCarthy et A. J. Penny, « Catalog of Nearby Exoplanets », The Astrophysical Journal, vol. 646, no 1,‎ 2006, p. 505-522 (lire en ligne) DOI:10.1086/504701
  2. a, b, c, d et e (en) Barbara E. McArthur, G. Fritz. Benedict, Rory Barnes, Eder Martioli, Sylvain Korzennik, Ed Nelan et R. Paul Butler, « New Observational Constraints on the υ Andromedae System with Data from the Hubble Space Telescope and Hobby Eberly Telescope », The Astrophysical Journal, vol. 715, no 2,‎ 2010, p. 1203-1220 (lire en ligne)
    DOI:10.1088/0004-637X/715/2/1203
    [PDF] HubbleSite.org – 2010 McArthur et al, « New Observational Constraints on the υ Andromedae System with Data from the Hubble Space Telescope and Hobby Eberly Telescope ».
  3. a, b, c et d (en) S. Curiel, J. Cantó, L. Georgiev, C. E. Chávez et A. Poveda, « A fourth planet orbiting υ Andromedae », Astronomy & Astrophysics, vol. 525,‎ janvier 2011, A78 (lire en ligne) DOI:10.1051/0004-6361/201015693
  4. (en) J. T. Wright, S. Upadhyay, G. W. Marcy, D. A. Fischer, Eric B. Ford et John Asher Johnson, « Ten new and updated multiplanet systems and a survey of exoplanetary systems », The Astrophysical Journal, vol. 693, no 2,‎ 2009, p. 1084-1099 (lire en ligne) DOI:10.1088/0004-637X/693/2/1084
  5. (en) Andrea P. Buccino, Guillermo A. Lemarchand et Pablo J.D. Mauas, « Ultraviolet radiation constraints around the circumstellar habitable zones », Icarus, vol. 183, no 2,‎ août 2006, p. 491-503 (lire en ligne) DOI:10.1016/j.icarus.2006.03.007
  6. (en) Darren M. Williams et David Pollard, « Earth-like worlds on eccentric orbits: excursions beyond the habitable zone », International Journal of Astrobiology, vol. 1,‎ 2002, p. 61-69 (lire en ligne) DOI:10.1017/S1473550402001064