Université médiévale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La naissance des universités médiévales s'inscrit dans la suite de la Renaissance du XIIe siècle.

Historiographie[modifier | modifier le code]

Désireux de marquer leur indépendance à l’égard des évêques qui à travers les écoles capitulaires dirigeaient et contrôlaient l’enseignement, les clercs dès le XIIe siècle se sont groupés en corporations (universitates) afin de pouvoir se livrer librement à la recherche du savoir et à l’enseignement.

L’on vit ainsi, parallèlement à la création de nouveaux monastères et d’ordres religieux et à la renaissance des villes, du commerce et de la propagation du style international français dit plus tard gothique (opus francigenum) en architecture, une efflorescence à travers l’Europe de ces Universitates studiorum qui s’installèrent dans les villes ouvertes au renouveau et aux avantages économiques que la présence d’ « escholiers » ne pouvait manquer de leur apporter.

Les princes désireux de s’attacher le service de clercs érudits encouragèrent ce mouvement.

Avides d’indépendance à l’égard des autorités civiles et religieuses les créateurs des Universitates sollicitèrent et obtinrent du Saint-Siège des bulles qui leur garantissaient cette liberté, la « libertas academica ».

Naissance des universités[modifier | modifier le code]

Le terme juridique universitas, au sens de réunion de toutes les corporations consacrées à l'enseignement, est une invention du 15 janvier 1200, jour de la signature de l'acte fondateur de l'Université de Paris. Son emploi anachronique pour désigner les innombrables écoles cathédrales agrées antérieurement, telle l'École de Chartres en 1004, par différentes autorités depuis Alcuin et désignées ultérieurement par elles-mêmes comme « université » doit être compris comme une facilité.

Nom Lieu Première date Date officielle
Université de Bologne Italie 1088 1158 (Constitutio Habita de l’empereur Frédéric Barberousse)
Université de Paris France 1150 1200 (roi Philippe Auguste) - 1215 (pape Innocent III)
Université de Montpellier France 1150 1220 (Cardinal Conrad) - 1289 (Pape Nicolas IV)
Université de Oxford Angleterre 1167 (roi Henri II
Université de Palencia Espagne env. 1170 (roi Alphonse VIII)
Université de Cambridge Angleterre 1209
Université de Salamanque Espagne 1218 (roi Alphonse IX de León)
Université de Padoue Italie 1222
Université de Toulouse France 1229 (roi Louis IX)
Université de Sienne Italie 1240
Université de Coimbra Portugal 1290 (roi Denis Ier de Portugal)
Université de Lleida Espagne 1297
Université d'Avignon France 1303 (pape Boniface VIII)
Université d'Orléans France 1306 (pape Clément V)
Université de Pise Italie 1343 (pape Clément VI)
Université de Prague Bohême 1347 (pape Clément VI)
Université de Perpignan France 1350 (pape Clément VI & roi de Catalogne Pierre le Cérémonieux)
Université de Cracovie Pologne 1364
Université de Vienne Autriche 1365
Université de St Andrews Écosse 1410 1413 (pape Benoît XIII)
université de Louvain Belgique 1425 (Jean de Bourgogne, duc Jean IV de Brabant)
Université de Poitiers France 1431 (Charles VII, roi de France)
Université de Caen France 1432 (Jean de Lancastre, duc de Bedford)

Le savant et religieux Alcuin, devenu abbé de Saint-Martin de Tours en 796, a fondé à Tours une académie de philosophie et de théologie si innovatrice qu'elle fut surnommée “mère de l'Université”.

L'enseignement[modifier | modifier le code]

Les universités à la fin du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des lettres françaises, dir. Cardinal Georges Grente, Le Moyen Âge, dir. Robert Bossuat, Louis Pichard, Guy Raynaud de Lage, éd. revue, dir. Geneviève Hasenohr, Michel Zink, Fayard, 1964, rééd. LGF « Pochothèque », 1992
  • Dictionnaire du Moyen Âge, dir. Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2002
  • Charles Homer Haskins, The Rise of Universities, Ithaca-New York, Cornell University Press, 1972
  • Michel Sot (dir.), Jean-Patrice Boudet, Anita Guerreau-Jalabert, Le Moyen Âge, t.1 de l'Histoire culturelle de la France, dir. Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, Paris, Le Seuil, 1997, rééd. « Points Histoire » 2005
  • Jacques Le Goff, La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1977, rééd. coll. « Les grandes civilisations », 1984, rééd. Flammarion, coll. « Champs », 1997
  • Jacques Le Goff, Les Intellectuels au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1957, rééd. « Points Histoire » 1985, 2000
  • Pierre Riché, Jacques Verger, Des nains sur des épaules de géants - Maîtres et élèves au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 2006
  • Michel Rouche, Des origines à la Renaissance, t.I de l'Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France, dir. Louis-Henri Parias, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981, rééd. Perrin, coll. « Tempus », 2003
  • Jacques Verger, Les Universités au Moyen Âge, PUF, 1973, rééd. « Quadrige », 1999
  • Jacques Verger, Les Universités françaises au Moyen Âge, Leyde, E. J. Brill, 1995 lire en ligne
  • Jacques Verger, L'Essor des universités au XIIIe siècle, Paris, Cerf, coll. « Initiations au Moyen Âge », 1998
  • Jacques Verger, Culture, enseignement et société en Occident aux XIIe et XIIIe siècles, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 1999