Université des arts de Londres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université des arts de Londres
Image illustrative de l'article Université des arts de Londres
Nom original University of the Arts London
Informations
Fondation 1986 - London Institute
2004 - University of the Arts London
Type Université publique
Localisation
Coordonnées 51° 31′ 04″ N 0° 06′ 59″ O / 51.517778, -0.116389 ()51° 31′ 04″ Nord 0° 06′ 59″ Ouest / 51.517778, -0.116389 ()  
Ville Londres
Pays
Drapeau de l'AngleterreAngleterre
Chiffres clés
Étudiants 27,970
Undergraduates 11,555
Postgraduates 2,250
Divers
Site web www.arts.ac.uk/

Géolocalisation sur la carte : Grand Londres

(Voir situation sur carte : Grand Londres)
Université des arts de Londres

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Université des arts de Londres

L'Université des arts de Londres (University of the Arts London), anciennement London Institute est une université publique anglaise située à Londres, comprenant six collèges fédérés internationalement reconnus et spécialisés dans les domaines de l'art, du design, de la mode et des médias[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’université a été créée en 1986 lors de l'unification de cinq établissements auparavant indépendants pour former le London Institute. En 2006, la Wimbledon School of Art rejoint la fédération. Les six établissements ont été initialement établis à partir du milieu du XIXe au début du XXe siècle.

Structure[modifier | modifier le code]

Collège Fédéré Emplacement(s) Fondée
Camberwell College of Arts Camberwell 1898
Central Saint Martins College of Art and Design Holborn, Charing Cross Road, Clerkenwell 1854
Chelsea College of Art and Design Millbank 1895
London College of Communication Elephant and Castle 1894
London College of Fashion Oxford Street, High Holborn, Hackney 1906
Wimbledon College of Art Wimbledon, Merton Park 1890

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Education Guardian », The Guardian, Londres,‎ 1er mai 2008 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]