Université de la Méditerranée Aix-Marseille II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de la Méditerranée
Aix-Marseille II
Image illustrative de l'article Université de la Méditerranée Aix-Marseille II
Informations
Type Université publique
Localisation
Ville Aix-en-Provence et Marseille
Pays Drapeau de la France France
Direction
Président Yvon Berland
Chiffres clés
Étudiants 24 000
Divers
Affiliation Aix-Marseille Université
Site web www.univmed.fr/

L'université Aix-Marseille II ou université de la Méditerranée, était une des trois universités communes à Aix-en-Provence et Marseille avant leur unification en 2012. Elle comptait 24 000 étudiants.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne université[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université d'Aix-Marseille.

En 1409, Louis II de Provence crée une université à Aix-en-Provence. Comme partout en France, celle-ci est dissoute en 1791 : les facultés dispersées sur les deux villes sont autonomes. Le 21 avril 1881 l'École de médecine de Marseille s'implante dans le palais du Pharo par décision du conseil municipal.

Dissolution de l'université unique et développements[modifier | modifier le code]

La loi Faure de 1968 regroupe les facultés au sein de nouvelles universités : en 1969 deux universités sont établies à Aix-Marseille, puis une troisième en 1973.

En 1994 l'université Aix-Marseille II prend le nom d'Université de la Méditerranée, et en juin 2000 celui d'« université de la Méditerranée (Aix-Marseille II) »[1].

Les trois universités entament un processus de rapprochement au sein du PRES Aix-Marseille Université à partir de 2007. Ce processus abouti à la réunification des trois universités, celle-ci devenant effective au 1er janvier 2012 avec la création d'un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, dénommé « université d'Aix-Marseille », regroupant les universités Aix-Marseille-I, Aix-Marseille-II et Aix-Marseille-III.

Entériné par le Décret n° 2011-1010 du 24 août 2011, le nouvel établissement se substitue aux trois universités préexistantes à compter du 1er janvier 2012. Les dispositions transitoires nécessaires notamment à la constitution des organes de gouvernance du nouvel établissement entrent en vigueur le lendemain de la publication dudit décret. Notice (source Legifrance) : le présent décret prévoit que l'université d'Aix-Marseille assure l'ensemble des activités exercées par les universités Aix-Marseille-I, Aix-Marseille-II et Aix-Marseille-III qu'elle regroupe. Les dispositions transitoires du décret prévoient les modalités d'adoption des statuts et du budget de l'université d'Aix-Marseille et de gouvernance de l'établissement. Les biens, droits et obligations et les contrats des personnels des trois universités marseillaises sont transférés à l'université d'Aix-Marseille. De même, les fonctionnaires précédemment affectés dans ces établissements sont affectés à l'université d'Aix-Marseille. Enfin, les étudiants inscrits dans ces trois universités sont inscrits à l'université d'Aix-Marseille. Source : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000024502554&dateTexte=&

Liste des composantes de l'université de la Méditerranée Aix-Marseille II[modifier | modifier le code]

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Relation internationales[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Scientométrie[modifier | modifier le code]

L'université Méditerranée est classée 273e au classement académique des universités mondiales par l'université Jiao Tong de Shanghai effectué en 2008 par la Jiao Tong University de Shanghai. Elle y occupe une place dans la fourchette 80-124 des meilleures universités européennes et 8-14 des meilleures universités françaises. Elle est classée 2 004e au classement du Ranking Web of World Universities[2] qui a classé, en 2008, 6 000 écoles et universités au niveau mondial en fonction du volume et de la qualité de leurs publications électroniques.

L'université de la Méditerranée accueille depuis janvier 2008 l'Institut des hautes études sur les Nations unies. Ces deux institutions collaborent dans le cadre du diplôme universitaire Affaires humanitaires et coopération internationale.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
19 437[3] 19 088[4] 19 698[5] 20 193[6] 20 921[7] 20 748[8] 20 991[9] 20 762[10] 20 215[11]
2009 2010 - - - - - - -
20 486[12] 20 815[13] - - - - - - -

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Agence d'Évaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (AERES), AERES-S1-Aix-Marseille2, rapport d'évaluation,‎ novembre 2007, 32 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Statuts de l'université
  2. (en) Ranking Web of World Universities
  3. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  4. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  5. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  6. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  7. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  8. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  9. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  13. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]