Université Toulouse 1 Capitole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Université de Toulouse I)
Aller à : navigation, rechercher
Université Toulouse 1 Capitole
Logo
Logo
Devise Universitas Magistrorum & Scolarium
Informations
Fondation 1229 pour la première université de Toulouse
1968 pour l'université Toulouse 1 Capitole[1]
Fondateur Raymond VII - Louis IX
Type Université publique
Régime linguistique Français
Budget 112 000 000 €[2]
Localisation
Coordonnées 43° 36′ 23″ N 1° 26′ 12″ E / 43.606389, 1.43666743° 36′ 23″ Nord 1° 26′ 12″ Est / 43.606389, 1.436667  
Ville Toulouse
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Campus Centre-Ville
Direction
Président Bruno Sire
Chiffres clés
Personnel 500[3]
Enseignants 580[3]
Étudiants 21 100[4]
Niveau Bac+1 à Bac+8 (Doctorat)
Divers
Affiliation Université de Toulouse, Aerospace Valley
Site web www.ut-capitole.fr/

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Université Toulouse 1 Capitole

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université Toulouse 1 Capitole

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
Université Toulouse 1 Capitole

L'université Toulouse 1 Capitole est l'une des trois universités de la ville de Toulouse.

Cette université est axée sur les sciences sociales (Droit, Science politique, Économie, Administration, etc.).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'université médiévale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université de Toulouse (disparue).
La Cour des Anciennes Facultés

L'Université de Toulouse est la seconde université créée en France en 1229 (l'Université de Paris ayant été reconnue officiellement en 1200 par le Roi Philippe Auguste et en 1215 par le Pape Innocent III), avant même la Sorbonne fondée en 1257. Elle comporte à l'origine quatre facultés : Théologie, Droit canonique, Droit civil et Arts (grammaire). La faculté de Médecine sera créée en 1257. La Révolution supprima toutes les universités en 1793.

La Faculté de droit des XIXe et XXe siècle[modifier | modifier le code]

À la fin du Second Empire, dans une situation générale délabrée et misérable des facultés de province, quatre universités coexistent à Toulouse (Droit, Lettres, Sciences, Théologie catholique). Mais la seule vraiment importante est la Faculté de Droit, qui comme sous l'ancien régime, regroupe les trois quart des étudiants et possède les professeurs les plus prestigieux. Les facultés toulousaines témoignent malgré tout de la pauvreté de l'enseignement supérieur dans la France provinciale. Il faudra attendre les années 1880 et les actions d'hommes comme Louis Liard et Ernest Lavisse, qui font accorder une plus large autonomie aux Facultés pour que la municipalité de Toulouse dote la ville d'institutions culturelles dignes de son rôle national.

L'Université Toulouse 1 Capitole[modifier | modifier le code]

En revanche, les difficultés nées de la centralisation « parisienne » continuent d'entraver le développement des Facultés et demeurent entières quand commence le XXe siècle et se poursuivent jusqu'au 12 novembre 1968. Date de la loi d'orientation de l'enseignement supérieur, dite loi Edgar Faure, qui crée des établissements d'un type nouveau « les établissements publics à caractère scientifique et culturel » (EPCSC). Par ailleurs, les anciennes facultés disparaissent et sont remplacées par des Unités d'enseignement et de recherche (UER) regroupées dans les universités. Ainsi à Toulouse naissent trois universités : Université Toulouse I Capitole (Droit, Science politique, Économie et Gestion), Université Toulouse II Le Mirail (Lettres et Sciences humaines) et Université Toulouse III Paul Sabatier (Sciences et Santé).

Seule l'Université Toulouse 1 Capitole restera sur le site historique du Centre-Ville.

L'établissement accède à l'autonomie en janvier 2009, et acquiert la propriété de ses locaux en mai 2011[5].

Composantes de l'Université[modifier | modifier le code]

Facultés[modifier | modifier le code]

  • Faculté de Droit et Sciences Politiques:
    • Doyen : Hugues Kenfack (Professeur de droit privé)
  • École d’économie de Toulouse - TSE  :
  • Institut d'Administration des Entreprises :
    • Directrice : Catherine Casamatta
  • Faculté d'Administration et de Communication :
    • Doyen : Francis Querol (Maître de conférence en droit public)
  • Faculté d'Informatique :
    • Directeur : Gilles Zurfluh (Professeur d'informatique)
  • Institut Universitaire de Technologie de Rodez :
    • Directeur : Jean-Yves Bruel

Départements[modifier | modifier le code]

  • Département des Activités Physiques et Sportives :
    • Directrice : Ingrid Marini
  • Département des Langues et Civilisations :
    • Directrice : Charlotte Rault
  • Département des Mathématiques :
    • Directrice : Anne Ruiz-Gazen
  • Département d'Histoire :
    • Directeur : Jacques Krynen
  • Département Sciences Politiques et sociologie :
    • Directeur : Bernard Labatut

Écoles doctorales[modifier | modifier le code]

L'université compte 3 écoles doctorales [6]:

  • École doctorale de Sciences juridiques et politiques

Directeur : Grégory Kalflèche

  • École doctorale de Sciences économiques - TSE

Directeur :Patrick Fève

  • École doctorale de Sciences de gestion

Directrice : Fanny Declerck

L'université est aussi cohabilitée pour 4 écoles doctorales [6] :

  • École doctorale Mathématiques, Informatique, et Télécommunications de Toulouse (établissement porteur : Université Toulouse III)

Directeur : Jean-Michel Roquejoffre

Directeur : Colette Zytnicki

  • École doctorale Aéronautique Astronautique (établissement principal : école Sup Aéro)

Directeur : Yves Gourinat

Enseignements et domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Politique de formation et particularités[modifier | modifier le code]

L'Université Toulouse 1 Capitole affiche une politique de formation qui « se veut pragmatique, tournée vers la qualité de l'insertion professionnelle tout en favorisant l'identification de parcours de formation cohérents ».

La recherche, label qualité d'UT1, occupe une place centrale dans le développement des échanges, l'évolution des enseignements, l'ouverture menée vers les partenariats professionnels… EADS, Airbus, EDF, GDF, Microsoft, Visa, les plus grands opérateurs de télécommunication, des groupes financiers internationaux, comme la BNP, semblent lui faire confiance et puisent dans ses diplômés et les travaux de ses chercheurs les ressources indispensables à leur développement.

Suite à la la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (ou loi LRU ou bien encore loi Pécresse), l'Université Toulouse 1 Capitole est devenue autonome le 1er janvier 2009.

L'Université Toulouse 1 Capitole est aussi la première université à accueillir le plus de mention en licence de Sciences économiques : Droit - Mathématiques - Gestion - Traitement de l'information - Langue et civilisation hispanique

Formation[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

L'université compte plusieurs unités de recherches liées à des organismes de recherche comme le CNRS ou reconnues par l'université[7]:

le Groupe de recherche en économie mathématique et quantitative (abrégé en GREMAQ, UMR CNRS 5604 et UMR_A INRA 1291), l'Institut de mathématique de Toulouse (abrégé en IMT, UMR CNRS 5219), l'Institut de recherche en informatique de Toulouse (abrégé en IRIT, UMR CNRS 5505), le Laboratoire d'économie des ressources naturelles (abrégé en LERNA, UMR_A INRA 1081), et le Centre de recherche en management (abrégé en CRM, EAC CNRS 5032).

L'Atelier de recherche quantitative appliquée au développement économique - ARQADE (EA 791), le Centre de droit des affaires - CDA (EA 780), le Centre de droit privé - CDP (EA 1920), le Centre d'études et de recherches constitutionnelles et politiques - CERCP (EA 1918), le Centre toulousain d'histoire du droit et des idées politiques - CTHDIP (EA 789), le Groupe de recherche sur la sécurité et la gouvernance - GRSG (EA 4176), l'Institut du droit de l'espace, des territoires et de la communication - IDETCOM (EA 785), l'Institut des études juridiques de l'urbanisme et de la construction - IEJUC (EA 1919), l'Institut de recherche en droit européen, international et comparé - IRDEIC (EA 4211), Le Laboratoire des sciences sociales du politique - LASSP (IEP - EA 4175), le Laboratoire d'études et de recherches sur l'économie, les politiques et les systèmes sociaux - LEREPS (EA 790), et le laboratoire Théorie des actes et du contrôle des institutions publiques - TACIP (EA 786).

  • Équipe d'université : l'Institut de recherche en droit social

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Implantations[modifier | modifier le code]

Entrée principale de l'Université Toulouse 1 Capitole, site de l'Arsenal
Université Toulouse 1 Capitole, site de la Manufacture des tabacs

L'UT1 se situe sur 3 sites en plein centre-ville de Toulouse :

  • Les Anciennes Facultés où est situé l'IAE mais où sont également les locaux de bon nombre d'associations étudiantes, le SUIO ainsi que des amphithéâtres. À signaler que l'on peut accéder depuis les Anciennes Facultés à l'IEP Toulouse, qui partage certains bâtiments avec l'université et où se trouvent les locaux des syndicats étudiants. Deux bibliothèques sont installées dans ces locaux, la bibliothèque Garrigou dans les Anciennes Facultés et la bibliothèque Godechot dans l'IEP. Les anciennes facultés sont situées 2, Rue Albert Lautmann à 2 min de la place du Capitole.
  • L'Arsenal où se situent la majorité des amphithéâtres et salles de cours, ainsi que bon nombre de services administratifs de l'université. Ce site comporte aussi la Bibliothèque universitaire de l'Arsenal, plus grande bibliothèque de l'Université. L'Arsenal se situe 2, Rue du Doyen Gabriel Marty, il est situé face à l'IEP et aux anciennes facultés. Sur ce campus se trouvent également le Restaurant universitaire de l'Arsenal ainsi que des cités et résidences universitaires.
  • La Manufacture des Tabacs où sont regroupées des salles de cours, amphithéâtres mais surtout des laboratoires et bibliothèques de recherche. La Manufacture se trouve au 21, Allée de Brienne et se situe de l'autre côté du Canal de Brienne par rapport aux deux sites précédemment cités. Un bâtiment de la Manufacture actuellement en rénovation devrait accueillir l'IEP à la suite de son déménagement prévu à l'horizon 2014, en raison de ses locaux vétustes et extrêmement exigus.

Une annexe de l'Université Toulouse 1 est située à Montauban.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Associations et organisations politiques étudiantes[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Répartition des étudiants par UFR, en 2009 [8]:

UFR Nombre d'étudiants
Droit 8 556
Sciences économiques 3 229
Institut d'administration des entreprises 2 268
Administration et communication 1 785
Institut d'études politiques 1 592
IUT 565
Informatique 480
Total 18 493

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

1928 1938 1940 1960 1967 1970 1972 1975 1978
751[9] 902[9] 2 182[9] 1 377[9] 4 470[9] 7 424[9] 9 125[9] 10 406[9] 13 048[9]
1982 1985 1988 2000 2001 2002 2003 2004 2005
14 569[9] 13 135[9] 14 700[9] 16 804[10] 16 233[11] 16 143[12] 16 600[13] 16 635[14] 16 589[15]
2006 2007 2008 2009 2010 2011 - - -
16 590[16] 15 972[17] 16 912[18] 18 267[19] 20 108 20 276[20] - - -


Fonds UT1 Capitole[modifier | modifier le code]

L’Université Toulouse 1 Capitole a créé son fonds de dotation en 2009, le Fonds UT1 Capitole, présidé par Lucien Rapp.

Les missions du Fonds de l’Université Toulouse 1 Capitole sont de créer une passerelle entre l'université et les acteurs socio-économiques, soutenir la stratégie de développement de l'université, notamment sa formation et sa recherche, faire émerger des projets valorisants afin que l'Université Toulouse 1 Capitole devienne un pôle universitaire de notoriété internationale[21].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John M. Burney, traduit par Philippe Wolff, préface de Jacques Godechot, Toulouse et son université : Facultés et étudiants dans la France provinciale du XIXe siècle, Toulouse, PU du Mirail-CNRS, 1988

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.univ-tlse1.fr/46439680/0/fiche___pagelibre/&RH=&RF=FR_01
  2. http://www.ut-capitole.fr/universite/presentation/chiffres-cles/
  3. a et b Chiffres 2012 de l'Université Toulouse 1 Capitole
  4. http://www.ut-capitole.fr/universite/
  5. Frédéric Dessort, « L'université Toulouse 1 acquiert l'autonomie sur son patrimoine immobilier », Educpro, 13 mai 2011, consulté sur www.educpros.fr le 13 mai 2011
  6. a et b [1], www.ut-capitole.fr, consulté le 18 septembre 2012
  7. Les équipes de recherche, www.univ-tlse1.fr, consulté le 16 mars 2010
  8. UT1 Capitole Les indicateurs de performance
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l De la faculté de Droit à l'Université Toulouse 1 Sciences Sociales , les effectifs de 1928 à 2006, www.univ-tlse1.fr, consulté le 15 mars 2010
  10. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  20. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  21. Fonds UT1 Capitole - Le fonds de dotation, www.fonds.ut-capitole.fr, consulté le 11 mai 2011