Université de Franeker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L’université de Franeker.

L'Université de Franeker est une ancienne université des Provinces-Unies. Elle fut fondée à Franeker en 1585 et fermée en 1811.

Deuxième plus ancienne université des Pays-Bas, elle fut fondée peu de temps après l’université de Leyde. Le stadhouder de Frise Willem Lodewijk van Nassau-Dillenburg soutenait chaudement la fondation de cette université, qui fut décidée en 1584 et négociée le 10 juillet de la même année, le jour même de l’attaque de Guillaume d’Orange à Delft, par Rombertus van Uylenburgh, maire de Leeuwarden.

Également appelée « Academiae Franekerensis » ou « Université de la Frise », elle fut fondée principalement pour quatre raisons : il était moins cher d’y étudier qu’à Leyde, les parents pouvaient mieux surveiller le comportement de leurs enfants, l’argent dépensé par les étudiants restait dans la province, le développement de la population en profitait. Jouissant initialement d’une excellente réputation, l’université attira des étudiants venus de loin, servant de point de passage à de nombreux puritains, tels que Pieter Stuyvesant, fuyant les persécutions de l’évêque Laud (anglican) vers la destination finale du continent américain.

Située dans l’ancien couvent Sainte-Croix de Franeker, l’université, qui comprenait un département de théologie, droit, médecine, philosophie, mathématiques et physique, fut, pendant trente ans la seule université du nord des Pays-Bas. Après des débuts prometteurs et un nombre d’étudiants en constante augmentation, elle connut, en particulier, une forte augmentation de la faculté de théologie, Franeker commença à décliner vers 1660. Une légère reprise eut lieu en 1700 et une opération majeure de réduction des couts fut entreprise en 1774. En 1785, le stathouder Guillaume V était présent à la célébration du bicentenaire. Lorsque, en 1787, l’entrainement dans les milices fut étendu aux membres du corps professoral, ceux-ci, frustrés, s’en allèrent. Le nombre d’étudiants chuta alors de façon inquiétante : en 1795, ils n’étaient plus que huit.

Un projet de maternité, un moment envisagé sous l’égide de l’obstétricien Johannes Mulder, tomba à l’eau lorsque ce dernier accepta, en 1807, un poste à l’université de Groningue. En 1811, lors de la période franco-batave des Pays-Bas, un décret de Napoléon abolit les universités de Franeker, de Harderwijk et d’Utrecht. Un athénée fut fondé en guise de compensation, mais cette institution fut de courte durée (1815-1843) et, contrairement à l’université d’Utrecht, rétablie en 1815, Franeker et Harderwijk ne récupérèrent jamais leur statut universitaire.

À l’occasion, quelques promotions universitaires ont lieu à Franeker : on permet aux doctorants de l’université de Groningue, dont le sujet de thèse touche ou est en relation avec la Frise, de soutenir leur thèse dans la Martinikerk de Franeker.

Professeurs célèbres[modifier | modifier le code]

Étudiants célèbres[modifier | modifier le code]