Université d'Osaka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université d'Osaka
Image illustrative de l'article Université d'Osaka
Nom original 大阪大学
Informations
Fondation 1931
Type Université nationale
Localisation
Coordonnées 34° 49′ 09″ N 135° 31′ 36″ E / 34.81917, 135.52667 ()34° 49′ 09″ Nord 135° 31′ 36″ Est / 34.81917, 135.52667 ()  
Ville Suita
Pays Drapeau du Japon Japon
Chiffres clés
Personnel 8 675[1]
Enseignants 2 953[1]
Étudiants 25 248[1]
Undergraduates 15 937[1]
Postgraduates 7 856[1]
Divers
Affiliation Universités nationales japonaises[2]
Site web www.osaka-u.ac.jp/en

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Université d'Osaka

L'université d'Osaka (大阪大学, Ōsaka Daigaku?), souvent abrégé en Handai (阪大?), est une université japonaise située à Suita, dans la préfecture d'Osaka dans la région du Kansai. Son origine remonte à la création d'une école de médecine créée en 1880 élevée au rang université impériale en 1931.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première structures d'enseignement[modifier | modifier le code]

Avec le début de l'ère Meiji, le pays commence à se doter de plusieurs structures d'enseignement et de santé à l'occidentale. À Osaka, le ministère de l'éducation met ainsi en place un hôpital en 1869, suivit en 1880 par la création d'une école de médecine travaillant en relation avec celui-ci, et administré par la ville. En 1896, la municipalité d'Osaka ouvre par ailleurs une école technique[3]. À la même époque, le ministère de l'éducation prévoit la mise en place d'un système universitaire basé sur huit universités impériales, mais la structuration de l'enseignement secondaire prend du retard en raison de la guerre contre la Chine de 1894-1895 puis de la guerre contre la Russie de 1904-1905. Ce n'est qu'après celles-ci de la mouvement de création de ces universités est relancé[4].

Après la Première Guerre mondiale, le gouvernement japonais promulgue une loi sur l'université dans le but de développer son enseignement supérieur. Cette loi permet notamment la création d'université dépendant de collectivités locales ou ne comptant qu'une seule faculté[5]. C'est en application de celle-ci que l'école de médecine est hissée en au rang d'université de médecine d'Osaka (大阪医科大学?)[3].

Structuration de l'université[modifier | modifier le code]

L'université impériale avant guerre.

En , l'université est réformée et devient la sixième université impériale du Japon[n 1], en prenant le nom d'université impériale d'Osaka (大阪帝国大学, Ōsaka teikoku daigaku?). Elle ne compte à l'origine qu'une unique faculté de médecine, avant que l'école technique municipale soit intégrée pour former une faculté d'ingénierie[3]. Les capacités de recherche sont développées avec l'ouverture de premiers laboratoires rattachés à l'établissement, notamment le centre de recherche sur la médecine microbienne en 1933, et le laboratoire sur les sciences de l'industrie en 1939[6].

À la suite de la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, le système universitaire japonais est restructuré par l’occupant américain. En 1947, l’université prend son nom actuel d’université d'Osaka (大阪大学, Ōsaka daigaku?). En mai 1949, une loi sur l’éducation réforme le système universitaire japonais. La durée du premier cycle universitaire passe ainsi de trois à quatre ans. Des écoles techniques sont par ailleurs intégrées à l'université pour servir de base à la création de nouvelles facultés. Le lycée d'Osaka (大阪高等学校?), l'école préparatoire (浪速高等学校?), et l'école de pharmacologie d'Osaka (大阪薬学専門学校?) servent ainsi à mettre en place des facultés de droit et lettres, d’ingénierie, et de pharmacologie. Le deuxième cycle est lui aussi réformé en 1953 et structuré autour de neuf graduate schools[6].

Développements contemporains[modifier | modifier le code]

Le nombre de facultés de premier cycle est développé pour atteindre un total de dix en 1972. L'université commence par ailleurs à la même époque à regrouper ses différentes installations dans deux sites au nord d'Osaka, à Suita, à proximité immédiate du lieu d'implantation de l'exposition universelle de 1970. Ce déménagement est achevé en 1993 avec l'ouverture sur ce campus de l’hôpital universitaire. Les graduate schools voient elles leur nombre augmenté à partir des années 1990, passant à 15 dans les années 2000[7].

Depuis 2004, l'université est devenue, par le biais d'une nouvelle loi s'appliquant à toutes les universités nationales, une entreprise d'université nationale. Malgré ce changement qui a augmenté son autonomie, notamment financière, l'université d'Osaka est toujours partiellement contrôlée par le ministère de l'Éducation. Elle est par ailleurs sélectionnée par ce même ministère en 2010 pour faire partie des treize premières universités sélectionnées par le programme « Global 30 » qui vise à augmenter le nombre d’étudiants étrangers au Japon[8].

L'établissement commence à étudier en 2004 une fusion avec l'université de langues étrangères d'Osaka, de manière à augmenter sa taille et à anticiper la baisse du nombre d'étudiants consécutif au vieillissement de la population nationale[9]. Cette fusion est effective à la rentrée 2007, ce qui permet au nouvel ensemble de passer devant l'université de Tokyo en termes de nouveaux étudiants intégrés chaque année[10] .

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents de l’université d'Osaka[3]
Hantarō Nagaoka (長岡半太郎?) 1931-1934 Minoru Okada (岡田實?) 1966-1969 Hideo Miyahara (宮原秀夫?) 2003-2007
Chōzaburō Kusumoto (楠本長三郎?) 1934-1943 Shuntarō Kamahora (釜洞醇太郎?) 1969-1975 Kiyokazu Washida (鷲田清一?) 2007-2011
Ricō Majima (真島利行?) 1943-1946 Juntaro Kamahora (若槻哲雄?) 1975-1979 Toshio Hirano (平野俊夫?) depuis 2011
Hidetsugu Yagi (八木秀次?) 1946 Yuichi Yamamura (山村雄一?) 1979-1985
Arao Imamura (今村荒男?) 1946-1954 Nomuaki Kumagai (熊谷信昭?) 1985-1991
Kenjirō Shōda (正田建次郎?) 1954-1960 Junjirō Kanemori (金森順次郎?) 1991-1997
Shirō Akahori (赤堀四郎?) 1960-1966 Tadamitsu Kishimoto (岸本忠三?) 1997-2003

Composantes[modifier | modifier le code]

Composantes d'enseignement[modifier | modifier le code]

Faculté de sciences humaines.

L'université compte onze facultés de premier cycle (学部, gakubu?)[11]qui scolarisent en 2011 15 937 étudiants[1]. Les champs de spécialité de chacune d’elles sont les suivants : Lettres, sciences humaines, études étrangères, droit, économie, science, ingénierie, sciences de l'ingénieur, médecine, pharmacologie, et odontologie[11].

L’établissement compte par ailleurs 14 facultés de cycles supérieurs (研究科, kenkyūka?)[11] qui scolarisent en 2011 7 856 étudiants[1]. Les champs de spécialité de chacune d’elles sont les suivants : Lettres, sciences humaines, droit et sciences politiques, économie, science, médecine, odontologie, pharmacologie, ingénierie, sciences de l'ingénieur, langues et cultures étrangères, géopolitique, sciences et technologies de l'information, bio-sciences. À celle-ci s'ajoute par ailleurs une école de droit[11].

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

L'université dispose de plusieurs bibliothèques dont les fonds se montent en 2012 à 3 987 445 entrées[12]

Hôpitaux[modifier | modifier le code]

L'hôpital universitaire

L'université dispose de deux hôpitaux universitaires travaillant avec ses différents départements de formations en médecine, à savoir un hôpital généraliste, et un hôpital spécialisé dans les soins dentaires. Tous deux sont situés dans la ville de Suita dans la banlieue nord d'Osaka, et totalisent un peu plus de 1 100 lits[12]. Les premiers bâtiments sont construits initialement en 1869 dans l'arrondissement de Chūō et sont régulièrement modernisés avant que l'ensemble ne soit déménagé en 1993 dans son espace actuel[13].

L'hôpital de médecine compte 1 076 lits et a traité en 2011 613 705 patients en consultations externes et 344 228 patients en consultation interne. L'hôpital d'odontologie dispose lui de 40 lits à la même date, et a traité cette année-là 212 856 patients en consultations externes et 11 958 patients en consultation interne[12].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Scolarité[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Recherches[modifier | modifier le code]

L'université est aussi propriétaire de brevets déposés par ses équipes de recherches. Elle se classe au 4e rang des universités japonaises par son nombre de brevets déposés lors de l'année 2009 avec 171 dépôts enregistrés par le bureau japonais des brevets[14].

Scientométrie[modifier | modifier le code]

Implantations[modifier | modifier le code]

Campus de Suita[modifier | modifier le code]

Le campus de Suita est situé à proximité immédiate du lieu d'implantation de l'exposition universelle de 1970.

En 1998, le campus est connecté au monorail d'Osaka[15].

Campus de Toyonaka[modifier | modifier le code]

Vie étudiantes[modifier | modifier le code]

Vie associative et traditions[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population étudiante.

1992 1997 2002 2007 2012 - - - -
15 420[16] 18 612[16] 19 705[16] 19 715[16] 23 558[16] - - - -

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Étudiants[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'université impériale de Tokyo est ouverte en 1877, celle de Kyoto en 1897, celle du Tōhoku en 1907, celle de Kyūshū en 1911, et celle de Hokkaidō en 1918. Deux autres établissement portant le nom d'université impériale sont par ailleurs ouverts, à Séoul en 1924 et à Taipei en 1928 mais de dépendant pas du ministère de l'éducation mais des administrations coloniales locales

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en)Outline of the University, Université d'Osaka, consulté sur www.osaka-u.ac.jp le 10 octobre 2012
  2. (en) Member Universities of the Japan association of National Universities, www.kokudaikyo.gr.jp, consulté le 18 aout 2009
  3. a, b, c et d (ja)大学の沿革, Université d'Osaka, consulté sur www.osaka-u.ac.jp le 26 septembre 2012
  4. (en)« The Expansion of the Imperial University System », Ministry of Education, Culture, Sports, Science and Technology, consulté sur web.archive.org le 9 octobre 2012
  5. (en)« The University Order and the Growth of Universities », Ministry of Education, Culture, Sports, Science and Technology, consulté sur web.archive.org le 9 octobre 2012
  6. a et b Université d'Osaka juillet 2012, p. 4
  7. (en)History of Osaka University, Université d'Osaka, consulté sur www.osaka-u.ac.jp le 21 octobre 2012
  8. (en)13 Universities Lead Japan's Internationalization, MEXT, consulté sur www.uni.international.mext.go.jp le 10 octobre 2012
  9. (en)« Two Osaka universities mull merger », dans The Japan Times, 26 juillet 2004, consulté sur www.japantimes.co.jp le 10 octobre 2012
  10. (en)« Osaka U. adds neighbor, set to eclipse Tokyo counterpart », dans The Japan Times, 2 octobre 2007, consulté sur www.japantimes.co.jp le 10 octobre 2012
  11. a, b, c et d (en)Academics, Université d'Osaka, consulté sur www.osaka-u.ac.jp le 10 octobre 2012
  12. a, b et c Université d'Osaka juillet 2012, p. 14
  13. (ja)阪大病院の歴史, Osaka University Hospital, consulté sur www.hosp.med.osaka-u.ac.jp le 8 octobre 2012
  14. (ja) 2009年国内大学別特許公開件数, Bureau japonais des brevets, 8 décembre 2010, consulté sur www.jpo.go.jp le 10 octobre 2012
  15. (en)« Osaka monorail extension opens », dans The Japan Times, 21 aout 1997, consulté sur www.japantimes.co.jp le 10 octobre 2012
  16. a, b, c, d et e Université d'Osaka juillet 2012, p. 18
  17. (en) Tomoko Hori, « Tezuka Osamu's Student Life in Osaka University: To Be a Doctor or a Manga Artist, That Is the Question », The Japan Times, 27 mai 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 27 mai 2011
  18. (en)Asako Murakami, « Small campus, big dreams, NAIST blazing new trails in education », dans The Japan Times, 6 juillet 2003, consulté sur www.japantimes.co.jp le 10 octobre 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ja) Osaka University Profile 2012, Suita, Université d'Osaka,‎ juillet 2012, 34 p. (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :