Université d'Artois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette page est consacrée à l’université contemporaine. Pour une approche historique des universités en Artois depuis 1559, voir Universités de Douai.
Page d'aide sur l'homonymie Pour le Pôle de recherche et d'enseignement supérieur, voir Université Lille Nord de France
Université d’Artois
Université d'Artois
Université d'Artois
Informations
Fondation 1992
Type Université (EPSCP)
Régime linguistique Français
Localisation
Coordonnées 50° 16′ 59″ N 2° 47′ 38″ E / 50.283, 2.79450° 16′ 59″ Nord 2° 47′ 38″ Est / 50.283, 2.794  
Ville Arras
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Direction
Président Francis Marcoin
Chiffres clés
Personnel 604 BIATOSS et 147 emplois contractuels
Enseignants 846
Étudiants Environ 11 000
Divers
Affiliation PRES Université Lille Nord de France
Site web www.univ-artois.fr/

L'université d'Artois est une université française fondée en 1992 (décret n°91-1160 du 7 novembre 1991) et localisée dans plusieurs sites du Nord de la France (Arras, Béthune, Douai, Lens, Liévin). Son siège est situé à Arras. Ancienne antenne des universités lilloises, l'université d'Artois est membre du PRES Université Lille Nord de France.

Historique[modifier | modifier le code]

Création des universités multipolaires du Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

En 1986, la création d'antennes de l'université de Lille est envisagée. Les élus du Pas-de-Calais s’inquiètent de la multiplication de ces antennes, et demandent la création d'une université autonome, afin de combler le retard de formation des habitants. En 1988, le rapport TEN indique que près des trois quart de la population du Pas-de-Calais n'a pas de qualifications, contre une moyenne nationale de 67 %. En 1990, Lionel Jospin, alors ministre de l'Éducation, lance le plan « Universités 2000 » (l'un des plans de modernisation des universités françaises). Ce sont finalement non pas une mais deux universités multipolaires qui sont créées. Le département du Nord obtient un accord de solidarité : l'université du Littoral comprend une antenne à Dunkerque, et celle de l'Artois une à Douai. Le Conseil général finance ce projet à hauteur de 280 millions de francs, dont 100 millions de francs en 1990[1].

Construction de l'université, ouverture et développement[modifier | modifier le code]

La création de l'université d'Artois nécessite la construction de 92 000 m2 de locaux pour un montant total de 492 millions de francs[1]. Un arrêté du Ministère de l'Enseignement supérieur officialise la création le 7 novembre 1991.

La première rentrée a lieu en octobre 1992. 6 000 étudiants sont alors répartis entre les deux universités départementales. Un tiers des étudiants inscrits à l'université d'Artois sont boursiers. La multipolarité permet à des jeunes de s'inscrire, alors qu'ils n'auraient pas eu les moyens d'aller à Lille. Les effectifs augmentent régulièrement d'années en année, avec l'ouverture de nouvelles sections, et en 2000, le nombre d'étudiants atteint 12 000[1].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

  • Alain Lottin, professeur d'histoire moderne assure la première présidence de 1991 à 2000, tout d'abord comme administrateur provisoire puis comme président à partir du 17 janvier 1997.
  • Jean-Jacques Pollet, professeur de langue, littérature et civilisation germaniques, est président de 2000 à 2005. Il est nommé comme recteur de l'académie de Rouen avant la fin de son mandat.
  • Jacques Sys, professeur de langue, littérature et civilisation britanniques, est président de 2005 à 2006. Il démissionne avant la fin de son mandat pour des raisons de santé.
  • Christian Morzewski, professeur de littérature contemporaine, élu en 2006.
  • Francis Marcoin, professeur de littérature française, élu président le 25 mai 2012.

Composantes d'enseignement[modifier | modifier le code]

L'université d'Artois est composée de 8 UFR et de 2 IUT.

Unités de Formation et de Recherche[modifier | modifier le code]

L'université d'Artois à Lens, dans les grands bureaux des houillères
  • UFR d'Histoire et Géographie - site d'Arras
  • UFR de Langues étrangères - site d'Arras
  • UFR de Lettres & Arts - site d'Arras
  • UFR d'Economie, Gestion, Administration et Sciences sociales (EGASS) - site d'Arras
  • UFR de Droit "Alexis de Tocqueville" - site de Douai
  • UFR des Sciences Appliquées (FSA) - site de Béthune
  • UFR des Sciences Jean Perrin - site de Lens
  • UFR des Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) - site de Liévin

IUT[modifier | modifier le code]

Service commun de documentation[modifier | modifier le code]

Le SCD, qui se déploie sur les cinq pôles où s'est installée l'université, comprend historiquement huit bibliothèques (une à Arras, deux à Béthune, une à Douai, deux à Lens et deux à Liévin - Angres).

Bibliothèque universitaire à Arras

Le SCD intègre les 6 Bibliothèques Universitaires de Formation des Maîtres (BUFM) qui forment le Réseau documentaire Education et Formation (RDEF) (une à Arras, une à Douai, une à Gravelines, une à Outreau, une à Valenciennes et une à Villeneuve-d'Ascq).

On trouve également la bibliothèque du Centre Robinson à Arras : elle comprend 30 000 ouvrages de littérature jeunesse, utilisés principalement par le laboratoire de recherche Textes et Cultures et une bibliothèque patrimoniale dont les documents se situent sur les sites ESPE d'Arras et de Villeneuve d'Ascq : plus de 55 000 ouvrages ayant appartenu aux anciennes écoles normales du Nord-Pas-de-Calais de 1883 à 1991 composent ces fonds.

Les Bibliothèques des différents pôles de l'Université développent leur fonds en relation avec les enseignements dispensés sur chacun des sites.

  • Lettres & Langues, Sciences humaines & sociales, Sciences économiques & Gestion à Arras
  • Sciences appliquées, Ingénierie & Technologie à Béthune
  • Secteur secondaire à l'IUT de Béthune
  • Droit & Sciences politiques à Douai
  • Sciences à Lens
  • Secteur tertiaire à l'IUT de Lens
  • Sciences et techniques des activités physiques et sportives à Angres et Liévin

Les fonds des bibliothèques des IUT de Béthune et Lens, plus anciens, ont été intégrés en 2002-2003 au catalogue informatisé du SCD.

Le SCD de l'université d'Artois propose sur son portail documentaire de consulter son catalogue, en recherche simple ou recherche avancée, ainsi que des services personnalisés (demandes de prêts navette, de prêt entre bibliothèque, questions aux bibliothécaires, renouvellement de prêts et réservation d'ouvrage).

Depuis le 6 mars 2012, le SCD de l'Université d'Artois a rejoint Ubib[2] qui permet de répondre par chat ou par mail aux questions des usagers.

Le 22 mars 2012, le SCD de l'Université d'Artois a ouvert sa page Facebook qui diffuse des actualités relatives au SCD, à l'Université et propose des services en ligne (Ubib, portail documentaire, SUDOC) à travers diverses applications.

Entrée Est du pôle d'Arras

Campus[modifier | modifier le code]

L'université d'Artois est située sur plusieurs campus :

Formation et recherche[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'Université d'Artois est une université pluridisciplinaire qui propose un large éventail de formations de bac + 1 à bac + 8, organisées selon le schéma européen LMD Licence Master Doctorat.

Domaines de formation :

  • Arts, Lettres, Langues
  • Droit, Economie, Gestion
  • Sciences humaines et sociales
  • Sciences, Technologies, Santé
  • Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

En complément de la formation initiale traditionnelle, l'Université d’Artois propose des formations en alternance pour les jeunes qui souhaitent acquérir une expérience professionnelle tout en ayant une formation théorique, des formations continues diplômantes et non diplômantes à l’attention des adultes qui souhaitent reprendre des études, ainsi que des formations à distance.

De plus, malgré sa petite taille, l'université jouit d'une bonne réputation : Effectivement, c'est une université dite "à échelle humaine", cela permet donc un enseignement plus personnalisé pour chaque étudiant, permettant à chacun de progresser à son rythme.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Ouverte sur le monde depuis sa création, l’Université d’Artois s’inscrit pleinement dans une démarche d’ouverture vers l’international. Des partenariats sont solidement établis avec différents pays dans les domaines de la formation et de la recherche. La politique de relations internationales vise à dynamiser la coopération internationale.

De nombreux partenariats et des programmes d'échanges : L’Université d’Artois a développé un réseau de coopération interuniversitaire, elle compte plus de 50 conventions bilatérales établies avec différents pays de l’Europe, de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud, de l’Asie et de l’Afrique.

L’Université d’Artois participe activement au programme européen d'éducation et de formation tout au long de la vie, Life long Learning Program, et à son programme sectoriel Erasmus. Ainsi, plus de 100 accords Erasmus permettent aux étudiants d’étudier, d’effectuer un stage ou de participer à un programme intensif. Ces accords offrent également une mobilité aux enseignants qui souhaitent enseigner dans une des universités partenaires.

D’autres programmes d’échanges existent avec des partenaires situés en dehors de l'espace européen qui permettent également des expériences enrichissantes.

Plusieurs formations permettent l’obtention d’un double diplôme.

Recherche[modifier | modifier le code]

L'université d'Artois compte 15 laboratoires de recherche labellisés par la direction scientifique du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche ou par le CNRS. Dans ces laboratoires, les enseignants-chercheurs (professeurs et maîtres de conférences des universités) et les doctorants travaillent à la production des savoirs et des connaissances dans tous les domaines scientifiques représentés (sciences humaines et sociales ; sciences de la vie et de la Terre ; sciences appliquées, technologie et ingénierie ; sciences économiques et juridiques). L'université d'Artois s'est également dotée d'une maison d'édition Artois Presses Université pour promouvoir et diffuser les travaux scientifiques les plus importants des laboratoires.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

L’université d’Artois s'attache à proposer une vie étudiante de qualité. Depuis ses débuts, l'université d'Artois développe une politique culturelle, offrant à ses étudiants l'accès à des spectacles de grande qualité et leur proposant de suivre des stages ou ateliers, ou encore de s'investir dans des associations.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Chaque année, festival MusiKampus (festival de musiques actuelles), festival universitaire international de théâtre, ou encore la fête internationale du sport.

Associations étudiantes[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire hors IUFM
1992-1993 1993-1994 1994-1995 1995-1996 1996-1997 1997-1998 1998-1999 1999-2000
2 639[c 1] 4 599[c 1] 6 595[c 1] 8 154[c 1] 9 504[c 1] 9 695[c 1] 9 533[c 1] 9 468[c 1]
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
11 038[3] 10 800[4] 10 813[5] 11 042[6] 11 154[7] 10 949[8] 10 574[9] 9 939[10]
2008 2009 2010 2011 - - - -
9 227[11] 8 952[12] 11 404[13] 10 818[14] - - - -


Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. a, b, c, d, e, f, g et h p. 12

Autres références :

  1. a, b et c C'artouche, Pas-de-Calais : Histoire d'un renouveau, Paris, Librairie Arthème Fayard,‎ 2000, 349 p. (ISBN 978-2-213-60733-7 et 2-213-60733-8), p.16 et 17 ; 105 à 109
  2. Ubib
  3. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  4. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  5. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  6. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  7. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  8. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  9. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  13. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  14. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Comité national d'évaluation, L'université d'Artois, rapport d'évaluation, Paris,‎ 1996 (lire en ligne)
  • Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur, Rapport d'évaluation de l'Université d'Artois, Paris,‎ novembre 2009, 38 p. (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :