Université d'Angers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université d’Angers
Université d'Angers
Université d'Angers
Informations
Fondation 1971
Type Université publique (EPSCP)
Régime linguistique Français
Budget 136,4 millions d’euros [1] (2010, masse salariale incluse)
Localisation
Coordonnées 47° 28′ 40″ N 0° 33′ 03″ O / 47.477812, -0.550969 ()47° 28′ 40″ Nord 0° 33′ 03″ Ouest / 47.477812, -0.550969 ()  
Ville Angers
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Campus Campus de Belle-Beille
Campus de Saint-Serge
Campus Santé
Direction
Président Jean-Paul Saint-André
Chiffres clés
Personnel 708 BIATOSS (2010)[1]
Enseignants 950 (2010)
Vacataires : 1 717 (2010)[1]
Étudiants 20 200 (2011)[1]
Divers
Site web www.univ-angers.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université d’Angers

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Université d’Angers

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Université d’Angers

Géolocalisation sur la carte : Angers

(Voir situation sur carte : Angers)
Université d’Angers

L’université d'Angers est l’université se trouvant dans la ville d’Angers. Elle se compose de six unités de formation et de recherche et deux instituts de formation pour un total de 20 000 étudiants en 2011. Elle s’étend sur trois campus à Angers et possède des antennes à Cholet et à Saumur.

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Université médiévale[modifier | modifier le code]

L'université d'Angers a été fondée au cours du XIVe siècle.
C'est Charles V qui lui donne ses lettres de noblesse en 1364 en créant l'Université « Droit, médecine et théologie ».
En 1433, au temps du roi René, le pape Eugène IV reconnait officiellement l'Université d'Angers.

Bruneau de Tartifume, chroniqueur et érudit du XVIe siècle, diplômé en droit, avocat et président du présidial d'Angers, représenta par un croquis très précis, le bâtiment principal de l'université d'Angers[2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Photographie du bâtiment de la présidence de l'Université d'Angers.
Bâtiment de la présidence de l'Université d'Angers.

En 1875, l'Universitas Andegavensis renaît par la création de l'Université catholique de l'Ouest. L'histoire de l'université au XXe siècle est ensuite marquée par la création du Centre scientifique universitaire en 1958, l'ouverture de la Faculté de médecine en 1965[3], puis par la création de l'IUT en 1966. En 1968 et 1970 sont respectivement créés le Collège juridique universitaire et le Collège littéraire universitaire. Ces derniers sont finalement rassemblés en 1971 avec l'ensemble des autres facultés et instituts pour former l'actuelle université. En 1989, Lionel Jospin inaugure les ensembles littéraires du campus Belle-Beille[3].

La ville d'Angers est donc l'une des rares villes à compter une université publique et une université privée : l'Université d'Angers et l'Université catholique de l'Ouest.

En 2009, L'université d'Angers est membre fondateur du Pôle de recherche et d'enseignement supérieur Université Nantes Angers Le Mans.

Structure[modifier | modifier le code]

La Faculté de lettres, langues et sciences humaines : de 4 667 étudiants (26 % des étudiants) en 2009-2010, elle est passée à 5 712 étudiants en 2010-2011 (28,3 %).

L'université d'Angers est composée d’une part d'unités de formation et de recherche (UFR) et d’autre part d'« instituts et écoles » conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités publiques en France[4] :

Campus[modifier | modifier le code]

Les locaux de l'université sont situés à plusieurs endroits du département de Maine-et-Loire.

Sur la ville d'Angers, trois campus sont présent. Le campus de Belle-Beille au nord-ouest de la ville, regroupe les activités lettres, sciences humaines et sciences. Le campus de Saint-Serge est réservé aux sciences économiques, au droit ainsi qu'au tourisme. Les bâtiments ont été construits dans les années 1990, à proximité du centre-ville. Enfin, le campus santé regroupe les activités de médecine et de pharmacie à proximité du centre hospitalier universitaire d'Angers. Une délocalisation des cours de PACES (par visio conférence directe)existe pour les étudiants du Mans qui ne peuvent pas venir sur Angers.

D'autres campus se trouvent dans les villes de Cholet et de Saumur.

Bibliothèques universitaires[modifier | modifier le code]

Il y deux bibliothèques universitaires à Angers : celle de Belle-Beille et celle de Saint-Serge. La bibliothèque universitaire de Saint-Serge, située près du centre-ville, elle se répartit sur trois niveaux et possède le label "NoctamBU" du fait de son ouverture jusqu'a 22h30. La bibliothèque universitaire Belle-Beille, concerne davantage les étudiants en sciences, lettres, sciences humaines, sur deux niveaux. Elle est située au cœur du Campus Belle-Beille, derrière la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines.

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

L'Université d'Angers dispose d'une offre de formation composée de :

  • 18 licences
  • 6 diplômes universitaires technologiques
  • 25 catégories de master
  • 50 licences professionnelles
  • 8 écoles doctorales pour 464 doctorants sur l'année 2010-2011[5]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

En 2008-2009, l'université figurait à la 19e place des universités françaises qui accueillent des étudiants issus d'un échange Erasmus. 1,37 % de la population était concerné par cet échange[6]

Sur l'année 2010-2011, l'université d'Angers totalisait 365 partenariats internationaux (universités étrangères). Elle comptait 2 408 étudiants étrangers, de 100 nationalités différentes. 49 % d'entre eux sont d'origine africaine. Les nationalités les plus représentées sont le Maroc, la Chine ainsi que l'Algérie.

Par ailleurs, l'Université d'Angers propose neuf doubles diplômes, permettant d'obtenir le diplôme de l'Université d'Angers et celui d'une université étrangère dans laquelle l'étudiant aurait effectué un séjour[7].

Recherche[modifier | modifier le code]

L'Université d'Angers s'étale sur de nombreux domaines de la recherche comme la biologie, l'informatique, les mathématiques, les lettres, le langage, la chimie, la physique, la pharmacie ou en encore la médecine. Sur les 168 556 m² du parc immobilier de l'université 33 959 m² sont exclusivement dédiés à la recherche[8].

Les activités de recherche sont regroupées dans des pôles divisés par domaines : lettres, langues, sciences humaines et sociales, végétal et environnement, santé, matériaux, mathématique et le service de technologie de l'information et de la communication. 39 unités de recherches existent à l'Université d'Angers[9],[10]. Parmi ces structures, on compte notamment une fédération de la Recherche en Mathématiques, un Laboratoire d'Anatomie (Labo B38 de la Faculté de Médecine d'Angers[11], [12]). Les chercheurs angevins travaillent par ailleurs en étroite collaboration avec des organismes publics tels que le CHU d'Angers, le CNRS, l'INRA ou l'INSERM. L'université fait partie du projet d'Université Nantes Angers Le Mans (UNAM) dans le but de faciliter la coordination du travail des équipes de recherches des trois facultés de la région des Pays de la Loire.

L'Université d'Angers participe également à la Fête de la Science et à la Nuit des chercheurs chaque année pour promouvoir la recherche devant les jeunes (et moins jeunes)[13].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

1972 1975 1978 1981 1984 1987 1990 1993 1994
3 346[14] 5 627[14] 6 634[14] 7 433[14] 8 689[14] 9 308[14] 12 558[14] 16 357[14] 17 855[15]
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
17 318[14] 16 701[15] 16 504[15] 15 938[14] 15 742[16] 15 293[17] 15 650[18] 16 142[19] 16 581[20]
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 - -
17 524[21] 17 622[22] 17 638[23] 17 774[24] 18 504[25] 18 922[26] 19 090[27] - -

Vie associative[modifier | modifier le code]

En marge des formations, l'Université d'Angers propose une large gamme d'activités extra-scolaires. Le SUAPS (Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives) propose une quarantaine d'activité physiques et sportives à des tarifs adaptés. Le service culturel de l'université met à disposition une salle de représentation ainsi qu'un forum pour permettre aux étudiants qui le souhaitent de monter des projets artistiques ou de mettre en place des représentations.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Étudiant[modifier | modifier le code]

Enseignants et anciens enseignants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) « Chiffres clés », sur www.univ-angers.fr
  2. * Dessin de l'Université d'Angers par Bruneau de Tartifume
  3. a et b http://www.univ-angers.fr/fr/universite/actualites/ua-mag---decembre-2011.html
  4. (fr) « Organigramme fonctionnel 2009 », sur www.univ-angers.fr
  5. Données disponibles dans l'Agenda de l'étudiant de l'Université d'Angers en 2010-2011
  6. Programme Erasmus, Classement français des universités françaises les plus performantes par année académiques, agence Europe-Education-Formation France, juillet 2010, p. 1, consulté sur www.europe-education-formation.fr le 26 octobre 2010
  7. Toutes ces données sont issues de l'Agenda de l'étudiant de l'université d'Angers.
  8. http://www.univ-angers.fr/fr/universite/chiffres-cles.html
  9. http://www.univ-angers.fr/fr/recherche/unites-et-structures-de-recherche.html
  10. http://www.univ-angers.fr/fr/recherche/panorama-de-la-recherche.html
  11. http://www.med.univ-angers.fr/fr/index.html
  12. http://med2.univ-angers.fr/discipline/labo_anat/
  13. http://www.univ-angers.fr/fr/recherche/culture-scientifique-et-technique.html
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « L'ouest Atlantique: Bretagne et Pays de la Loire p. 31 », sur www.cne-evaluation.fr
  15. a, b et c Comité national d'évaluation 2004, p. 16
  16. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  20. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  21. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  22. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  23. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  24. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  25. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  26. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  27. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]