Université catholique de l'Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université catholique de l'Ouest
Image illustrative de l'article Université catholique de l'Ouest
Informations
Fondation 1875
Fondateur Mgr Charles-Émile Freppel, évêque d’Angers
Type Établissement privé d'enseignement supérieur
Localisation
Coordonnées 47° 27′ 48″ N 0° 32′ 49″ O / 47.463298, -0.546921 ()47° 27′ 48″ Nord 0° 32′ 49″ Ouest / 47.463298, -0.546921 ()  
Ville Angers
Pays France
Campus Angers, Vannes/Arradon, Guingamp, Laval, Papeete
Direction
Recteur Dominique Vermersch
Chiffres clés
Étudiants 12 000
Divers
Site web www.uco.fr/

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Université catholique de l'Ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université catholique de l'Ouest

L' Université catholique de l'Ouest[1], dite La Catho, forme un établissement d'enseignement supérieur privé, catholique, français fondé en 1875 à Angers. L'UCO compte aujourd'hui 12000 étudiants, répartis sur cinq sites : Angers, Arradon, Guingamp, Laval, Papeete.

L'UCO est gérée par l'Association Saint Yves, reconnue d'utilité publique le 24 octobre 1941[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1875 : fondation de la faculté de droit par Mgr Charles-Émile Freppel, évêque d’Angers. C'est la première faculté privée de France[réf. souhaitée]. Elle est inaugurée à la cathédrale le 15 novembre, grâce à une bourse de 1.200.000 francs offerts par Sosthènes de La Rochefoucauld-Doudeauville. Les autres instituts ouvrent à Angers les années suivantes : lettres (1876), sciences (1877) et théologie (1879).
  • 1879 : L’université est érigée canoniquement en université catholique par le pape Pie IX.
  • 1898 : Fondation de l’École supérieure d’agriculture et de viticulture, future École supérieure d’agriculture (ESA), par le père Vétillart.
  • Octobre 1909 : Création de l’École des sciences commerciales (ESSCA).
  • 1947 : Création du Centre de langue et civilisation françaises pour étrangers.
  • 1950 : Création de l’École technique supérieure de chimie (ETSCO).
  • 1956 : Création de l’École supérieure d'électronique de l'Ouest (ESEO).
  • 22 octobre 1993 : Pose de la première pierre des nouveaux bâtiments de l’UCO.
  • 2007 : Mise en demeure du rectorat de ne plus utiliser le terme d’« université »[3] puis reconnaissance[4].
  • 1er janvier 2008 : Guy Bedouelle devient le nouveau recteur.
  • 22 août 2011 : Robert Martin-de-Montagu devient recteur par intérim pour un an[5].
  • 1er septembre 2012 : Dominique Vermersch devient Recteur[6].

Organisation[modifier | modifier le code]

L’établissement compte cinq campus :

Instituts[modifier | modifier le code]

À Angers, on compte la Faculté de théologie et de sciences religieuses et dix instituts :

Vendée, l'I.C.E.S[modifier | modifier le code]

De 1990 à 1993, sous l’autorité pédagogique de l’UCO, l’Institut catholique d’études supérieures (ICES) s’ouvrait à la Roche-sur-Yon. Après trois années de collaboration, le conseil supérieur de l’UCO accorda à cet établissement son indépendance pédagogique. Mgr François Garnier, évêque de Luçon, devint le garant institutionnel de l’établissement assurant sous sa responsabilité le maintien de son appartenance ecclésiale[évasif].

Recteurs[modifier | modifier le code]

Entre 2002 et 2007, le recteur était Robert Rousseau. Le père Guy Bedouelle, dominicain, homme de lettres, juriste, théologien et historien de l’Église, conférencier et pédagogue, lui succède en janvier 2008. Depuis le 1er septembre 2012, ces fonctions sont assurées par M. Dominique Vermersch.

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Bâtiment René Bazin

Anciens enseignants et enseignants actuels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bien que l'Article L731-14 du Code de l'éducation dispose que « Les établissements d'enseignement supérieur privés ne peuvent en aucun cas prendre le titre d'universités. », c'est sous le nom d'Université catholique de l'Ouest que cet établissement est connu.
  2. Liste des associations reconnues d'utilité publique, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  3. Laurent Beauvallet, « La Catho interdite de s’appeler université », Ouest-France, 29 juin 2007
  4. Brigitte Chirat, « L’UCO ne perdra pas son “U” », Le Courrier de l’Ouest, 17 septembre 2007
  5. http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Angers.-Le-recteur-de-l-Universite-catholique-a-demissionne_40774-1980066------49007-aud_actu.Htm
  6. [PDF] catholique-angers.cef.fr
  7. * (fr) La « Catho » célèbre ses cent vingt-cinq ans sur le site de la ville d'Angers
  8. Germain Marc'hadour BnF.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :