Université Makerere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Makerere
Image illustrative de l'article Université Makerere
Devise We build for the future
Nom original Makerere University
Informations
Fondation 1922
Type Université publique
Régime linguistique Anglais
Localisation
Coordonnées 0° 20′ 00″ S 32° 34′ 06″ E / -0.33333333, 32.568333330° 20′ 00″ Sud 32° 34′ 06″ Est / -0.33333333, 32.56833333  
Ville Kampala
Pays Drapeau de l'Ouganda Ouganda
Chiffres clés
Étudiants Environ 30 000
Divers
Affiliation Association des universités africaines (AUA)[1]
Site web mak.ac.ug/

L'université Makere (en anglais : Makerere University) est la plus grande université d'Ouganda.

En août 2013, le président du conseil, Charles Wana Etyem, a annoncé que l'établissement fermait ses portes pour une durée indéfinie en raison de négociations salariales non abouties entre la direction et les salariés. Une situation similaire s'était déjà produite en septembre 2011[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Il fut d'abord créé une école technique en 1922 qui devint en 1963, l'université d'Afrique orientale, proposant des cours menant aux diplômes généralistes de l'université de Londres. Elle devint une université nationale indépendante en 1970 quand l'Université de l'Afrique de l'Est se divisa en trois université indépendantes : l'université de Nairobi au Kenya, l'université de Dar es Salaam en Tanzanie et l'université Makerere. Aujourd'hui, Makerere possède 22 facultés, instituts et écoles proposant des programmes pour environ 30 000 étudiants undergraduates et 3 000 postgraduates.

Makerere fut le lieu d'étude de plusieurs dirigeants africains d'après l'indépendance des pays africains, dont les anciens présidents ougandais Milton Obote et tanzanien Julius Nyerere. Un autre ancien président tanzanien Benjamin Mkapa et l'actuel président kényan Mwai Kibaki, pourquoi ne pas cite l'actuel président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila sont aussi des anciens de Makerere

Dans les années qui suivirent l'indépendance de l'Ouganda, l'université fut le principal lieu de l'activité littéraire et de la culture nationaliste africaine. Quelques écrivains africains parmi les plus éminents, Nuruddin Farah, Ali Mazrui, David Rubadiri, Okello Oculi, Ngugi wa Thiong'o, John Ruganda, Paul Theroux et Peter Nazareth passérent par l'universiré Makerere à un moment de leur carrière d'écrivain ou professorale.

Composition[modifier | modifier le code]

Facultés[modifier | modifier le code]

  • Faculté d'Agriculture
  • Faculté des Arts
  • Faculté d'informatique et des technologies de l'information [1]
  • Faculté de la forêt et de la conservation de la nature
  • Faculté de droit
  • Faculté de médecine
  • Faculté de sciences
  • Faculté de sciences sociales
  • Faculté de technologie
  • Faculté de médecine vétérinaire

Instituts[modifier | modifier le code]

  • Institut de formation continue et pour adultes
  • Institut d'économie
  • Institut de l'environnement et des ressources naturelles
  • Institut de recherche sociale
  • Institut de statistiques, d'économie appliquée et de psychologie

Écoles[modifier | modifier le code]

  • École d'éducation
  • École d'arts et métiers
  • École de science de l'information et de documentation
  • École de management
  • Graduate School

Départements[modifier | modifier le code]

  • Directorat pour le soutien informatique

Anciens élèves célèbres[modifier | modifier le code]

Présidents et premiers ministres[modifier | modifier le code]

Vice-présidents[modifier | modifier le code]

Personnalités internationales[modifier | modifier le code]

Chefs d'entreprise[modifier | modifier le code]

Écrivains et journalistes[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Autour de l'université[modifier | modifier le code]

Une conférence historique et controversée sur la littérature africaine en langue anglaise (la première conférence des écrivains africains) a eu lieu à l'université Makerere en 1962, pour débattre de l'état de la littérature africaine post-coloniale. Ceux qui ont assisté incluent Chinua Achebe, Wole Soyinka, Ezéchiel Mphahlele, Lewis Nkosi, Ngugi wa Thiong'o (alors connu sous le nom de James Ngugi) et Rajat Neogy. Plusieurs écrivains nationalistes ont refusé de reconnaître toute la littérature écrite dans des langues non-africaines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.aau.org/membership/fullmembers.php?l=fr
  2. (en) Patience Ahimbisibwe, « Makerere University closed », sur www.africareview.com,‎ 14 août 2013 (consulté le 19 août 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]