Université Bordeaux II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Bordeaux Segalen
Image illustrative de l'article Université Bordeaux II
Informations
Fondation 21 mars 1970
Dissolution 1er janvier 2014
Type Université publique (EPSCP)
Localisation
Coordonnées 44° 49′ 31″ N 0° 36′ 21″ O / 44.8252, -0.6057944° 49′ 31″ Nord 0° 36′ 21″ Ouest / 44.8252, -0.60579  
Ville Bordeaux
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Campus Carreire, place de la Victoire, Domaine universitaire de Talence Pessac Gradignan, Dax, Bayonne
Chiffres clés
Personnel 1 291 IATOS et contractuels (2011)[1]
Enseignants-chercheurs 1 012 (enseignants, enseignants-chercheurs et hospitalo-universitaires) (2011)[1]
Étudiants 21 474 (2011)[1]
Divers
Site web www.univ-bordeauxsegalen.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université Bordeaux Segalen

L’université Bordeaux Segalen (nom officiel : Bordeaux-II)[2], est une université française ayant existé entre 1971 et 2013. Elle fusionne le 1er janvier 2014 avec deux autres universités bordelaises pour former l'Université de Bordeaux.

Ses domaines principaux sont les sciences de la vie, les sciences de la santé et les sciences de l’Homme.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université de Bordeaux.

L’université de Bordeaux fut fondée en 1441 par une bulle du pape Eugène IV[3] à l'initiative de Pey Berland. En 1591 François de Foix créa la chaire de mathématiques. Toutes les universités furent ensuite supprimées en 1793 par la Convention. Les facultés furent rétablies avec la création de l’Université de France par Napoléon Ier en 1808.

Faculté de médecine et de pharmacie (1874-1968)[modifier | modifier le code]

La faculté de médecine et de pharmacie fut créée par la loi du 10 décembre 1874 et le décret du 16 juin 1878[4]. Elle s’installa en 1888 place d’Aquitaine (actuellement place de la Victoire) dans un bâtiment construit par Jean-Louis Pascal (1876-1888, 1902-1922[5]).

Université Bordeaux-II (1970-2014)[modifier | modifier le code]

Logo jusqu'en décembre 2010

L’université Bordeaux II fut créée en 1970 après la division en trois de l’ancienne université de Bordeaux reconstituée en 1896.

En 2007 Bordeaux-II est membre fondateur du PRES « Université de Bordeaux » et accède aux « compétences élargies » (applications de la LRU) en janvier 2010[6].

Jusqu'en décembre 2010, l'université portait le nom Université Victor Segalen Bordeaux 2. Mais pour pallier une utilisation pas toujours homogène de ce nom, préjudiciable surtout dans les publications scientifiques, le Conseil d'Administration s'est prononcé en juin 2010 pour le changement de nom[7]. Ce changement s'accompagne d'un nouveau logo qui symbolise « l'arborescence, la hiérarchisation, le savoir organisé, la technologie, la science mais aussi le cerveau de l'homme avec toutes ses connexions »[8].

Université de Bordeaux (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Préparée depuis 2010[9], l’université de Bordeaux est reformée le 1er janvier 2014, c’est le résultat des la fusion des universités Bordeaux I, Bordeaux II et Bordeaux IV[10].

Présidence[modifier | modifier le code]

Succession des présidents :

  • Pr Henri Bricaud, élu le 21 décembre 1970
  • Pr Jacques Latrille, élu le 19 décembre 1975
  • Pr Jean Tavernier, élu le 19 octobre 1980, réélu le 15 février 1982
  • Pr Dominique Ducassou, élu le 17 décembre 1987
  • Pr Jacques Beylot, élu le 17 novembre 1992
  • Pr Josy Reiffers, élu le 17 novembre 1997
  • Pr Bernard Bégaud, élu le 30 septembre 2002
  • Pr Manuel Tunon de Lara, fut élu le 29 janvier 2008.

Composantes[modifier | modifier le code]

L’université est constituée de dix composantes[11] :

  • huit UFR  :
    • sciences médicales
    • odontologie,
    • sciences pharmaceutiques,
    • sciences de la vie,
    • sciences et modélisation,
    • sciences de l’Homme,
    • sciences du sport et de l’éducation physique (STAPS),
    • œnologie (qui fait également partie de l’institut du vin et de la vigne Bordeaux-Aquitaine),
  • deux instituts :
    • l’institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement,
    • l’institut du thermalisme.

Implantations[modifier | modifier le code]

Site de la Victoire
Site de Carreire

Les locaux de l’université sont répartis sur six sites différents[12] :

  • le site de Carreire : situé à proximité du groupe hospitalier Pellegrin, l'un des trois groupes hospitaliers formant le CHU de Bordeaux, pour les formations de biologie, de médecine et de pharmacie.
  • la place de la Victoire, dans le centre-ville de Bordeaux : ce sont les bâtiments de l’ancienne faculté mixte de médecine et de pharmacie construits entre 1876 et 1888 puis 1902 et 1922 par l’architecte prix de Rome Jean-Louis Pascal, où se trouvent actuellement les formations en sciences de l’Homme, l'UFR d'Odontologie (rue Elie GINTRAC), ainsi que l'UFR de Sciences et Modélisation.
  • le domaine universitaire de Talence Pessac Gradignan : situé sur le campus des trois autres universités, pour les formations en sciences du sport et d'œnologie.
  • le site de Dax, où se situe l'institut du thermalisme.
  • Le domaine de la Grande Ferrade à Villenave d'Ornon, où se trouve l'Institut des Sciences de la Vigne et du Vin, sur le site de l'INRA.
  • Le campus de la Nive, à Bayonne, où se trouve l'IUP Sport, Management et Gestion des Entreprises, dans les locaux de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Licences[modifier | modifier le code]

L’université délivre la licence dans trois domaines :

Licences professionnelles[modifier | modifier le code]

Il est possible d’obtenir une des licences professionnelles suivantes :

  • Œnologie
  • Environnement
  • Industries chimiques et pharmaceutiques
  • Sciences de la vie et de la santé
  • Sciences de l'Homme
  • Gestion et développement des organisations et des services sportifs et de loisirs (STAPS)

Masters[modifier | modifier le code]

Bordeaux II délivre le master dans 2 domaines :

  • Sciences, technologies, santé
    • Biologie, santé
    • Médicaments et produits de santé
    • Modélisation, ingénierie mathématique, statistique et économique
    • Santé publique
  • Sciences humaines et sociales
    • Anthropologie
    • Langues de spécialité
    • Psychologie
    • Sciences cognitives
    • Sciences de l'éducation
    • Sociologie
    • Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Santé[modifier | modifier le code]

  • Médecine
  • Odontologie
  • Pharmacie
  • Sage-femme
  • Préparation aux concours para-médicaux (pédicurie-podologie, kinésithérapie, érgothérapie, psychomotricité, manipulateur en électroradiologie)
  • Orthoptique
  • Orthophonie

Doctorats[modifier | modifier le code]

Trois écoles doctorales existent à Bordeaux II :

  • Sciences de la vie et de la santé
  • Sciences sociales (société, santé, décision)
  • Mathématiques et Informatique

Autres[modifier | modifier le code]

  • DEUST Technologies et contrôles des produits de santé

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Scientométrie[modifier | modifier le code]

L’université Bordeaux 2 etait classée 457e au classement de Shangai, où elle se trouvait dans la fourchette 169-210 des universités européennes et 18-23 des universités/écoles françaises. Elle est classée 1 691e au classement Ranking Web of World Universities[13] qui classe 6000 écoles ou universités en fonction du volume et de la qualité de leurs publications électroniques (2008).

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

1987 1988 1989 1990 1991 1992 2000 2001
12 821[14] 12 334[14] 13 172[14] 13 368[14] 13 832[14] 14 195[14] 15 175[15] 15 038[16]
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
16 069[17] 16 745[18] 17 011[19] 17 487[20] 17 694[21] 17 759[22] 17 748[23] 17 897[24]
2010 2011 - - - - - -
17 826[25] 17 649[26] - - - - - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « L'université en chiffres », sur www.univ-bordeauxsegalen.fr,‎ 04 octobre 2011 (consulté le 26 octobre 2011)
  2. Décret no 2000-250 du 15 mars 2000 portant classification d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel
  3. (fr) « Historique avant 2000 », sur www.u-bordeaux1.fr (consulté le 19 janvier 2010)
  4. Desgraves et Dupeux 1969, La Faculté de Médecine et de Pharmacie pp 478-480
  5. Anne-Richard Bazire, Jean-Louis Pascal et la création de la salle des périodiques de la Bibliothèque nationale (1883-1936), Livraison d'histoire d'architecture, n°1, 2001, pp. 105-125 [lire en ligne]
  6. Dossier de presse du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour la rentrée 2009 (lire en ligne)
  7. Cécile Bébéar, « Nouveau nom, nouveau logo - une nouvelle identité visuelle pour l'Université Bordeaux Segalen »,‎ 8 novembre 2010
  8. « Une nouvelle identité visuelle »,‎ 3 janvier 2011
  9. « Manuel Tunon de Lara (futur président de l'Université de Bordeaux) : « Le projet de fusion des universités bordelaises doit préserver les spécificités de chacun » », sur www.educpros.fr,‎ 6 janvier 2011
  10. Décret no 2013-805 du 3 septembre 2013 portant création de l’Université de Bordeaux
  11. Page "UFR et Instituts" sur le site de l'université
  12. http://www.univ-bordeauxsegalen.fr/fr/campus/decouvrir-les-campus.html
  13. Ranking Web of World Universities
  14. a, b, c, d, e et f Comité national d'évaluation 1994, p. 12
  15. Jean-Richard Cytermann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Jean-Richard Cytermann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  20. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  21. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  22. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  23. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  24. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  25. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  26. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Comité national d'évaluation, L'Université Victor Segalen - Bordeaux II, rapport d'évaluation, Paris,‎ septembre 1994, 164 p. (lire en ligne)
  • Agence d'Évaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (AERES), AERES-S1-Bordeaux2, rapport d'évaluation,‎ juillet 2010, 46 p. (lire en ligne)
  • Louis Desgraves (dir.) et Georges Dupeux (dir.), Bordeaux au XIXe siècle, Bordeaux,‎ 1969, 560 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Site officiel[modifier | modifier le code]

Site officiel