Univers de Bleach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Univers de Bleach

Univers de fiction
Genre(s)

Chanbara fantastique

Auteur(s)

Tite Kubo

Année de création

2001

Pays d’origine

Drapeau du Japon Japon

Langue d’origine

Japonais

Support d’origine

Manga

Thème(s)
Inspiration(s)
  • Japon médiéval
  • Croyances japonaises sur la mort
Autre(s) support(s)

L’univers de Bleach est un univers fictionnel créé par Tite Kubo dans lequel se déroule l’histoire du shōnen manga Bleach, et de l’anime associé.

Prenant part en partie dans le monde réel, il présente une vision de la vie après la mort où les âmes des morts vont dans un monde appelé Soul Society une fois envoyés par des shinigami, montrés comme des âmes humaines ayant un pouvoir spirituel suffisamment puissant pour prendre les armes et utiliser ce pouvoir pour protéger le monde des vivants.

Âmes et pouvoirs[modifier | modifier le code]

Énergie spirituelle[modifier | modifier le code]

L'énergie spirituelle (霊力, Reiryoku?, lit. pouvoir spirituel) est dans l'univers de Bleach la source de vie de toute âme[1]. Suffisamment élevée, elle est aussi source de pouvoirs dépendant de la sensibilité extrasensorielle et de la volonté de l'utilisateur. Les capacités surhumaines des shinigami et des arrancars reposent sur son utilisation et, canalisée, elle sert aussi à alimenter les pouvoirs des zanpakutō ou à réaliser des sorts de nécromancie. Cette énergie peut être matérialisée afin d'être utilisée comme projectile.

Similaire au ki ( ?) du taoïsme, en étant diffusé dans l'air, il peut servir comme une aura de manifestation de puissance afin d'effrayer et de neutraliser les mouvements de l'adversaire[2],[3],[4],[5]. Cette technique, appelée dans Bleach la pression spirituelle (霊圧, Reiatsu?), est similaire à l'aura de ki des maitres de kenjutsu que l'on peut trouver dans certaines fictions de chanbara[note 1].

Espèces[modifier | modifier le code]

Shinigami[modifier | modifier le code]

Les shinigami (死神?, lit. Dieu de la mort), dans Bleach, sont des âmes(pour la plupart) d'apparence humaine faisant partie de l'Armée royale. Les âmes envoyées dans la Soul Society passent leur existence dans le rukongai, mais celles qui ont suffisamment d'énergie spirituelle peuvent suivre une formation à l'Académie afin de devenir des shinigami. Ils vivent alors au Sereitei et apprennent à utiliser les techniques de nécromancie ainsi que leur zanpakuto. Une fois l'Armée royale intégrée, les shinigami ont pour mission de défendre les vivants, de libérer l'âme des plus et de combattre les hollows.

Plus et hollow[modifier | modifier le code]

Les plus et les hollows ((ホロウ), horō?, japonais et anglais pour creux) sont dans l’univers de Bleach des créatures spirituelles distinctes.

Lorsqu’une personne meurt dévorée par ses regrets, son âme ne se dirige pas vers la Soul Society mais s'attache aux lieux ou aux personnes représentant ses regrets. Elle y est attachée par sa chaîne du karma ( 因果の鎖,, Inga no kusari?). Cette forme naturelle de l’âme humaine restée dans le monde réel est appelée un plus. Parmi les plus, on distingue les jibakurei (地縛霊?, lit. esprit lié à la terre) pour les âmes liées à un lieu et les tsukirei (自縛霊?, lit. esprit lié à soi) pour les âmes liées à une personne[6]. L’une des missions des shinigami est de procéder rapidement à un enterrement de l’âme (魂葬, konsō?) des plus afin d'éviter qu’ils ne deviennent des hollows.

Les hollows naissent d’âmes humaines qui, pour diverses raisons, n’ont pas été envoyées à la Soul Society après leur mort et ont fini par se transformer[7]. Ce sont des âmes corrompues aux pouvoirs surnaturels ; les hollows sont caractérisés par un trou rond dans leur poitrine, à l’emplacement du cœur, symbole de la perte de la conscience et du passage à l’état de masse d’instinct, et par le port d’un masque blanc qui représente la barrière entre la masse d’instinct qu’ils sont devenus et le monde extérieur[6]. Ils dévorent les âmes d'humains vivants ou décédés pour combler le vide émotionnel créé par leur trou, d’après l'explication de Rukia[7]. Leur famille ou l'objet de leurs regrets avant leur transformation est généralement leur première cible, mais enterre aussi le peu de conscience qu'il leur reste[7].

C’est la corrosion complète de la chaine du karma qui transforme un plus en hollow[8] : lorsque le processus de transformation atteint la dernière phase, l’âme commence à ressentir la faim[9], puis la corrosion de la chaine du karma s'accélère grandement avant de laisser un trou béant dans la poitrine[9]. Lorsque le trou apparait, l’âme explose avant de se reformer sous son nouvel aspect, puis le masque apparaît[10],[11] ; une âme ayant suffisamment de volonté peut résister au processus et voir le masque apparaître en premier[11], cependant cela ne change rien à sa transformation en hollow, sauf si elle possède la puissance spirituelle de se transformer en shinigami.

Le temps est la première raison de la corrosion de la chaine du karma qui s’auto-dévore[9]. Cependant, il faut plusieurs mois, voire plusieurs années avant la transformation en hollow si rien ne vient intervenir[6],[9]. L’attaque d'un hollow peut être un motif d'accélération du processus[7]. Certains hollows particulièrement imposants par leur taille sont appelés huge hollows (巨大虚(ヒュージホロウ), hyūji horō?, lit. anglais et japonais pour énorme creux, dans le contexte énorme hollow)[12]. Ils ont une taille d'approximativement quatre étages mais ne se différencient pas vraiment des autres hollows si ce n'est par leur taille[12].

Les hollows sont les principaux adversaires dans la toute première partie du manga, mais ils restent une menace importante tout au long de celui-ci.

Menos grande[modifier | modifier le code]

Les menos grande (大虚(メノス•グランデ), Menosu gurande?, lit. espagnol pour moins grand et japonais pour grand hollow[note 2], dans le contexte grand menosmenos est à opposer à plus) sont des créatures spirituelles nées de la fusion de centaines d’hollows[13],[14], à ne pas confondre avec les huge hollows.

La version la plus courante des menos grande est le gillian (最下大虚(ギリアン), Girian?, japonais pour grand hollow inférieur). Comme ils sont très courants, ce sont eux qui illustrent les manuels de l'académie[15]. D'une très grande taille et bien plus puissants que la moyenne des hollows, ils restent cependant plus faibles que les haut-gradés des treize armées de la Cour[15].

Les gillians ont tous la même apparence[15] : ils ressemblent à un fantôme noir portant un masque blanc avec un long nez pointu. Selon Tōshirō Hitsugaya, ils sont comparables à des soldats au sein d'une armée[15],[16] et leur apparence est le reflet de leur classe.

En raison de la « guerre de domination » entre les différentes âmes qui les composent, les gillians ont des mouvements lents ainsi qu'une intelligence et une personnalité très limitées[15],[14]. Il arrive cependant qu'une âme arrive à prendre le dessus, leur permettant d'obtenir intelligence et une personnalité[14].

Si un gillian arrive à dévorer suffisamment d'autres gillians, il évolue en adjuchas (中級大虚(アジューカス), Ajūkasu?, japonais pour grand hollow intermédiaire). Sa taille diminue alors, variant entre celle d'un gros animal à celle d'un huge hollow[14], et il prend une apparence propre[15]. Sa puissance est à comparer à celle des haut-gradés des treize armées de la Cour. De plus, ils ont la capacité de commander des gillians[15].

Les adjuchas sont en constante régression : ils redeviennent peu à peu des gillians et, s'ils finissent par régresser complètement, ils perdent leur personnalité[14]. Afin de combattre cette régression, ils s'associent par petits groupes pour chasser et dévorer leurs semblables[14]. Il leur est possible d'arrêter le processus en se faisant dévorer une partie du corps[17], mais parce que certains adjuchas ont la possibilité d'évoluer encore, ils le font rarement de leur propre volonté[17].

Les vasto lorde (最上大虚(ヴァストローデ), Vasuto rōde?, japonais pour grand hollow supérieur et pseudo-espagnol pour grand seigneur) sont la dernière évolution des menos grande. De taille humaine[15], ils sont très peu nombreux mais d'une puissance supérieure aux capitaines[15]. Selon Tōshirō Hitsugaya, une dizaine d'entre eux agissant de concert suffirait à anéantir la Soul Society[15]. Dans le character book Masked on apprend que certains des Espadas sont des Vasto Lorde, sans toutefois préciser lesquels.

Arrancar[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Arrancar.

Un arrancar est une évolution différente du hollow, qui a renoncé à son masque et l'a arraché, seul ou avec l'aide d'autres arrancars. Il possède alors une apparence humaine, portant un vestige de son masque sur le visage ou la tête. L’arrancar obtient dès lors des pouvoirs proches du shinigami, possède notamment un zanpakutō, qu'il peut utiliser pour le combat, même s'il le fait rarement, ou pour libérer ses pouvoirs de hollow par une transformation appelée resurecciòn. Aucun hollow de base ne peut a priori devenir un arrancar ; il semblerait que seul un hollow évolué (gillian, adjuchas ou vasto lorde) peut prétendre à arracher son masque.

Quincy[modifier | modifier le code]

Les Quincy (滅却師(クインシー), Kuinshī?, japonais pour moine de la destruction (mekkyakushi)) formaient une lignée de guerriers humains spirituellement éveillés, pouvant s'apparenter à des archers, mais ont pratiquement disparu suite à leur extermination par les shinigami deux siècles avant le début du récit[18].

Les Quincy sont nés du désir de certains humains spirituellement éveillés de protéger les leurs des attaques de hollows[19]. Ils ont développé un panel de techniques reposant sur l’absorption des particules spirituelles autour d’eux pour attaquer[19]. L’éventail de leurs techniques repose sur l’utilisation de projectiles, notamment grâce à leurs arcs spirituels.

D’une manière générale, shinigami et Quincy sont comme les deux faces d’une même médaille : l’un s’habille en noir quand l’autre s’habille en blanc ; l’un puise l’énergie au fond de lui pendant que l’autre rassemble celle qui l'entoure ; l’un utilise un sabre là où l’autre utilise une arme à projectiles ; et l’un purge les âmes quand l’autre les détruit[19]. C’est ce dernier point qui a poussé les shinigami à anéantir les Quincy car, en détruisant les âmes plutôt que de les amener à rejoindre la Soul Society, ils menaçaient l'équilibre des dimensions et donc risquaient de détruire à la fois le monde terrestre et la Soul Society[20]. Au début prêts à négocier un arrêt des activités des Quincy, les shinigami se retrouvèrent face à un groupe dont la fierté et le désir de protection rendaient impossible tout accord[20]. N’ayant plus d’autre choix pour protéger l’équilibre des mondes, la Chambre des 46 prit alors la décision de les exterminer[20].

Seuls trois Quincy sont connus : Uryū Ishida, l’un des personnages principaux du récit, son père Ryūken Ishida et son grand-père et maitre Sōken Ishida. Ce dernier est mort quelques années avant le début du récit et n’apparait que dans les souvenirs d’Uryū Ishida, et bien que celui-ci tout comme son grand-père ne porte pas préjudice aux shinigami pour la quasi-extinction des Quincy, il les déteste pour ne l’avoir ni aidé lorsqu’il en avait besoin, ni écouté lorsqu’il proposait une alliance afin d'être plus efficace pour vaincre les "hollows"[20].

Voir aussi : Liste des Quincy.

Bount[modifier | modifier le code]

Les bounts (バウント, Baunto?) sont des humains spirituellement éveillés possédant la capacité d'absorber l'âme d'autres êtres vivants afin d'en obtenir l'énergie spirituelle, leur garantissant ainsi puissance et jeunesse éternelle. Dans le passé, ils ont été assimilés aux vampires et chassés comme tels.

Ce sont des êtres artificiels, nés de la fusion accidentelle d'âmes humaines et de mod souls créées à partir d'âmes de shinigami par la scientifique Ran'Tao plusieurs siècles avant le récit. Dans un premier temps sauvés des autres humains par Ran'Tao qui les aida à structurer leur communauté, la chambre des 46 décida de les détruire, les considérant comme une menace, mais aussi afin de masquer l'erreur de la Soul Society. Quelques-uns furent toutefois sauvés une fois de plus par Ran'Tao qui s'exila.

Chassés à la fois par les humains et les shinigami, les parias vécurent cachés plusieurs siècles durant tout en continuant de développer leurs pouvoirs. Les derniers survivants se regroupèrent alors autour de leur charismatique leader, Jin Kariya, afin d'envahir et détruire ceux qui, autrefois, les avaient créé.

Depuis l'échec de leur insurrection et la mort des survivants à l'exception de Gō Koga, l'espèce est pratiquement éteinte.

Voir aussi : Liste des bounts.

Vizards[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vizards.

Les vizards sont des shinigamis qui ont acquis des pouvoirs de hollow suite à une expérience d'Aizen, vice-capitaine de la 5e division à l'époque. Ils arrivent à contrôler leurs pouvoirs, à mettre et à enlever leurs masques, et à se transformer entièrement en hollow. Ils ont tous eu un grade élevé dans le Gotei 13 du Sereitei, soit en tant que lieutenant ou en tant que capitaine, à l'époque où Urahara était capitaine, soit cent-dix ans avant les aventures d'Ichigo.

Après que la Chambre des 46 eut découvert leur transformation, l'ordre fut donné de les exécuter, et ils s'exilèrent dans le monde réel, où ils vécurent cachés jusqu'à ce que les Espadas et Aizen deviennent une menace importante.

Les vizards considèrent Ichigo comme un des leurs, et à ce titre vont l'aider à maîtriser son hollow intérieur.

Techniques de combat…[modifier | modifier le code]

… des shinigami[modifier | modifier le code]

Voir aussi : Zanpakutō et Nécromancie.

La totalité des techniques des shinigami est contenue dans quatre grandes disciplines de combat  : le combat à l'épée, la nécromancie, le close-combat et l'art du déplacement. Une fois devenu un maître dans l'un de ces domaines, le shinigami peut difficilement progresser plus.

Le combat à l'épée (斬術, zanjutsu?, lit. art du sabre), le premier de ces domaines, est la discipline pratiquée par les porteurs d'un zanpakutō ( 斬魄刀, épée trancheuse d'âme?). Celui-ci est une arme fictive similaire à un sabre : c'est l'arme des shinigami, mais les arrancar en possèdent aussi, bien qu'ils s'en servent très différemment. Au sein de l'armée royale de la Soul Society, cette discipline de combat est surtout pratiquée par les treize armées de la Cour.

La seconde de ces disciplines, la nécromancie (鬼道, kidō?, lit. voie du démon), forme un ensemble de techniques similaires à la magie. Lancée par des incantations associant arias et gestes, la nécromancie est divisée principalement en deux groupes distincts de 99 sorts chacun : le Bakudō[trad 1] (縛道, voie de l'entrave?) qui sert à la capture et à l'immobilisation et le Hadō (破道, voie de la destruction?) qui sert à l'attaque.

Le point faible de l'utilisation de la nécromancie est l'incantation qui demande du temps et, si l'adversaire a de l'expérience dans ce domaine, peut permettre d'identifier et donc de contrer les sorts jetés. Il est toutefois possible de remédier à ce point faible, par exemple en utilisant le eishohaki qui permet de ne pas réciter l'aria au prix d'une petite perte de la puissance du sort, ou encore en combinant les incantations de deux sorts ou plus.

Le close-combat (白打, hakuda?, lit. coup blanc) consiste en un ensemble de techniques au corps à corps. C'est la spécialité des forces spéciales.

Enfin, l'art du déplacement[note 3] (歩法, hohō?, lit. méthode des pas) est une discipline consistant à accélérer ses déplacements. Le shunpo (瞬歩?, lit. pas éclair) et le senka (閃花?, lit. floraison éclair) sont deux exemples des techniques de cette discipline.

… des arrancar[modifier | modifier le code]

Tout comme chez les shinigami, on retrouve chez les arrancar les quatre grandes disciplines  : le combat à l’épée, l’art du déplacement, la nécromancie et le close-combat. Cependant, bien qu’ils disposent d’un zanpakutō dans leur forme scellée, les arrancar ont comme principales particularités les dons hérités de leur origine d’hollows et pour la plupart d’entre eux, leurs techniques s’appuient avant tout sur leur force et leur résistance physique  : ils se concentrent donc principalement sur le close-combat.

Bien que peu d’entre eux utilisent leurs zanpakutō sous forme scellée, les arrancar disposent également d’une forme de libération appelée resurrección (帰刃(レスレクシオン), Resurekushion?, japonais pour Retour de lame, espagnol pour Résurrection). Contrairement aux shinigami dont c’est l’arme qui change de forme et qui gagne en capacités, ce sont les arrancar eux-mêmes qui se transforment lors de la libération de leurs sabres pour retrouver une apparence proche de celle qu’ils avaient avant d’enlever leurs masques. En dehors d'une augmentation des caractéristiques physiques et de la pression spirituelle, les pouvoirs gagnés lors de cette transformation sont fondés sur ceux dont le hollow disposait avant de devenir un arrancar. Tous comme les shinigami, un second stage de libération existe, la resurrección segunda etapa (刀剣解放第二階層(レスレクシオン・セグンダ・エターパ), Resurekushion segunda etāpa?, japonais pour Second niveau de libération de l'épée, espagnol pour Seconde étape de résurrection), cependant seul Ulquiorra Schiffer a montré un tel pouvoir pour le moment et, selon lui, il est le seul à avoir un tel pouvoir.

Leur art de déplacement est appelé le sonído[note 3] (響転(ソニード), Sonīdo?, japonais pour Cérémonie du son, espagnol pour Son). Zommarie Leroux utilise une variante appelée gemelos sonído (双児響転(ヘメロス・ソニード), Hemerosu sonīdo?, japonais pour Cérémonie des sons jumeaux, espagnol pour Jumeaux sonores) qui, grâce à un déplacement extrêmement rapide, lui permet de créer de faux doubles de lui-même grâce à la persistance rétinienne.

En termes de techniques similaires à la nécromancie, on peut compter notamment le garganta (黒腔(ガルガンタ), Garuganta?, japonais pour Creux noir, espagnol pour Gorge) qui leur permet d’ouvrir un passage entre les dimensions, la negación (反膜(ネガシオン), Negashion?, japonais pour Anti-membrane, espagnol pour Dénégation) qui leur sert à sauver les leurs en isolant un espace défini du reste du monde[21] et le cero (虚閃(セロ), Sero?, japonais pour Flash de hollow, espagnol pour Zéro) qui consiste en une libération brutale d’une importante quantité d’énergie spirituelle sous la forme d’un rayon destructeur. Ces deux derniers sont à la base des techniques de menos mais, surtout pour le cero, sont très utilisés par les arrancar au point que certains d’entre eux ont développé une forme particulière de cette technique.

En termes de close-combat, les arrancar ont un défense nommée hierro (鋼皮(イエロ), Iero?, japonais pour Peau d’acier, espagnol pour Fer), qui leur permet d’accroitre la résistance de leur peau, devenant ainsi une véritable armure. Le bala (虚弾(バラ), Bara?, japonais pour Balle de hollow, espagnol pour Balle) est une technique qui consiste à durcir sa pression spirituelle avant de la projeter sous une forme sphérique[22] ; elle ne peut être comparée au cero en termes de puissance, mais elle est plus rapide et peut être lancée à plusieurs reprises d’affilée[22].

En plus de ces techniques, certains arrancar utilisent le pesquisa (探査回路(ペスキス), Pesukisa?, japonais pour Piste de recherche, espagnol pour Recherche) afin de détecter toutes personne possédant ne serait-ce qu'une once d'énergie spirituelle.

… des Quincy[modifier | modifier le code]

Les Quincy combattent à l'aide d'un arc spirituel qu'ils font apparaître. Les flèches qu'ils tirent sont constituées d'énergie spirituelle ; cette énergie ne vient pas de leur âme mais de particules d'énergie spirituelle mal distribuées dans l'univers, ils peuvent absorder et manipuler. Cependant une évolution est possible tout comme chez les arrancar ou les shinigami : en effet, les arcs des Quincy apparaissent grâce à la croix des Quincy, sorte de pendentif que chacun de ces derniers portent ; mais si un Quincy enfile un gant appelé le sanrei shuto (gant de la sublimation) et qu'il s'entraine en le portant pendant sept jours et sept nuits, il peut sans doute s'approcher de la puissance maximale des Quincy mais il ne peut ensuite plus jamais le retirer, sous peine de perdre totalement ses pouvoirs.

L'ultime technique de guerre des Quincy est nommée le ranso tengai (l'armure du pantin céleste): cette technique, utilisée seulement par les Quincy les plus puissants, permet de combattre même lorsque leur corps est paralysé ou que leurs os sont brisés car elle consiste à créer un voile de fils spirituels qui enveloppe le corps du Quincy et qui l'actionne à son bon vouloir à la manière d'une marionnette.

Enfin, il existe une technique que les Quincy n'utilisent qu'en dernier recours : retirer le sanrei shuto. En effet, retirer ce gant permet pendant quelques minutes de gagner un immense pouvoir car le Quincy détruit alors tout ce qui l'entoure, le réduit en poussière et l'absorbe, c'est de la suggestion d'énergie. Cependant, après ces quelques minutes, cet immense pouvoir s'estompe, et l'individu perd tous ses pouvoirs de Quincy.

Leur art du déplacement est le hirenkyaku, cette technique consiste à concentrer de l'énergie spirituelle à leurs pieds et de se propulser dessus. Cette technique est semblable au shunpo des shinigami et de vitesse équivalente.

… des Bount[modifier | modifier le code]

Ayant été créé en partie à partir d'âmes modifiées de shinigami, les bounts combattent eux aussi grâce à une arme extérieure, appelée doll, qu'ils fabriquent à partir de leur âme et de leur énergie spirituelle grâce à un catalyseur (le sceau). Tout comme les zanpakutō, les dolls possèdent leurs volontés propres. Une différence essentielle réside cependant dans le fait que la doll est physiquement liée à son propriétaire et entraine la mort de ce dernier si elle est détruite.

Avant d'obtenir la capacité d'invoquer sa doll, un bount doit au préalable subir un entraînement intense sur les plans physique et mental, puis tenter sa première invocation. Si celle-ci échoue ou si, par la suite, la volonté du bount diminue drastiquement, la doll se retourne contre son propriétaire et le dévore.

...des vizards[modifier | modifier le code]

Les vizards, en tant que shinigami ayant subi une hollowfication, combinent les techniques de combat au zanpakuto et celles des hollow.

Lieux[modifier | modifier le code]

Karakura[modifier | modifier le code]

Karakura (空座町, Karakurachō?, lit. Ville au siège vide) est une ville fictive située dans la banlieue ouest de Tokyo. C'est le lieu principal des chapitres qui se déroulent dans le monde réel et tous les protagonistes humains y vivent. Elle a l'apparence classique d'une ville japonaise de taille moyenne et est composée de 12 quartiers. Elle est traversée d'est en ouest par une ligne de train et la zone ouest est traversée du nord au sud par la rivière Karasu (空須川, karasu-gawa?)[23].

La ville comporte un lycée où Ichigo et ses amis suivent des cours ainsi qu'une école primaire, une clinique de soin tenue par le père de Ichigo et un hôpital abandonné. De plus, Urahara Kisuke y tient un magasin depuis qu'il a été banni de la Soul Society, il y vend de nombreux produits utiles aux shinigami dont notamment les Soul Candy contenant les âmes modifiées.

Aizen cherche à detruire Karakura afin de créer le Ōken (王鍵, Japonais pour Clé des rois?), une clé qui permet d'ouvrir la dimension royale. Pour y parvenir, il doit alors sacrifier cent mille âmes à l'emplacement du jūreichi (重霊地?), le lieu où se situe la plus haute concentration d'énergie spirituelle, qui est actuellement situé à Karakura. L'apparition d'un nombre important de hollows y est d'ailleurs directement liée.

Soul Society[modifier | modifier le code]

La Soul Society (尸魂界(ソウル・ソサエティ), Sōru sosaetei?, japonais pour Monde des âmes mortes, anglais pour Société des âmes) est un ensemble de lieux situé dans une dimension parallèle à la dimension terrestre. C'est le lieu où se retrouvent les âmes humaines après leur mort si elles ne se transforment pas en hollows ou si elles ne sont pas envoyées en Enfer. Elle est en ce sens à comparer au Paradis des religions abrahamiques ; cependant, par son rôle dans la balance universelle des âmes et dans le cycle de réincarnation, elle s'inspire partiellement du bouddhisme et du shintoïsme[note 4].

La Soul Society est une civilisation reposant sur un modèle féodal : elle est officiellement dirigée par un Roi, qui a des vassaux, qui à leur tour ont des vassaux, et ainsi de suite jusqu'à la plèbe, constituée des âmes humaines en attente de réincarnation. Le Japon féodal est donc l'inspiration logique de l'organisation géographique de celle-ci avec un « château seigneurial » où se rassemblent des guerriers d'origine noble au milieu des terres féodales : le Seireitei au centre, entouré du rukongai[24].

Les shinigami ainsi que les civils de la noblesse vivent dans le Seireitei ( 瀞霊廷, Cour des âmes pures?), une vaste zone[note 5] dans laquelle se situent notamment les treize capitaineries. Il est protégé par de hautes murailles de sekkiseki (殺気石?, lit. Pierre avec des pulsions assassines) prolongées par un champ d'« anti-énergie spirituelle », enfermant ainsi le Seireitei dans une bulle[25]. Quatre portails gigantesques peuvent toutefois permettre d'y accéder[26] : le portail du mausolée noir (黒稜門, kokuryōmon?, lit. portail du sommet noir) au nord, le portail du flot bleu (青流門, Shōryūmon?, lit. portail du courant bleu) à l'est, le portail de la rive écarlate (朱洼門, Shuwaimon?, lit. portail du marais vermillon) au sud et le portail de la voie blanche (白道門, hakutoumon?) à l'ouest.

Les âmes humaines arrivent à la Soul Society dans le rukongai (流魂街, ville des âmes errantes?), un immense territoire divisé en quatre-vingts secteurs répartis dans les quatre zones nommées selon les points cardinaux[27]. Les âmes qui y arrivent retrouvent rarement la famille et les amis qu'elles ont connus de leur vivant, elles se regroupent donc sous forme de communautés qu'elles nomment « nouvelle famille »[28]. La plupart des âmes n'y connaissent ni la faim ni le manque de sommeil car elles n'en ont pas besoin[note 6], cependant contrairement au Paradis abrahamique dont la Soul Society s'inspire pour cet aspect-là, ce n'est pas une zone paisible ; plus les secteurs sont éloignés du centre névralgique, plus ils connaissent la violence et la pauvreté[27].

Noblesse[modifier | modifier le code]

Outre le Roi, la Soul Society est dotée d'un certains nombre de familles nobles dont les membres naissent shinigami. En très grande partie héréditaire, cette noblesse est avant tout une noblesse de service  : chaque grande famille a une spécialisation qui est utile au Roi ou à ses armées, et une mission au sein de la société, l'importance de la tâche définissant généralement la place de la famille dans la hiérarchie de la noblesse.

Grand Sceau du clan Kuchiki
Grand Sceau du clan Shihōin

Au sommet de la pyramide se trouvaient donc autrefois cinq familles de haute noblesse dont :

  • les Kuchiki[29], chargés de rassembler et de protéger l'Histoire de la Soul Society[30] ; le siège de capitaine de la 6e division leur est réservé ;
  • les Shihōin[31], gardiens de la grâce céleste et chargés de protéger les armes royales[32] parmi lesquels se trouve le bouclier du clan[33] ; le siège de commandant-en-chef des forces spéciales leur est dévolu ;
  • les Shiba, qui sont des artificiers et possèdent le moyen de communiquer avec le Palais du Roi; ils ont été déchus pour une raison inconnue.

Juste après les cinq grandes familles se trouvent des familles nobles puissantes mais moins importantes dont :

  • les Kyōraku[34] ; l'ancien capitaine de la 8e division, maintenant Capitaine Commandant, fait partie de ce clan ;
  • les Ōmaeda[35], qui sont de riches marchands ; ils occupent génération après génération le siège de commandant du 2nd escadron des services secrets ;
  • les Kasumiōji, une famille de forgerons et créateur des bakkōtō.

Parmi les familles de plus basse noblesse, on retrouve :

  • les Fon, vassaux directs du clan Shihōin chargés de la protection de leur maître et dont tous les membres font partie des forces spéciales;
  • les Ukitake, clan auquel Jushiro, capitaine de la 13e division, fait partie et en est le chef.

Hueco Mundo[modifier | modifier le code]

Le Hueco Mundo est un monde parallèle à celui des humains et à la Soul Society. Il se présente sous la forme d’un immense désert aride dans lequel vivent les hollows et où les plus se font transformer en hollows. Les arrancars vivent dans ce même monde, mais séparés des hollows de base, ils vivent ensemble dans le "palais" d’Aizen, Las Noches, avec les trois shinigami traîtres. Il semble que ce soit une grande bâtisse, sombre et vide, dans laquelle se trouvent nombre de chambres où les arrancars vivent et se font soigner.

Apparence[modifier | modifier le code]

La première apparition du Hueco Mundo est au moment où Ichigo, Uryu et Sado parviennent à fuir le labyrinthe souterrain dans lequel ils étaient enfermés. L'extérieur apparaît comme un immense désert de sable blanc, où il fait nuit en permanence. La végétation y est rare et totalement sèche. On peut voir au loin le palais de Las Noches, refuge d'Aizen, Gin, Tousen et des Espadas. L'air est tellement chargé en particules spirituelles que les petits hollows parviennent à se nourrir rien qu'en respirant.

L'anime montre une forêt souterraine où vivent une multitude de Menos Grande. C'est là que vit Ashido, un shinigami qui est venu avec ses amis combattre les hollows, mais il est le seul survivant.

Las Noches[modifier | modifier le code]

Las Noches est un grand palais blanc situé dans le Hueco Mundo. Las Noches signifie littéralement les nuits en espagnol, bien qu'il fasse constamment jour sous le dôme de ce palais.

Il abrite les arrancars, les Espada, les Privarón Espada et le chef des arrancars, Aizen Sōsuke.

Enfer[modifier | modifier le code]

Quand un hollow né de l'âme d'un humain malfaisant est vaincu par un shinigami, les crimes commis de son vivant ne lui sont pas pardonnés et il va donc en Enfer.

Dans le manga, seules les portes de l'Enfer sont montrées, celles-ci se formant à partir de l'énergie sortant de la blessure infligée par le zanpakuto du shinigami.

La forme des portes varie légèrement entre l'anime et le film Bleach: Hell Verse. Cependant, la structure générale est la même : il s'agit de deux portes coulissantes ornées des moitiés supérieures d'un squelette (crane, colonne vertébrale, cage thoracique), ces squelettes possédant tous deux un bras complet se rejoignant au centre de la porte afin de l'ouvrir. La porte en elle-même est couverte de talismans, de chaînes, et à l'intérieur de deux immenses cordes la rendant quasiment impossible à ouvrir par la force[36].


L'Enfer en lui-même est décrit dans le film Bleach: Hell Verse, et est divisé en 5 niveaux :

  • Premier niveau : composé d'énormes blocs flottant dans les airs ;
  • Second niveau : composé d'une immense mer sur laquelle flottent des nénuphars de pierre ;
  • Troisième niveau : composé d'un paysage rappelant les rizières en terrasse, couvert de lave jaune ;
  • Quatrième niveau : composé d'une mer sur laquelle tombe de la lave, des îles ressemblant à Stonehenge, sur lesquelles se trouvent des squelettes sans bras ;
  • Cinquième niveau : similaire à la version traditionnelle que l'on a de l'enfer.


Les habitants de l'Enfer, chargés de punir les âmes, sont les Kushanada (クシャナーダ, kushanāda?). Ayant un rôle de gardiens, ce sont des créatures quadrupèdes, dotées d'énormes bras (le bras droit portant un morceau d'armure de style japonais), d'une colonne vertébrale apparente, et de minuscules jambes ; leur tête a la forme d'un crâne humain, un peu allongé vers l'arrière, et dépourvu de mâchoire inférieure[37].

Les âmes envoyées en Enfer deviennent des Togabito (咎人, togabito?). Elles sont surveillées en permanence par les Kushanada (chargés de les récupérer en cas de fuite) et entourées par des chaînes invisibles. Les Togabito rattrapés par les Kushanada sont dévorés, puis renaissent pour être à nouveau torturés[38].

Organisation de la Soul Society[modifier | modifier le code]

Bien qu'elle soit officiellement gouvernée par un monarque, la Soul Society n'est pas une monarchie absolue. En effet, les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires ont été transférés par le roi à d'autres organismes, dont notamment la Chambre des 46[39]. Les membres de cette chambre sont nommés par leur pairs, faisant de la Soul Society une communauté placée sous un régime bureaucratique, voire un régime technocratique en raison de l'activité principalement judiciaire de la Chambre.

Néanmoins, en raison de l'importante influence qu'exercent, selon Byakuya, les familles de la haute-noblesse, il est également possible de parler d'aristocratie.

Chambre des 46 bureaux de Chūo[modifier | modifier le code]

Symbole de la chambre des 46 bureaux de Chūo

La chambre des 46 bureaux de Chūo (中央四十六室, chūō yonjūroku shitsu?, lit. Chambre des 46 au centre), plus communément appelée chambre des 46 est l'autorité législative et judiciaire suprême de la Soul Society[39]. Elle est composée de quarante sages et de six juges provenant de toute la Soul Society ; ils vivent isolés du reste du monde dans un quartier spécifique du Seireitei nommé la Tour de la sérénité (清浄塔居林, Seijōtōkyorin?, lit. Pagode immaculée de la forêt)[39].

En raison de son appartenance à l'armée royale, son action s'apparente plus à celle d'une cour martiale qu'à celle d'un tribunal : elle est sévère et expéditive. Elle est toute-puissante face aux accusés qui ne peuvent pas se défendre s'ils ne sont pas invités à le faire[40]. Leurs décisions sont absolues et jamais dans l'Histoire de la Soul Society elles n'ont été remises en question[39].

Le roi leur a délégué son pouvoir exécutif, faisant de la chambre des 46 le gouvernement officieux et totalitaire de la Soul Society.

Les membres de la chambre des 46 bureaux de Chūo ont tous été assassinés par Aizen et ses acolytes alors que Rukia était encore dans le monde réel ; ces derniers se sont alors relayés pour jouer le rôle de la Chambre grâce à l'illusion générée par Aizen[41]. Après la fuite des traîtres, c'est le capitaine-général des treize armées de la Cour qui assume la charge de la Chambre en attendant sa reconstitution, qui semble effective au moment de la capture d'Aizen.

Garde royale[modifier | modifier le code]

La Garde Royale, également appelée Division 0, est l'organisme de défense dans la dimension du roi et agit sous les ordres du roi lui-même.

On ne connaît son existence que parce que le prédécesseur de Kisuke Urahara au poste de capitaine de la douzième division, Kirio Hikifune, a été mutée dans cette division. La division 0 fait son apparition dans le chapitre 516. D'après Hirako, la division 0 séjourne au palais du roi des esprits. La division 0 atterrit dans une sorte de tour volante, le Tenchûren, Kyôraku indique que le Tenchûren est le moyen de locomotion de la division 0 qui ne possède pas de soldats, les cinq membres étant tous capitaines. La somme de leurs pouvoirs surpasse le pouvoir des 13 autres divisions réunies. Les membres de la division 0 apparaissent à la fin du chapitre 516, il y a trois hommes, Tenjirō Kirinji, Ichibei Hyōsube et Nimaiya Ôetsu, et deux femmes, Senjumaru Shutara et Kirio Hikifune.

Treize armées de la Cour[modifier | modifier le code]

Symbole des treize armées de la Cour

Les treize armées de la Cour (護廷十三隊, Goteijūsantai?, lit. Treize divisions de la Garde Impériale) forment l'un des trois principaux corps armés de la Soul Society. Ce corps a été formé par Shigekuni Yamamoto-Genryūsai, l'ancien capitaine-général (総隊長, Sōtaichō?) et capitaine (隊長, Taichō?) de la 1re division, poste tenu maintenant par Shunsui Kyōraku.

Comme son nom l'indique, ce corps d'armée est formé de treize divisions, chacune étant commandée par un capitaine, secondé par un vice-capitaine (副隊長, Fukutaichō?). En plus, de ces deux officiers, dix-huit autres postes de sous-officiers existent.

Divisions[modifier | modifier le code]

Treize divisions
Division Capitaine Vice-capitaine Rôle Devise Emblème Signification
de l'emblème
1re division
(一番隊, ichibantai?)
Shunsui Kyōraku Nanao Ise/Genshirô Okikiba
Emblème de la première division
Pouvoir[note 7]
2de division
(二番隊, nibantai?)
Soi Fon Marechiyo Ōmaeda Assassinat / Espionnage
Emblème de la deuxième division
Poison
3e division
(三番隊, sanbantai?)
Ootoribashi Rôjûrô "Rose" Izuru Kira
Emblème de la troisième division
Désespoir /
Non-violence
4e division
(四番隊, yonbantai?)
Retsu Unohana Isane Kotetsu Soins /
Ravitaillement /
Entretiens des locaux
Emblème de la quatrième division
Médecine
5e division
(五番隊, gobantai?)
Hirako Shinji Momo Hinamori
Emblème de la cinquième division
Humilité
6e division
(六番隊, rokubantai?)
Byakuya Kuchiki Renji Abarai Noblesse, pureté et rationalité
Emblème de la sixième division
Noblesse[note 7] /
Valeur
7e division
(七番隊, nanabantai?)
Sajin Komamura Tetsuzaemon Iba
Emblème de la septième division
Courage /
Honneur
8e division
(八番隊, hachibantai?)
Emblème de la huitième division
Satisfaction
9e division
(九番隊, kyūbantai?)
Muguruma Kensei Shūhei Hisagi Sécurité du Gotei 13 /
Nouvelles du Seireitei
Celui qui ne craint pas sa propre épée,
n'est pas digne de la brandir.
Emblème de la neuvième division
Oubli
10e division
(十番隊, jūbantai?)
Tōshirō Hitsugaya Rangiku Matsumoto Organisation militaire /
Responsable stratégique et
tactique du Seireitei
Emblème de la dixième division
Contentement
11e division
(十一番隊, jūichibantai?)
Zaraki Kenpachi Yachiru Kusajishi Combat à l'arme blanche La victoire ou la mort
Emblème de la onzième division
Guérison
12e division
(十二番隊, jūnibantai?)
Mayuri Kurotsuchi Nemu Kurotsuchi Développement de technologie /
Surveillance du monde terrestre
Emblème de la douzième division
Vigilance
13e division
(十三番隊, jūsanbantai?)
Jūshirō Ukitake Rukia Kuchiki
Emblème de la treizième division
Espoir

∆ : il s'agit de la composition connue dans les derniers chapitres parus.
† : les emblèmes des divisions sont cliquables, elles vous amèneront sur les articles des fleurs correspondantes.

Méritocratie[modifier | modifier le code]

Les treize armées de la Cour fonctionnent par rapport aux mérites de leurs soldats. La notion d'ancienneté a peu de valeur[42] et les officiers sont en règle générale choisis pour les compétences, les capacités et la force qu'ils peuvent apporter à leur division.

Chaque division a ses propres valeurs et deux officiers de même rang n'auront pas les mêmes aptitudes d'une division à l'autre. Par exemple, tous les officiers de la quatrième division sont d'excellents soigneurs mais sont de piètres combattants, faisant d'eux la division la plus faible de toutes ; à l'inverse la onzième division privilégie la force et bien que les officiers y soient très forts, ils sont de piètres tacticiens, préférant un assaut direct à un combat soigneusement préparé.

Les capitaines, choisis par leurs pairs, ont quant à eux un système différent mais reposant toujours sur le mérite. Trois moyens existent pour devenir capitaine :

  • savoir utiliser le bankaï et réussir un test de capacités et de personnalité mené par quatre capitaines dont le capitaine-général ;
  • être recommandé pour ses compétences et sa personnalité par six capitaines et approuvé par trois autres des sept restants. Sur les neuf, le capitaine-général doit être compris ;
  • vaincre en combat singulier à mort le capitaine de la division désirée, en présence des deux cents shinigami composant la division.

Le premier moyen est le plus communément utilisé pour recruter et nommer un nouveau capitaine. De toute l'histoire des treize armées, la onzième division est la seule à utiliser traditionnellement la troisième voie, chaque prétendant tuant son prédécesseur et devenant le nouveau Kenpachi ; le capitaine actuel, Kenpachi Zaraki, est le 11e Kenpachi et a pris les rênes en tuant le 10e, Kenpachi Kiganjō, de la même manière que celui-ci l'avait fait avant lui en tuant le 9e.

Uniforme[modifier | modifier le code]

Cosplayeuse portant une reconstitution de shihakushō

L'uniforme de base est appelé le shihakushō (死覇装?, lit. vêtement de âmes mortes), il est composé d'un shitagi (en) blanc par dessus lequel est revêtu un kosode (en) et un hakama noir. Un obi blanc permet de tenir le hakama et les pieds sont chaussés de tabi blanc et de waraji. L'emblème de la division du shinigami est brodée à l'intérieur du kosode pour des raisons de sécurité minimum[43].

En plus de cet uniforme de base pour les soldats, les capitaines et vice-capitaines ont des ornements supplémentaires qui permettent de les distinguer : les capitaines sont vêtus d'un haori blanc portant le symbole des treize armées de la Cour et le numéro de leurs divisions et les vice-capitaines portent un brassard sur le bras gauche avec le numéro et l'emblème de leur division inscrits dessus[note 8].

Cependant, la Soul Society semble assez peu regardante sur l'uniforme en dehors de ces deux derniers points car beaucoup d'officiers personnalisent leurs uniformes. Par exemple, la quasi-totalité des officiers de la 9e division porte un kosode sans manches.

Forces spéciales[modifier | modifier le code]

Symbole des forces spéciales

Les forces spéciales (隠密機動, Onmitsukidō?, lit. Corps des tactiques secrètes) forment l’un des trois principaux corps armés de la Soul Society. Ce corps d'armée est formé de cinq escadrons, chacun étant dirigé par un commandant (軍団長, gundanchō?). Chaque commandant occupe le siège correspondant à son escadron dans la 2e division des treize armées de la Cour ; de manière générale, bien qu’elles soient autonomes sur le papier, la 2e division des treize armées de la Cour et les forces spéciales sont dans les faits étroitement liées depuis que Yoruichi Shihōin puis Soi Fon ont occupé simultanément les postes de commandants de ces deux corps ; par conséquent, plusieurs haut-gradés font partie des deux ensembles.

Cosplayeuse portant une reconstitution de l'uniforme du 5e escadron avec un uwagi orange.

Sur les cinq escadrons, seul le 4e escadron est encore inconnu. Chacun de ces escadrons occupe un rôle particulier au sein des forces spéciales, de la même manière que chaque division des treize armées occupe un rôle au sein de celle-ci  :

  • Le 1er escadron, la police militaire (刑軍, Keigun?, lit. Force de punition), est chargée de traquer et neutraliser, voire assassiner, les traitres et les éléments considérés comme dangereux au sein des trois corps de l’armée. Son commandant est également le commandant-en-chef (総司令官, sōshireikan)?) des forces spéciales et les deux derniers commandants ont également été capitaines de la 2e division des treize armées de la Cour. Ses membres portent un uniforme assimilable à un shinobi shōzoku (en).
  • Le 2e escadron, le corps de patrouille (警邏隊, Keiratai?, lit. Équipe de patrouille de la police), est chargé de faire des patrouilles à l’intérieur du Seireitei ainsi que de mettre en place des unités de surveillance en cas de détention provisoire. Ses membres portent le shihakushō des treize armées de la Cour comme uniforme.
  • Le 3e escadron, le corps de détention (檻理隊, Kanritai?, lit. Équipe de contrôle des prisons), est chargé de la garde des prisonniers et de l’Ujimushi no su (蛆虫の巣?, lit. Nid de vers), une prison spéciale où ne sont enfermés que les membres des trois corps de l’armée considérés comme potentiellement dangereux. Ses membres portent l’uniforme de la première ou de la deuxième division des forces spéciales.
  • Le 5e escadron, l’unité de contre-espionnage (裏挺隊, Riteitai?), est chargée de la transmission des messages et du contre-espionnage. Ses membres portent l’uniforme du 1er détachement des forces spéciales avec un uwagi (en) pourpre ou orange par-dessus.

Corps des nécromanciens[modifier | modifier le code]

Symbole du corps des nécromanciens

Le corps des nécromanciens (鬼道衆, Kidōshū?) forme l'un des trois principaux corps armés de la Soul Society. On ne sait pratiquement rien sur ce corps d'armée, si ce n'est qu'il est constitué d'une unique division commandée par un capitaine et secondée par un vice-capitaine, et que ses membres n'ont pas de zanpakutō, mais sont plutôt spécialisés dans le kidō.

Ils sont chargés de l'ouverture du Senkaimon et de l'escorte des prisonniers. Pour cette dernière mission, ils sont en général équipés de sasumata (en).

L'académie[modifier | modifier le code]

Créée il y a plus de deux mille ans par le Commandeur Général Genryuusai Shigekuni Yamamoto, l'Académie des shinigami est le principal organisme formant des unités prêtes pour le combat. En effet, une fois leur apprentissage terminé, les meilleurs partiront comme officiers dans le Gotei 13, dans les Forces spéciales ou chez les Nécromanciens. Chaque année, l'académie accueille plusieurs centaines de nouveaux shinigami venant non seulement du Seireitei, mais également du rukongai. Les deux premiers capitaines à être sortis de l'académie sont Shunsui Kyoraku et Jûshirô Ukitake, même si Retsu Unohana semble avoir été leur senpai.

Autres organisations[modifier | modifier le code]

Espada et números[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Espada.
Article détaillé : Arrancar.

Les membres de l’Espada et les números sont deux organisations d’arrancars, vivant dans le Hueco Mundo. Ils constituent l'élite des arrancars, créés parmi les plus puissants des hollows.

Les premiers apparus chronologiquement sont les números, qui sont parvenus à arracher leurs masques d'eux-mêmes. Ceux de l’Espada ont reçu l'aide de Sosuke Aizen et du Hogyoku pour obtenir leurs pouvoirs.

Les números sont les arrancars les moins puissants, et donc ceux qui portent un nombre à deux chiffres (Yammy étant une exception puisqu'il est en réalité l'espada zéro). Ils ont néanmoins un puissance supérieure à celle des Menos grande et ils sont placés sous le commandement des Espadas.

Les Espadas sont eux les arrancars les plus puissants, leurs chiffres vont de 0 à 9 (lors de ses premières apparitions, Yammy portait le numéro 10). Chacun des Espadas semble avoir une particularité et a sous son autorité des arrancars qui leur sont soumis, les fracción.

Vizard[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vizards.

Les vizards (仮面の軍勢(ヴァイザード), vaizādo?, japonais pour armée des masques, anglais pour visière ou pour vêtu d'une visière (visored)) sont un groupe d'anciens shinigami ayant subi une hollowmorphose.

Outre leurs pouvoirs de shinigami restés intacts, ils ont la capacité de faire apparaître temporairement un masque de hollow, ce qui leur permet d'amplifier leurs pouvoirs. Les premiers vizards connus étaient huit des hauts membres du Gotei 13 (avec le grade de capitaine ou vice-captaine), pris à leur insu comme sujets d'expérience par Sosuke Aizen sur l'hollowmorphose. Afin de stopper la mutation, Kisuke Urahara, alors capitaine de la douzième division, utilisa un sérum fait avec une flèche de Quincy. Déclarés ennemis de la Soul Society par la chambre des 46 bureaux de Chūo juste après leur transformation, ils devaient être exécutés mais se sont exilés dans le monde réel avec l'aide de Kisuke Urahara, Tessai Tsukibachi et Yoruichi Shihoin. Depuis, ils ont abandonné leurs uniformes et vivent cachés dans un entrepôt désaffecté.

Ichigo Kurosaki possède également des capacités de vizard, mais il les a obtenues différemment : afin qu'il obtienne plus rapidement ses pouvoirs propres de shinigami, Kisuke Urahara a tranché sa chaîne de vie[8], le poussant à combattre son esprit, et à se transformer partiellement en hollow[44].

Fullbringer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fullbringer.

Les fullbringers sont un groupe d'hommes et de femmes capables de matérialiser et de manipuler l'« âme » des objets.

Ils viennent à la rencontre d'Ichigo afin de l'aider à retrouver ses pouvoirs de shinigami, perdus dans son affrontement face à Aizen.

D'après les scan et ginjo, leur pouvoirs viendrait d'une attaque de hollow sur leur mères alors qu'elles étaient enceintes d'eux.

C'est pour cette raison qu'ils ressentent les mêmes sentiments de rejets vis-à-vis de leur pouvoirs, qu'Ichigo pour son hollow intérieur.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Tomes en français[modifier | modifier le code]

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 1 : The Death and the strawberry, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ juillet 2003, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-4227-6 et 978-2-7234-4227-5, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 4 : Quincy archer hates you, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ février 2004, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-4569-0 et 978-2-7234-4569-6, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 5 : Rightarm of the giant, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ avril 2004, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-4608-5 et 978-2-7234-4608-2, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 6 : The Death trilogy Overture, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ juin 2004, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-4629-8 et 978-2-7234-4629-7, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 7 : The Broken Coda, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ septembre 2004, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-4811-8 et 978-2-7234-4811-6, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 8 : The Blade and me, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ novembre 2004, Tankōbon / 115x180mm, 208 p. (ISBN 2-7234-4850-7[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-4850-5, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 9 : Fourteen Days for conspiracy, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ février 2005, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-4851-5[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-4851-2, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 10 : Tattoo on the sky, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ avril 2005, Tankōbon / 115x180mm, 208 p. (ISBN 2-7234-4852-5 et 978-2-7234-4852-9, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 11 : A Star and a stray dog, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ juin 2005, Tankōbon / 115x180mm, 208 p. (ISBN 2-7234-5129-1 et 978-2-7234-5129-1, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 12 : Flower on the precipice, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ août 2005, Tankōbon / 115x180mm, 208 p. (ISBN 2-7234-5130-5 et 978-2-7234-5130-7, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 13 : The Undead, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ octobre 2005, Tankōbon / 115x180mm, 176 p. (ISBN 2-7234-5131-3 et 978-2-7234-5131-4, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 14 : White tower rocks, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ janvier 2006, Tankōbon / 115x180mm, 208 p. (ISBN 2-7234-5132-1 et 978-2-7234-5132-1, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 15 : Beginning of the death of tomorrow, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ mars 2006, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-5384-7 et 978-2-7234-5384-4, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 18 : The Deathberry returns, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ septembre 2006, Tankōbon / 115x180mm, 208 p. (ISBN 2-7234-5504-6[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-5504-6, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 19 : The Black Moon Rising, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ novembre 2006, Tankōbon / 115x180mm (ISBN 2-7234-5596-1[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-5596-1, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 20 : End of hypnosis, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ février 2007, Tankōbon / 115x180mm, 224 p. (ISBN 2-7234-5627-2[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-5627-2, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 22 : Conquistadores, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ juin 2007, Tankōbon / 115x180mm, 208 p. (ISBN 2-7234-5802-3[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-5802-3, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 24 : Immanent god blues, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ novembre 2007, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-5953-2[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-5953-2, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 27 : Goodbye halcyon days., Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ mai 2008, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-6380-5[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-6380-5, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 32 : Howling, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ mai 2009, Tankōbon / 115x180mm, 192 p. (ISBN 2-7234-6624-0[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-6624-0, présentation en ligne)

Tite Kubo (trad. Kodachiko Kureru), Bleach 37 : Beauty is so Solitary, Glénat, coll. « Shônen / Bleach »,‎ juin 2010, Tankōbon / 115x180mm, 224 p. (ISBN 2-7234-7266-1[à vérifier : isbn invalide] et 978-2-7234-7266-1, présentation en ligne)

Character book / Fan book[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes explicatives[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple Kenshin le vagabond.
  2. Ici, « grand » est à exprimer en termes de puissance ou de pouvoir, pas de taille bien que ce soit aussi le cas.
  3. a et b L’onomatopée utilisé pour le shunpo des shinigami diffère de celui utilisé pour le sonído des arrancars : le premier évoque un sifflement alors que le second évoque une explosion. Il est à noter que les vizards utilisent le shunpo en temps normal mais le sonído lorsqu’ils sont masqués.
  4. Les trois religions dont s’inspirent la Soul Society, à savoir le shintoïsme, le bouddhisme et le christianisme sont les trois religions les plus pratiquées au Japon mais également les plus anciennes encore pratiquées.
  5. Selon Yoruichi, il faut dix jours de marche pour atteindre l’une des autres portes depuis le portail de la voie blanche (Tome 9, Bleach76), or le Seireitei étant circulaire et les portes placées aux quatre points cardinaux, cela nous amène à penser que le Seireitei est véritablement gigantesque. Pourtant deux tomes plus loin, il n’a fallut que quelques heures à Ichigo et Ganju pour arriver au Temple des Regrets qui est près du centre, ce qui nous amène à douter des dimensions des lieux.
  6. Seules les âmes dotées d’une énergie spirituelle élevée connaissent encore les besoins d'un corps humain comme la faim, la soif ou le sommeil.
  7. a et b Le camélia est une composante courante des blasons de la noblesse japonaise, le chrysanthème est quant à lui celui de la famille impériale japonaise.
  8. Bien que le port du brassard était commun à la fin du XIXe siècle (cf. tome 36), il est tombé en désuétude et il n’est obligatoire que lors des réunions officielles (Tome 10, Bleach80).

Note de traduction[modifier | modifier le code]

  1. La difficulté dans la traduction de bakudō (縛道?) est qu’il peut à la fois être traduit comme « voie de l’entrave », aussi bien au sens d’emprisonnement que de barrage donc de défense, et comme « voie du lien », aussi bien au sens d’emprisonnement que de liens entre les personnes donc de communication.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tome 13, Bleach108
  2. Tome 12, Bleach103
  3. Tome 13, Bleach113
  4. Tome 13, Bleach115
  5. Tome 14, Bleach116
  6. a, b et c Tome 4, Bleach28
  7. a, b, c et d Tome 1, Bleach4
  8. a et b Tome 7, Bleach61
  9. a, b, c et d Tome 8, Bleach62
  10. Tome 4, Bleach30
  11. a et b Tome 8, Bleach63
  12. a et b Tome 15, Bleach-17
  13. Tome 6, Bleach48
  14. a, b, c, d, e et f Tome 32, Bleach284
  15. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Tome 22, Bleach197
  16. Tome 24, Bleach214
  17. a et b Tome 32, Bleach285
  18. Tome 6, Bleach45
  19. a, b et c Tome 5, Bleach36
  20. a, b, c et d Tome 6, Bleach46
  21. Tome 20, Bleach178
  22. a et b Tome 27, Bleach234
  23. Databook SOULs, p. 30
  24. Tome 9, Bleach71
  25. Tome 10, Bleach80
  26. Tome 9, Bleach72
  27. a et b Tome 11, Bleach98
  28. Tome 9, Bleach76
  29. Tome 19, Bleach167
  30. Épisode 88
  31. Tome 18, Bleach154
  32. Fanbook Karaburi+, p. 82
  33. Tome 18, Bleach151
  34. Tome 18, Omake
  35. Fanbook Karaburi+
  36. [1]
  37. [2]
  38. [3]
  39. a, b, c et d Databook SOULs, p. 99
  40. Tome 37, Bleach-97
  41. Tome 20, Bleach176
  42. Databook SOULs, p. 100
  43. Tome 14, Bleach120
  44. Tome 8, Bleach64