Unités de la Waffen SS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La liste des différentes unités citées ci-dessous est une liste non exhaustive des diverses Unités de la Waffen SS.

À l'origine, le service dans la Waffen-SS est basé sur le volontariat. Dès le mois d'août 1942, les « malgré-nous » d'Alsace-Moselle sont incorporés de force dans de nombreuses divisions SS, notamment la Das Reich, responsable de nombreux crimes de guerres en Russie et en France (massacres d' Oradour-sur-Glane et de Tulle). À partir de l'hiver 1943, l'enrôlement de force dans la Waffen SS est généralisé aux « Volksdeutschen » d'origine allemande mais vivant hors du Reich. Plus tard encore, des unités de la Wehrmacht sont transférées d'office dans la Waffen-SS ; des unités plus petites de volontaires étrangers, appelées Légions, comme la Légion des volontaires français, combattent initialement au sein de la Wehrmacht puis sont incorporées aux divisions SS au fur et à mesure des besoins.

Les unités de la Waffen-SS combattent sur tous les fronts à l'exception de l'Afrique du Nord. De qualité très variable, elles commettent de nombreux crimes de guerre, sur le front de l'Est, notamment lors de la répression de l'Insurrection de Varsovie, mais aussi sur le front Ouest (massacres de Baugnez, d' Ascq, de Marzabotto, de Tulle et d' Oradour).

Sur les 38 divisions de la Waffen-SS, quinze sont créées après l'attentat manqué contre Hitler le 20 juillet 1944. Certaines d'entre elles n'auront quasiment d'existence que sur le papier.

Ordre de bataille de la Waffen SS[modifier | modifier le code]

Il comprenait de nombreuses unités variant en taille du détachement jusqu'à un corps complet, soit par ordre de taille : commando ou détachement, bataillon, compagnie, régiment, brigade, division, corps d'armée, armée, groupe d'armées ou front.

Divisions de Waffen SS[modifier | modifier le code]

Les divisions de Waffen SS comptaient 7 divisions d'infanterie, 6 divisions de montagne, 3 divisions de cavalerie (plus 2 divisions cosaques), 7 divisions blindées et 6 divisions mécanisées. Elles étaient formées au fur et à mesure des conquêtes et des besoins.

Unités allemandes[modifier | modifier le code]

Unités non allemandes[modifier | modifier le code]

Unités scandinaves[modifier | modifier le code]

Unités belges[modifier | modifier le code]

Unités françaises[modifier | modifier le code]

Voir aussi les : malgré-nous.

Unités slaves[modifier | modifier le code]

Unités baltes[modifier | modifier le code]

Unités néerlandaises[modifier | modifier le code]

Unité albanaise[modifier | modifier le code]

Unités hongroises[modifier | modifier le code]

Unités diverses[modifier | modifier le code]

Unités diverses non endivisionnées[modifier | modifier le code]

Grades de la SS[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grades de la Schutzstaffel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Omer Bartov, L'armée d'Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette, 1999 (ISBN 2-0123-5449-1)
  • Antony Beevor La chute de Berlin, Paris, Editions de Fallois, Le livre de Poche, 2002 (ISBN 2-2531-0964-9)
  • Eddy De Bruyne & Marc Rikmenspoel, For Rex and Belgium : Léon Degrelle and Walloon Political & Military Collaboration 1940-1945, Helion, 2004 - (ISBN 1-8746-2232-9).
  • François Duprat, Histoire des SS, Paris, Les sept couleurs, 1968
  • Gaël Eismann, Stefan Maertens, (dir.), Occupation et répression militaires allemandes, 1939-1945,Paris, Autrement, coll. Mémoires/Histoire, 2006 (ISBN 978-2-7467-0903-0[à vérifier : isbn invalide])
  • Raul Hilberg, La destruction des Juifs d'Europe, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 2006, 3 vol. (ISBN 2-0703-0983-5)
  • Heinrich Himmler, Discours secrets, Paris, Gallimard, 1978
  • Höne, Heinz, L'ordre noir, Histoire de la SS, Tournai, Casterman, 1972
  • Christian Ingrao, Les chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger, Paris, Perrin, 2006 (ISBN 2-2620-2424-3)
  • Guido Knopp, Les SS, un avertissement de l'histoire, Paris, Presses de la Cité, 2006 (ISBN 978-2-2580-6417-1)
  • Laurent Latruwe, Georgana Kostic, La division Skandberg. Histoire des Waffen-SS albanais. Des origines idéologiques aux débuts de la Guerre froide, Paris, Godefroy de Bouillon, 2004.(ISBN 2-8419-1172-1)
  • Jean-Luc Leleu, La Waffen-SS. Soldats politiques en guerre, Paris, Perrin, 2007 (ISBN 978-2-2620-2488-8)
  • (en) Peter Paddfield, Himmler, Reichsführer SS, London, Papermarc, 1995.
  • Amandine Rochas, La Handschar. Histoire d'une division de Waffen-SS bosniaque, Paris, L'Harmattan, 2007.(ISBN 978-2-2960-3117-3)
  • Georges H. Stein, Histoire de la Waffen SS, Paris, Sock, Le Livre de Poche, 1977 (1e édition (en) 1966) (ISBN 2-2530-1763-9)
  • Georg Tessin «Verbände und Truppen der Deutschen Wehrmacht und Waffen-SS 1939-1945», 16+ volumes (ISBN 3-7648-1170-6) (premier volume)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (commandé par le général Anton Tourkoul, ex-Russe blanc devenu agent double pour l'URSS, ancien leader du groupe d'émigrés Narodny Trudovoi Soyuz fondé à Belgrade en 1930
  2. « Freiwilligen-Stamm-Division », sur axishistory.com.