Unité et action

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Unité et Action)
Aller à : navigation, rechercher

Unité et Action est un courant de pensée du syndicalisme enseignant.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine d'Unité et Action est à chercher dans le courant "cégétiste" de la Fédération de l'Éducation nationale, qui rassemblait les partisans du maintien de la fédération dans la CGT lors du congrès de 1948.

Refusant tout d'abord l'organisation en "tendances" les militants, notamment dans les Congrès du SNI, se reconnaissaient comme "tendance des Bouches du Rhône". La motion déposée au nom de la délégation des Bouches du Rhône les rassemblait dans le même vote... et leur permettait de mesurer leur influence.

Ce courant constituait la principale minorité de la FEN face à la majorité "autonome".

Après plusieurs années d'hésitation quant à la forme exacte de son organisation, ce courant finit par choisir l'intitulé Unité et Action à la fin des années soixante.

C'est une période de forte progression pour lui. En 1967, il devient majoritaire dans le deuxième syndicat de la FEN, le SNES. Dans la foulée, il conquiert la direction du syndicat national de l'éducation physique (SNEP), ainsi qu'une trentaine de section départementale de la fédération.

Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, l'affrontement entre Unité et Action, principale minorité, et Unité Indépendance et Démocratie, la majorité, va connaître une escalade qui conduira à la scission de la FEN en 1992-93.

Le courant Unité et Action décide alors de participer à la création de la Fédération syndicale unitaire, au sein de laquelle il est largement majoritaire.

Longtemps proche du Parti communiste français, Unité et Action en est maintenant très nettement autonome, tant et si bien que les communistes, qui en ont constitué l'ossature militante pendant des années, y sont désormais largement minoritaires.

Autres[modifier | modifier le code]

Unité et Action est aussi le nom d'une sensibilité de la TMAS, tendance minoritaire de l'Unef.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Frajerman, « L’identité du courant “unitaire” de la Fédération de l’Education Nationale entre 1944 et 1967 : copie conforme ou contre-modèle ? », Le Mouvement Social, n° 223, avril-juin 2008, pp. 55-68.
  • Laurent Frajerman, « Enseignants “unitaires” et CGT : les prémices d’un divorce », in E. Bressol, M. Dreyfus, J. Hedde Et M. Pigenet, La CGT dans les années 1950, Rennes, PUR, 2005, pp. 145-156.
  • Laurent Frajerman, Les frères ennemis. La Fédération de l’Education Nationale et son courant « unitaire » sous la IVe République. Paris, Syllepse, janvier 2014.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]