Unité 8200

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Base de l'unité 8200 sur le mont Avital.

L’unité 8200 (en hébreu : יחידה 8200, Yehida Shmone-Matayim, également appelée Israeli SIGINT National Unit ou ISNU) est une unité de renseignement de l'Armée de défense d'Israël, responsable du renseignement d'origine électromagnétique et du décryptage de codes. L'unité est également désignée dans certaines publications militaires sous le nom de Central Collection Unit of the Intelligence Corps[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'unité 8200 est créée en 1952 grâce à des équipements issus des surplus militaires américains, sous le nom de 2e unité de renseignement militaire, avant de devenir la 515e unité de renseignement militaire. En 1954, l'unité quitte Jaffa pour s'installer dans son quartier général actuel de Glilot Junction[2].

Structure[modifier | modifier le code]

Avec plusieurs milliers de soldats, il s'agit de la plus grande formation de l'armée israélienne[3], certains[Qui ?] déclarant qu'elle compterait plusieurs dizaines de milliers de membres[4]. Elle exerce des fonctions comparables à la National Security Agency (NSA) aux États-Unis et elle est rattachée au ministère de la Défense israélien, comme la NSA l'est au Département de la Défense des États-Unis. L'unité est dirigée par un brigadier-général dont l'identité reste classifiée.

Une unité subordonnée à l'unité 8200, l'unité Hatzav (en hébreu : יחידת חצב), est responsable de la collecte de renseignements d'origine source ouverte (« ROSO »). L'activité de l'unité consiste à recueillir des renseignements militaires à partir de sources publiques (télévision, radio, journaux et internet). La traduction de diverses informations représente une partie des « renseignements de base » collectés par l'unité. Selon certains médias[Lesquels ?], l'unité fournirait plus de la moitié du renseignement global de la communauté israélienne du renseignement (en)[réf. nécessaire].

La plus importante base de collecte de renseignements d'origine électronique de l'armée israélienne est la base Urim SIGINT (en), occupée par l'unité 8200. La base d'Urim est située dans le désert du Néguev à environ 30 km de Beer-Sheva[5]. En mars 2004, la Commission d'enquête sur le réseau de renseignement, mise en place suite au déclenchement de la guerre d'Irak, recommande de donner un caractère civil (et non plus militaire) à l'unité, et de la transformer en une agence nationale du renseignement comme il en existe dans la plupart des pays occidentaux, mais cette proposition n'est pas suivie d'effet.

Plusieurs anciens membres de l'unité 8200 ont essaimé dans les compagnies israéliennes et américaines de technologies de l'information, telles que Check Point, ICQ, Palo Alto Networks, NICE, AudioCodes, Gilat, Leadspace, EZchip, Onavo et Singular[6].

Activités supposées[modifier | modifier le code]

Le 11 septembre 2013, The Guardian publie un document fourni par Edward Snowden révélant comment l'Unité 8200, mentionnée sous le nom d'ISNU, recevait des données brutes concernant des citoyens américains, conformément à un accord secret conclu avec la National Security Agency américaine[7].

En septembre 2010, Le Monde diplomatique publie un article en anglais qui décrit le réseau d'espionnage massif mis en œuvre par l'unité 8200 à partir de la base d'Urim SIGINT dans le désert du Neguev, l'une des plus importante base d'écoute au monde capable d'intercepter des appels téléphoniques, des courriels et d'autres types de communications, à travers le Moyen Orient, l'Europe, l'Asie et l'Afrique, ainsi que de localiser des navires. L'unité 8200 met également en place des postes d'écoute cachés dans les ambassades israéliennes à l'étranger, surveille les câbles sous-marins, maintient des unités d'écoute cachées dans les Territoires palestiniens et dispose de jets Gulfstream équipés de matériel de surveillance électronique[5].

En 2009, Ronen Bergman révéla dans un livre qu'en février 1999, une bombe conçue par le Hezbollah et dissimulée dans un téléphone portable, avait été récupérée par un agent et apportée au quartier général de l'unité 8200 pour y être analysée. La bombe explosa à l'intérieur du laboratoire d'analyse, blessant deux officiers[8].

En 2010, le New York Times, citant « un ancien membre de la communauté du renseignement des États-Unis », affirma que l'unité avait leurré (et non brouillé) le système de défense aérienne syrien pendant l'opération Orchard[9]. Cela suppose une parfaite connaissance des emplacements des radars, de leurs caractéristiques techniques et modes de fonctionnement, sans compter le réseau de transmission des informations de défense aérienne aux centres de détection et de contrôle.

L'unité 8200 a été suspectée par plusieurs médias d'être responsable (ou co-responsable) de la conception du virus informatique Stuxnet qui infecta plusieurs ordinateurs industriels en 2010, en particulier ceux situés à l'intérieur des installations nucléaires iraniennes[10].

Les objecteurs de l'unité 8200[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 2014, 43 officiers et soldats réservistes de l'unité 8200 signent une tribune dans le quotidien israélien Yediot Aharonot, dans laquelle ils déclarent refuser désormais de « participer aux actions contre les Palestiniens et de continuer à être les outils du renforcement du contrôle militaire sur les territoires occupés ». Ils écrivent : « le renseignement permet le contrôle permanent de millions de personnes à l'aide d'une surveillance profonde et intrusive, qui s'immisce dans la plupart des secteurs du quotidien des individus. Tout cela ne permet pas aux gens de mener des vies normales et incite à plus de violence, nous éloignant toujours davantage de la fin du conflit[11],[12]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (he) « חשיפה: ארה"ב העבירה ל-8200 מידע סודי », Ynet (consulté le 11 septembre 2013)
  2. (en) Unit 8200 history
  3. (en) « IDF Record Book 2010 », Bamahane, no 3052,‎ 8 septembre 2010, p. 83
  4. « Netwars - La guerre sur le Net », sur www.arte.tv,‎ 2014 (consulté le 16 avril 2014)
  5. a et b (en) Nicky Hager, « Israel’s omniscient ears : Israel’s Urim base in the Negev desert is among the most important and powerful intelligence gathering sites in the world. Yet, until now, its eavesdropping has gone entirely unmentioned », in Le Monde Diplomatique, 4 septembre 2010, [lire en ligne].
  6. The Unit – Forbes.com
  7. (en) Glenn Greenwald, Laura Poitras et Ewen MacAskill, « NSA shares raw intelligence including Americans' data with Israel », The Guardian,‎ 11 septembre 2013 (lire en ligne)
  8. (en) « Book : Hezbollah got inside MI's inner sanctum », Ynet, 13 septembre 2009.
  9. (en) John Markoff, Stuxnet Worm is remarkable for its lack of subtlety, New York Times 27 septembre 2010
  10. (en) « Stuxnet worm is the 'work of a national government agency' », The Guardian,‎ 24 septembre 2010
  11. (en) Doug Williams, « Wiretaps against Palestinians are wrong, Israeli ex-spies tell Netanyahu », Reuters,‎ 12 septembre 2014 (lire en ligne)
  12. Danièle Kriegel, « Israël : le choc des 43 « refuzniks » », Le Point,‎ 13 septembre 2014 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Nicky Hager, « Ici travaillent des espions israéliens : Une station d’écoute dans le Néguev », Le Monde diplomatique,‎ septembre 2010 (lire en ligne)