Union pour la démocratie et le progrès social

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Union pour la démocratie et le progrès social (U.D.P.S)
Présentation
Président Étienne Tshisekedi
Fondation
Siège 546, avenue Zinnia
Kinshasa/Limete
Fondateurs Étienne Tshisekedi
Marcel Lihau
Secrétaire permanent François Xavier Beltechika Kalubye
Secrétaires exécutif national André Gauthier Diatezulwa
Idéologie Social-démocratie
Gauche
Affiliation internationale Internationale socialiste
Couleurs rouge, jaune, bleu
Site web www.udps.net
Représentation
Députés
0 / 500
Sénateurs
0 / 108

L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) est un parti politique de la République démocratique du Congo. Il a été fondé le par Étienne Tshisekedi, Marcel Lihau et d'autres[1],[2]. Il est actuellement dirigé par Étienne Tshisekedi et est membre observateur de l'Internationale socialiste[3].

L'UDPS, ayant choisi de boycotter en 2006, les élections présidentielle et législatives, est aujourd'hui écartée de l'ensemble des institutions congolaises, tant au niveau provincial que national.

Origine du parti[modifier | modifier le code]

En tant que Mouvement politique d’Opposition contre la dictature du régime du maréchal Mobutu, l’UDPS a vu le jour le 1er novembre 1980, jour de la publication de la Lettre ouverte des Treize Parlementaires adressée au Président Mobutu[4].

Cette lettre fut, depuis le coup d’État militaire du par lequel le régime Mobutu s’était installé au pouvoir, la toute première contestation non-violente, sous forme d’une analyse critique, rigoureuse et globale de l’ensemble du système politique du Maréchal Mobutu, la toute première remise en question de l’ensemble d’un régime qui était jusque-là soutenu par tout l’Occident, en pleine guerre froide et au moment où Mobutu était au sommet de sa puissance et sa gloire.

La Lettre se terminait par dix propositions invitant Mobutu à démocratiser le système politique conformément aux aspirations profondes et légitimes de la population et au Manifeste de la Nsele, document fondateur du MPR qui, dans sa conception, faisait du MPR un parti politique démocratique à côté d’un deuxième parti politique dont la création était prévue à l’article 4 de la Constitution du . Pour les Treize parlementaires donc, Mobutu était un déviationniste par rapport à l’essence même du MPR et un traître par rapport à l’aspiration profonde et légitime de la population à l’avènement d’un État de droit souverain, démocratique, pluraliste, moderne et prospère au cœur de l’Afrique.

Au lieu d’écouter les Treize Parlementaires, Mobutu se livra à la répression (relégation dans leurs villages d’origine, emprisonnements, traitements cruels, inhumains et dégradants, tortures, bannissements, déchéance de leurs droits civils, politiques, sociaux…)[5].

Ayant sous-estimé la détermination et la résistance intérieure des Treize Parlementaires et l’écho favorable que leur message avait eu chez nombreux compatriotes, Mobutu obtint le résultat tout à fait opposé : plusieurs compatriotes rejoignirent les Treize Parlementaires dans la lutte clandestine contre le régime de Mobutu; le , les Treize Parlementaires et les autres cofondateurs qui les avaient rejoints dans le combat politique créèrent un deuxième parti politique d’opposition en pleine dictature à Parti-État (MPR) : l’Union pour la démocratie et le progrès social[6],[7].

Résultats[modifier | modifier le code]

Plusieurs résultats caractérisent le combat de l’UDPS[8] :

Jeunesse de l'UDPS[modifier | modifier le code]

L'organisation de la Jeunesse de l'UDPS intervient peu après l'ouverture démocratique en 1990 sous la houlette des jeunes comme Godé Mwamba, Jacques Mbila, Aimée Boende, Georges Matungulu, Allen Mukendi Luaba Muana Katshi, Vianney Kabukanyi... C'est surtout avec l'arrivée de Raymond Kahungu, Raoul Nsolwa-Muye que cette structure du parti va prendre sa part de noblesse.[réf. nécessaire]

La J'UDPS constitue la force centrale de l'opposition depuis Mobutu jusqu'à Kabila. La plupart de ses membres ont été victimes des différents régimes qui se sont succédé en RDC. Certains d'entre eux ont rejoint le régime en place notamment Aubain Minaku et Jacques Mbila.[réf. nécessaire]

Membres notoires du parti[modifier | modifier le code]

Présentation de l'équipe du comité exécutif national UDPS http://www.udps.net/forum//forumdupeuple.php?f=4&t=6842 http://www.udps.net/forum/forumdupeuple.php?f=4&t=7380 http://www.udps.net/forum//forumdupeuple.php?f=4&t=6975&start=0&st=0&sk=t&sd=a

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. UDPS :: http://www.udps.net
  2. La Libre Belgique : La descente aux enfers de l’UDPS
  3. Internationale socialiste, Partis membres de l’IS
  4. UDPS : Lettre ouverte des Treize Parlementaires adressée au Président Mobutu
  5. [1]
  6. Radio Okapi : 26e anniversaire de l’UDPS, un message d’Étienne Tshisekedi
  7. Adresse du 1er VP, Mr Beltchika, 26è anniversaire du Parti
  8. Note verbale NO002/UDPS/GR/IS/REP/09

Liens externes[modifier | modifier le code]