Union de Centre (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Union du centre.
Union de Centre
(it) Unione di Centro
Image illustrative de l'article Union de Centre (Italie)
Logo officiel
Présentation
Secrétaire Lorenzo Cesa
Fondation 28 février 2008
Siège Via Due Macelli 66, Rome
Président Rocco Buttiglione
Positionnement Centre
Idéologie Démocratie chrétienne
conservatisme social
Liberalisme Minorité
Affiliation européenne Parti populaire européen
Affiliation internationale Internationale démocrate centriste
Coalition Maison des Libertés (20022008)
Avec Monti pour l'Italie (2013)
Adhérents 220.000
Couleurs      Bleu clair
Site web www.udc-italia.it/
Représentation
Députés
8 / 630
Sénateurs
2 / 315
Députés européens
1 / 73

L'Union de Centre (en italien, Unione di Centro) est un parti politique né comme une coalition électorale créée en 2008 et qui a rassemblé pour les élections générales italiennes de 2008 l'Union des démocrates chrétiens et du centre et la Rose pour l'Italie autour de la candidature de Pier Ferdinando Casini à la présidence du Conseil. Membre du Parti populaire européen (PPE), elle fait partie du Nouveau Pôle pour l'Italie avec notamment Futur et liberté pour l'Italie.

L'UdC succède à des partis membres du PPE depuis 1976 (notamment la Démocratie chrétienne (DC); depuis 2002 sous le sigle UDC qui désignait alors l'Union des démocrates chrétiens et du centre). Il est membre à part entière. Son président est Rocco Buttiglione et son secrétaire général est Lorenzo Cesa. Son secrétaire international est Massimo Scoponi. Elle dispose de 36 députés (sur 630) à la Chambre et de 4 sénateurs sur 315, ainsi que de six députés européens. L'UdC dispose également d'un membre dans le groupe du PPE au Conseil de l'Europe et de quatre délégués à l'Assemblée politique du PPE. Son affiliation internationale est la CDI dont Pierferdinando Casini est le président. Le siège du parti est via Due Macelli, 66 à Rome.

Historique[modifier | modifier le code]

Lors des élections générales 2008, l'Union de Centre a obtenu 36 députés et 3 sénateurs (ces derniers uniquement en Sicile), en refusant toute alliance avec le Peuple de la liberté son allié traditionnel depuis 14 ans.

À la Chambre, 2 050 229 voix (5,62 %) et 36 députés (- 3)[1]. Ce nombre passe à 38, puis à 39 en cours de législature (novembre 2011).

Lors des élections européennes de 2009, l'UdC obtient 1 996 953 voix (6,51 %)[2] ce qui lui permet de conserver les 5 sièges de députés européens obtenus en 2004 (malgré la réduction du nombre total de députés). Un 6e siège lui est attribué une fois le traité de Lisbonne adopté et entré en vigueur.

Les médias français traduisent souvent son nom par erreur en « Union du centre » (ce qui donnerait en italien Unione del centro).

De plus en plus hostile au gouvernement Silvio Berlusconi IV, l'UdC pousse à la démission de ce dernier et appuie, avec le Parti démocrate, la candidature de Mario Monti, sénateur à vie sans étiquette, au sein d'une agenda Monti pour l'Italie. Lors des élections générales italiennes de 2013, en coalition avec Choix civique, il frise l'éviction du Parlement italien, en obtenant moins de 2 % des voix (608 000 voix, 1,8 %, 8 députés) mais est rattrapé comme meilleur perdant. Après avoir quitté son alliance avec Choix civique, fin novembre 2013, il s'allie au sein de Pour l'Italie, puis lors de son congrès en février 2014, semble renoncer à constituer un pôle centriste pour s'allier après sept ans de séparation avec Forza Italia en réélisant de justesse Lorenzo Cesa comme secrétaire (qui bat de 4 voix Gianpiero D'Alia).

Pour les élections européennes de 2014, il se présente allié avec le Nouveau Centre-droit et Populaires pour l'Italie : il n'obtient qu'un seul député, Lorenzo Cesa.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Camera 13/04/2008 - Area ITALIA (escl. Valle d'Aosta) », sur http://www1.interno.it, Ministero dell'Interno,‎ avril 2008 (consulté le 27 janvier 2011)
  2. (it) « Europee 07/06/2009 - Area ITALIA + ESTERO », sur http://www1.interno.it, Ministero dell'Interno,‎ juin 2009 (consulté le 27 janvier 2011)

Lien externe[modifier | modifier le code]