Union compagnonnique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Union compagnonnique des compagnons du tour de France des devoirs unis, qui fêtait en 1989 le Centenaire de sa création, est fière de ses origines. Elle incarne, en effet, la première tentative aboutie de rassemblement, en un même mouvement, des sociétés de Compagnons et des Devoirs que des différents avaient si longtemps séparés et dont les luttes fratricides avaient terni l’appartenance au même idéal. Elle a voulu inscrire sa philosophie d’unité dans son appellation.

Historique[modifier | modifier le code]

La première Société de Compagnons retirés qui fut fondée à Lyon en 1842, par quelques Compagnons retirés des rites de Maître-Jacques et Soubise. Après en avoir jeté les bases, ils lui donnèrent le titre de Société des Compagnons des Devoirs réunis. Cette Société ne fut reconnue officiellement qu'en 1844, mais l'autorité exigea que le nom de Compagnon soit remplacé par le titre : des Amis de l'Industrie. Sur l'initiative d'un groupe de Compagnons retirés appartenant aux trois rites, fut créée en 1864, la Société des Compagnons de tous les Devoirs réunis. Grâce à la loi Olivier qui abrogeait la loi Le Chapelier, elle devint la 170ème Société de secours mutuels du Rhône. Après sa constitution, cette Société dont les membres étaient nombreux, furent appelés à statuer sur la demande de fusion offerte par la 123ème Société des Amis de l'Industrie. Malgré les instances d'un certain nombre de Compagnons, cette demande fut rejetée pour cette raison : que cette dernière Société a été constituée avec des Compagnons, enfants de Salomon. Cette société de tous les Devoirs réunis se constitua dans une assemblée qui eut lieu le 12 janvier 1865, à la suite d'un rapport très étendu fait par le rapporteur de la commission. L'article premier des statuts de cette association est ainsi conçu : Les Compagnons en se formant en société, comprenant toute l'importance et toute la grandeur de leurs devoirs et tous les services qu'ils peuvent rendre aux sociétés et en même temps à leurs frères malheureux, déclarent solennellement, sur la foi du serment qu'ils ont prononcé à leur réception de Compagnon, accepter dans toutes ses conséquences et obligations le présent règlement.

Ils déclarent également faire abnégation de tout sentiment personnel au profit de l'intérêt général, ne conserver ni animosité ni rancune les uns envers les autres pour des discussions ayant eu lieu dans le sein de la Société.

Ils promettent de s'aider mutuellement chaque fois qu'ils le pourront même pour des affaires en dehors de la Société.

En un mot de pratiquer les lois saintes et sacrées de la fraternité.

Pour fêter sa constitution, cette nouvelle Société des Devoirs réunis, organisa une grande fête à Lyon en 1865, fête à laquelle prirent part une grande partie des membres de la Société des Amis de l'Industrie. Une vaste salle avait été aménagée et transformée en musée compagnonnique où furent exposés les chefs-d'œuvre de trente cinq sociétés et corporations actives. C’est elle qui, voulant poursuivre l’œuvre d’Agricol Perdiguier, prit l’initiative d’un immense banquet réunissant tous les Compagnons, à la Rotonde le 2 avril 1865, auquel prirent part plus de cinq cents Compagnons de tous les Corps et de tous les Rites, parmi eux beaucoup de délégués d'un grand nombre de villes.

Un nouvel effort dé fusion des rites compagnonniques fut repris après la guerre de 1870. La fusion fut reprise en 1872 par la même société reconstituée, les compagnons arrivèrent à un commencement de réconciliation avec l'appui d'un grand nombre de Compagnons de l'activité de diverses corporations dans une assemblée générale où fut proclamée la fusion des trois rites aux applaudissements de plus de 300 Compagnons. Deux années plus tard, en 1874, fut organisé le premier Congrès compagnonnique, composé de Compagnons des trois rites

Ils avaient à leur tête un homme de volonté, d'une grande énergie et d'un rare désintéressement, Compagnon convaincu de la nécessité de la fusion des rites. Cet homme, ce caractère d'élite, était ancien Compagnon bourrelier-harnacheur du rite de Maître-Jacques ; le Compagnon Lucien Blanc, dit Provençal Le Résolu, continuateur de l'œuvre de Perdiguier, l'apôtre de la nouvelle doctrine compagnonnique qui fut plus tard président général de la Fédération et ensuite de l'Union compagnonnique. Ce Congrès de 1874 eut lieu les 1er, 2 et 3 novembre, les délégués qui s'y étaient rendus représentant vingt Sociétés de Compagnons retirés de diverses villes.

Une Constitution fut adoptée:

  • Article premier. Au nom des trois fondateurs du Compagnonnage, les anciens Compagnons de tous les Devoirs Réunis du Tour de France se constituent en Société compagnonnique fédérative et promulguent la constitution suivante.
  • Art. 5. Le droit de préséance est entièrement aboli suivant l'acte de fusion fait en Chambre compagnonnique à Lyon le 14 juillet 1872.
  • Art. 8. La Fédération n'a pas à s'immiscer dans les affaires des corps actifs, mais elle est toujours prête à donner aide à ceux de ces corps qui en auraient besoin et qui en feraient la demande.
  • Art. 9. La réception est la même pour toutes les Fédérations compagnonniques.

Le deuxième Congrès eut lieu à Lyon, les 25, 26 et 27 septembre 1879.

Sur trente-cinq corporations en activité, trente-quatre représentaient le Tour de France par des pouvoirs réguliers et vingt-neuf délégués des villes formant la Fédération, y assistaient également munis de pouvoirs.

A la dernière séance du Congrès, le Président, le Compagnon Lucien Blanc, informe l'Assemblée qu'il va être procédé à une dernière lecture de la constitution révisée, dont les articles ont été discutés et approuvés par le Congrès, après quoi sera remplie la formalité du serment. Le secrétaire donne connaissance de la constitution, article par article ; cette lecture terminée, le président invite tous les délégués à se lever parés de leurs insignes pendant la prestation du serment. Au milieu du plus grand silence, le secrétaire lit la formule suivante : « Au nom des trois fondateurs des ordres compagnonniques, nous acceptons une reconnaissance générale et jurons de nous conformer à la constitution fédérale promulguée ce jour et promettons de faire tous nos efforts pour la répandre sur le Tour de France. » Fait et approuvé en Congrès, le 27 septembre 1879,

Ont signé les Compagnons :

  • GABORIAU, l'Espérance Le Saintonge, Compagnon cloutier Du Devoir, délégué des villes de Niort, Surgères, Saint-Maixent et des cloutiers de corps actif.
  • SOULIER, l'Espérance l'Auvergnat, Compagnon chapelier Du Devoir, délégué de Marseille.
  • MILLERIOUX, Berry l'Ami Du Devoir, Compagnon charron Du Devoir, délégué d'Angoulême.
  • RATERY, Mâconnais La Fierté Du Devoir, Compagnon cordonnier-bottier Du Devoir, délégué de Macon.
  • SERIN, Chambéry La Douceur, Compagnon charron Du Devoir, délégué de corps actif.
  • PRADES, l'Ami Du Tour De France, Compagnon menuisier Du Devoir De Liberté, délégué de corps actif.
  • TRACOL, l'Ami Du Tour De France, Compagnon serrurier Du Devoir De Liberté délégué de corps actif.
  • GREUZARD, Bourguignon Le Résolu, Compagnon forgeron Du Devoir, délégué de corps actif.
  • JOUBERT, Dauphiné L'Amitié, Compagnon boulanger Du Devoir, délégué de Vienne.
  • BOURGEAT, Rosé D'Amour Le Bourguignon, Compagnon cordier Du Devoir, délégué de Chalon-sur-Saône.
  • SAVARIAU, Lyonnais Va De Bon Cœur, Compagnon Passant charpentier, délégué de corps actif.
  • MUSSAULT , Rancœur L'Angevin, Compagnon toilier Du Devoir, délégué d'Angers.
  • ESCOLLE, Joli Cœur De Salernes, Compagnon Étranger tailleur-de-pierre, délégué de corps actif.
  • VEYRET, Savoisien La Franchise, Compagnon cordonnier-bottier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • DUMOND, la Prudence De Privas, Compagnon Étranger tailleur-de-pierre, délégué de Toulouse.
  • ROCHIER, Bordelais Rancœur, Compagnon tanneur-corroyeur Du Devoir, délégué de corps actif.
  • PATRICOT, Beaujolais La Fidélité, Compagnon tonnelier-foudrier Du Devoir De Liberté, délégué de corps actif.
  • DEVIDAL, La Victoire De Villefranche, Compagnon Étranger tailleur-de-pierre, délégué de Villefranche-sur-Saône.
  • CAYET, Francœur Le Bourguignon, Compagnon chapelier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • LAURENT, Lyonnais La Noble Conduite, Compagnon tisseur-ferrandinier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • COULON, Saintonge Le Couronné Du Devoir, Compagnon forgeron Du Devoir, délégué de Roche-sur-Yon.
  • DELTREIL, Quercy Le Bien Décidé, Compagnon maréchal-ferrant Du Devoir, délégué de corps actif.
  • MÈGE, Saintonge Le Désir Du Devoir, Compagnon sabotier-formier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • BIGOT, Rennois Le Soutien Du Devoir, Compagnon bourrelier-harnacheur Du Devoir, délégué de corps actif.
  • DALLAIRE, Lyonnais Le Soutien Du Devoir, Compagnon bourrelier-harnacheur Du Devoir, délégué de Montpellier.
  • MIOLAND, Mâconnais La Vivacité, Compagnon boulanger Du Devoir, délégué du Mans.
  • COTÉTIDOT, La Fidélité De Dijon, Compagnon Étranger tailleur-de-pierre, délégué de Dijon.
  • COLLAS, Bourguignon La Tendresse, Compagnon vitrier Du Devoir, délégué de Paris.
  • BERNEL, Bugiste La Sagesse Couronnée, Compagnon menuisier, Du Devoir De Liberté délégué d'Agen.
  • FRIZE, Va De Bon Cœur De Beaurepaire, Compagnon Passant plâtrier, délégué de corps actif.
  • COUCHOUD, Forézien Va De Bon Cœur, Compagnon Tonnelier-Foudrier Du Devoir De Liberté, délégué de Rive-de-Gier.
  • LABROUSSE, Périgord L'Ami Du Progrès, Compagnon teinturier Du Devoir, délégué de Bordeaux.
  • PLÉNARD, Bourguignon Le Prudent, Compagnon ferblantier Du Devoir, délégué des quatre corps actifs.
  • BERNARD, Vivarais L'Union Des Cœurs, Compagnon blancher-chamoiseur Du Devoir, délégué d'Albi.
  • TAVEL, Bien Aimé Le Bressan, Compagnon chapelier Du Devoir, délégué de Périgueux.
  • VIRFOLLET, Poitevin Le Bien Zélé Du Devoir, Compagnon sellier Du Devoir, délégué de Luçon.
  • PONS, Dauphiné La Sincérité, Compagnon blancher-chamoiseur Du Devoir délégué de corps actif.
  • CHABERT, Bressan L'Estimable, Compagnon Tonnelier-Foudrier Du Devoir De Liberté, délégué de Cognac.
  • BOURGEON, Nantais L'Union Des Cœurs, Compagnon teinturier Du Devoir, délégué de Marans et de corps actif.
  • ROMIAN, Tourangeau L'Estimable, Compagnon tanneur-corroyeur Du Devoir, délégué de Saint-Etienne et de Saint-Chamond.
  • TEXIER, Poitevin Le Bien Zélé, Compagnon. vitrier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • PERIRAUD, Berry, L'Ami Des Compagnons, Compagnon sellier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • LAMBERT, Lyonnais La Probité, Compagnon vannier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • TEILLON, Dauphiné L'Ami Des Filles, Compagnon tondeur de drap Du Devoir, délégué de corps actif.
  • PÉNISSON, Poitevin Bon Accord, Compagnon tourneur-sur-bois Du Devoir, délégué de corps actif.
  • JAROSSEY, Blois L'Enfant Joyeux, Compagnon boulanger Du Devoir, délégué de corps actif.
  • RENAUD, Plein D'Honneur Le Lyonnais, Compagnon cordier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • BLANCHARD, Mâconnais La Bonne Conduite, Compagnon Passant couvreur, délégué de corps actif.
  • RENOUX, Bel Amour L'Angevin, Compagnon toilier Du Devoir, délégué de corps actif.
  • BLANC, Provençal Le Résolu, Compagnon bourrelier-harnacheur Du Devoir délégué de Lyon.

Ce fut enfin à Paris en 1889, les 3, 4, 5, 6 et 7 septembre, qu'eut lieu le quatrième Congrès des Compagnons du Tour de France ; quarante neuf délégués de l'activité des trois rites représentaient vingt-quatre corporations, et trente-six les chambres fédérales. Ces délégués avaient pour mission de statuer sur un projet présenté par vingt-quatre corps actifs présents sur la formation d'une Union Compagnonnique des Devoirs réunis.

Après la remise des pouvoirs de l'Administration fédérale et la reconnaissance des pouvoirs de chaque délégué le Congrès vota pour désigner son bureau : le Compagnon L. Blanc fut élu président, par soixante-quatre voix sur soixante-dix-sept votants.

De par les résolutions du Congrès, le nom de Fédération Compagnonnique fut remplacé par celui d'Union Compagnonnique. Un nouveau rituel fut créé pour que les réceptions fussent faites en commun ; des règlements établis pour la Mutualité générale et la Caisse de retraite, ensuite un vœu fut émis pour la création dans chaque Société compagnonnique d'une Société protectrice des apprentis.

Tout cela ne s’est pas fait sans mal, et l’énumération de tous les congrès nécessaires pour parachever cette œuvre serait fastidieuse. Mais qu’importe, une longue route, faite d’esprit d’entreprise et de volonté unitaire s’ouvrait désormais à l’Union Compagnonnique.

Les première et seconde guerres mondiales ne l’épargnèrent pas. Ces épreuves furent surmontées, et l’Union, si elle ne prétend pas être la seule héritière des idées d’Agricol Perdiguier, tire sa fierté d’être la descendante directe de ceux qui, les premiers, ont accueilli le message de cet illustre précurseur.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L’Union Compagnonnique dont le siège national est à Versailles, dans la Maison des Musiciens Italiens, est un organisme confédéral dont le fonctionnement est analogue à celui des autres mouvements avec cependant des caractéristiques propres :

  • La nature des professions représentées : métiers du bâtiment, métiers de bouche mais aussi nombre de métiers d’art, métiers du cuir et bien d’autres encore. Un système de formation très personnalisé avec bien sûr des cours collectifs organisés par les Cayennes, des colloques organisés par les responsables de métiers, mais l’élément essentiel est le dialogue permanent entre compagnon et jeune.
  • L’Union Compagnonnique accueille les jeunes à partir de 16 ans, ayant un CAP minimum, après une période d’observation et de formation il devient « Sociétaire » et après la réalisation d’un premier travail il est « Aspirant ».
  • Pour devenir Compagnon, il doit être âgé de moins de 37 ans et réaliser une œuvre d’un très bon niveau technique. De plus, il doit être de sexe masculin, les femmes ayant été refusées au Congrès de Fougères en 2005 actuellement. Elles n'ont pas accès au compagnonnage de l'Union Compagnonnique.
  • Les maisons qui accueillent les Jeunes et dynamisent le réseau local des adhérents s’appellent des « Cayennes », elles sont dirigées par un Président. Une « Mère » ou une « Dame-hôtesse » s’occupe de l’accueil et de l’hébergement des jeunes.
  • Quelques sections locales gèrent un musée, un des plus importants est celui de Nantes : le Manoir de la Haultière, la section de Paris en gère un dans le quartier des Halles.
  • Du point de vue structurel l’Union Compagnonnique compte 25 sections locales en France et en Suisse.
  • Les dernières créations, la Section de Bordeaux en septembre 2000, ainsi que la Section de Sélestat en 2002, une nouvelle est prévue prochainement en Belgique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]