Union Oyster House

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Union Oyster House
Ye Olde Union Oyster House
2589477579 CapenHouse Boston.jpg

Photographie de l'Union Oyster House en 1930

Présentation
Style
Date de construction
1716-1717[1]
Destination initiale
Demeure privée
Destination actuelle
Restaurant
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Commune
Adresse
41-43 Union Street
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Boston
voir sur la carte de Boston
Red pog.svg

L’Union Oyster House, qui a ouvert ses portes en 1826 à Boston, est le plus ancien restaurant en exploitation ininterrompue des États-Unis. Le bâtiment qui l'abrite, construit en partie entre 1716 et 1717, se trouve sur Union Street et est inscrit, depuis le 27 mai 2003, à l'inventaire du National Historic Landmark[1],[2].

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Son bâtiment principal est construit entre 1716 et 1717, les deux maisons adjacentes datant de 1851 et 1916, font aujourd'hui partie du restaurant[1]. La bâtisse originale de style Georgien colonial comporte trois niveaux et demi. Sa façade est percée de cinq fenêtres au premier et second niveau, qui sont surmontés d'un toit mansardé[1]. Sa façade n'est pas droite, mais suit l'angle formé par l'intersection de Marshall Street et Union Street[1].

L'intérieur du bâtiment est relativement bien conservé. Le bar à huîtres en pierre ollaire et l’agencement de la salle sont les derniers exemples connus aux États-Unis[1]. Le bar à huîtres est un comptoir en chêne semi-circulaire couvert par un plateau en pierre ollaire muni d'un écoulement[1]. La pierre a été recouverte par une feuille de cuivre, vraisemblablement pour des raisons d'hygiène, dans les années 1940[1]. Neuf tabourets en bois avec un pied en fonte sont fixés au sol autour du bar[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant de devenir un « temple » de la gastronomie bostonienne, il est tout d'abord une demeure privée puis est occupé par un importateur de soie et marchand de vêtements, nommé Hopestill Capen[3]. En 1771, l'imprimeur Isaiah Thomas, installé au deuxième étage, y publie son journal, le Massachusetts Spy[3]. Pendant la guerre d'indépendance, l'immeuble est le quartier général d'Ebenezer Hancock, frère de John Hancock, trésorier de l'Armée continentale[3]. En 1796, un appartement au second étage devient la demeure d'un professeur de français Louis-Philippe d'Orléans, futur Roi des Français[3],[4]. Le restaurant, nommé à l'origine « Atwood's Oyster House », du nom de son propriétaire Hawes Atwood[1], ouvre le 3 août 1826[5],[6]. Le représentant, futur sénateur et Secrétaire d'État Daniel Webster y mange dès lors fréquemment[7]. En 1842, le restaurant change de nom, il devient « Atwood & Hawes » puis à la fin du XIXe siècle « Atwood & Bacon »[1].

Cure-dent[modifier | modifier le code]

Charles Forster, né en 1826 dans le Massachusetts, travaille dans l'affaire d'import-export de sa famille. Lors de séjours au Brésil, il a remarqué que les habitants utilisent fréquemment un objet quasi inconnu alors aux États-Unis, le cure-dent. Ceux-ci sont fabriqués manuellement par des religieuses dans du bois d'oranger. Forster pense alors qu'une machine pourrait les fabriquer, à un prix sans doute inférieur et qu'il pourrait les exporter en Amérique-du-Sud. N'étant pas ingénieur lui-même, il confie la réalisation du projet à Benjamin Franklin Sturtevant, un inventeur de Boston. Forster est bientôt en mesure de produire des cure-dents, mais il doit développer le marché américain alors inexistant. Il a l'idée d'engager des étudiants de Harvard pour en faire la promotion. Ceux-ci vont manger à ses frais dans les restaurants les plus populaires de la ville, comme l'Union Oyster House, et en fin de repas réclament, plus ou moins bruyamment des cure-dents. Forster passe ensuite dans le restaurant pour en proposer. C'est ainsi que l'Union Oyster House devient le premier restaurant des États-Unis à offrir le fameux instrument à ses clients[8].

Du XXe siècle à nos jours[modifier | modifier le code]

Dans les années 1900, l'Union Oyster House est le premier restaurant américain à offrir un emploi de serveur à une femme, Rose Carey[9]. La famille Atwood vend l'établissement à la famille Fitzgerald en 1913[1]. Le restaurant prend le nom actuel de « Union Oyster House » en 1916[1]. La salle à manger du second étage est ouverte en 1933[1]. Les frères Greaves rachètent le restaurant en 1940[1]. La famille Kennedy est une habituée des lieux dans la seconde moitié du XXe siècle, une plaque commémorative marque la table que John Fitzgerald Kennedy aimait à occuper au premier étage[10]. Joseph Milano acquiert le restaurant en 1970 et c'est sa famille qui en poursuit aujourd'hui l'exploitation[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q « Union Oyster House », National Park Service
  2. Library of Congress, America preserved : a checklist of historic buildings, structures and sites, Washington, Library of Congress, Cataloguing Distribution Service, 1995, p. 482.
  3. a, b, c et d Schofield, p. 121 ss.
  4. Price, p. 55.
  5. Civitello, « Union Oyster House »
  6. Vivian Yee, « At Union Oyster House, a Feast of History », Boston Globe, 3 août 2011.
  7. Randall M. Miller, The Greenwood encyclopedia of daily life in America, Westport, Greenwood Press, 2009, p. 514.
  8. Petroski, p. 102 ss.
  9. « The First Woman Waitress in Boston » in Home Science Magazine: For Housekeepers and Mothers, Volume 23, Home Science Publishing Company, 1906
  10. James W Douglass, JFK and the unspeakable : why he died and why it matters, Maryknoll, Orbis Books, 2008.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Linda Civitello, Cuisine and culture : a history of food and people, Hoboken, John Wiley and Sons, 2011.
  • Henry Petroski, The toothpick : technology and culture, New York, Alfred A. Knopf, 2007.
  • Michael Price, Boston's immigrants, 1840-1925, Charleston, Arcadia, 2000.
  • William G. Schofield, Freedom by the Bay : the Boston Freedom Trail, Boston, Branden Pub. Co., 1988.