Union Jeanne d'Arc Phalange Quimper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
UJAP Quimper 29
Logo du club
Généralités
Nom complet Union Jeanne d'Arc Phalange Quimper
Surnom(s) UJAP
Date de fondation 1984
Statut professionnel SASP
Couleurs Blanc et bleu
Salle OS Michel Gloaguen
(2 049 places)
Siège 39 rue de l'Ile d'Arz
29000 Quimper
Championnat actuel NM1
Président Drapeau : France Dominique Le Borgne
Entraîneur Drapeau : France Aymeric Collignon
Site web ujap-quimper.fr
Palmarès
National[1] Champion de Nationale 1
Maillots
 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur
Actualités
Basketball current event.svg
Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de basket-ball de Nationale masculine 1 2013-2014

L'Union Jeanne d'Arc Phalange Quimper est un club français de basket-ball dont l'équipe professionnelle évolue en NM1, la troisième division du championnat de France. Le club est basé à Quimper. Il compte 400 licenciés répartis dans 32 équipes masculines et féminines.

Historique[modifier | modifier le code]

Le club est né en 1984, issu de la fusion de deux patronages de Quimper la Jeanne d'Arc et la Phalange d'Arvor et ce grâce à l'initiative de Michel Gloaguen, président de la Phalange d'Arvor et de Louis Le Boedec, président de la Jeanne D'Arc ; donnant ainsi naissance à l'Union Jeanne d'Arc Phalange Quimper. L'Ujap était, au début des années 1990, le plus grand club de France en termes de licenciés (environ 550).

L'ascension[modifier | modifier le code]

Le club a connu trois cycles sportifs. Une phase de construction à partir de 1984 tout d'abord. Marc Poriel réussit à hisser l'équipe première au niveau national tandis que le club dans son ensemble s'attelle de plus en plus à la formation de jeunes joueurs grâce à l'arrivée d'entraîneurs compétents dans leur domaine. Une phase de consolidation à partir de 1991 ensuite. Christian Marc, premier entraîneur salarié de l'histoire du club, mène le club jusqu'en Nationale 2 et crée une section cadet nation. Une phase de professionnalisation enfin, amorcée en 1999, date d'arrivée au club de l'entraîneur d'origine choletaise Olivier Cousin. Ce dernier réussit à faire monter le club en Pro B après l'avoir pris en NM2 à la suite d'une troisième saison en Nationale 1 archi-dominée. Annoncée dans le bas de classement par les spécialistes et malgré un budget minimaliste, l'Ujap crée la surprise en se qualifiant contre toute attente en play-offs pour sa première saison en Pro B grâce à un recrutement malin et à un excellent collectif mis en place par Olivier Cousin. La saison suivante est celle de la confirmation : malgré le départ pour le niveau supérieur de ses deux talentueux joueurs américains - JK Edwards et Benjamin Dewar - l'Ujap se qualifie à nouveau pour les play-offs de Pro B, encore une fois aidée par un collectif irréprochable et deux nouveaux joueurs américains - Shaun Fein et Gabriel Kennedy - qui ont réussi à faire oublier leurs compatriotes de la saison précédente. Ces derniers prolongent avec réussite l'aventure la saison suivante (2006-2007): en dépit d'un début de saison hésitant, l'Ujap retrouve des couleurs durant l'automne et termine sa saison en boulet de canon à la troisième place du championnat. Contrairement aux années précédentes, Olivier Cousin et son équipe réussissent à passer les deux tours de playoffs pour accéder à la finale du championnat. À un match de la montée en Pro A, le club s'incline finalement assez largement face à la JA Vichy, qui a terminée première de la saison régulière et récolte ainsi une montée méritée.

Les années noires[modifier | modifier le code]

Ce match marque aussi la fin d'un cycle : l'entraîneur Olivier Cousin est recruté par l'Elan béarnais Pau-Orthez et l'équipe est largement démantelée, notamment de ses deux joueurs américains, qui partent tenter leur chance dans des clubs plus huppés. Avec un nouvel entraîneur, François Péronnet, et un effectif où reste seulement Mathieu Tensorer comme joueur marquant, la saison 2008/2009 voit pour la première fois en Pro B le club connaître un important déclin sportif et humain. Après une fin de saison dans une ambiance délétère (mauvaise ambiance dans l'équipe et dans le staff, entraîneur chahuté par le public), le club termine dans la deuxième partie de classement. François Péronnet, qui s'était initialement engagé pour deux années, est licencié dès le mois de mai 2008. Tout est à refaire. La saison 2008/2009 voit donc l'arrivée d'un nouvel entraîneur, Jacky Périgois, ancien directeur du centre de formation de Cholet ; un recrutement modeste (en partie à cause d'un budget amputé par les indemnités de licenciement de François Péronnet), axé essentiellement sur des joueurs français, est opéré. L'objectif est de recréer une osmose perdue entre l'équipe et son public, mais l'opération tourne vite à la catastrophe. Handicapée par les blessures de joueurs importants et un recrutement de joueurs étrangers raté, l'équipe enchaîne les défaites avec une impuissance qui pousse les dirigeants du club à se séparer de Jacky Périgois dès le mois de novembre. Olivier Pons, l'entraîneur assistant, est nommé entraîneur principal jusqu'à la fin de saison. Une timide réaction d'orgueil de l'équipe n'empêche pas le club de terminer à la 18e et dernière place du championnat, synonyme de rétrogradation en NM1. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, l'Ujap sauve deux semaines avant le début de saison sa place en Pro B sur tapis vert par suite des difficultés financières rencontrées par Saint-Étienne et Besançon.

Le retour d'Olivier Cousin[modifier | modifier le code]

C'est alors qu'Olivier Cousin fait son retour au club après deux expériences mitigées à Pau-Orthez et au CSP Limoges. Avec un effectif constitué en majeure partie au dernier moment puis à cause des blessures de nombreux joueurs importants, le début de saison 2009-2010 est très compliqué. Olivier Cousin et Olivier Pons vont pourtant réussir à redresser la barre au milieu de la saison, notamment grâce au recrutement de deux joueurs américains "jokers médicaux" - Andrew Lovedale et McHugh Mattis - qui donnent un nouveau souffle à l'équipe. Poussée par son fidèle public, l'Ujap réussit à enchaîner plusieurs victoires importantes, dont un premier succès historique sur le parquet du rival finistérien, l'Étendard de Brest, qui lui permettent d'arracher son maintien sportif lors de la dernière journée de championnat face à la JSA Bordeaux.

À l'issue de la saison 2011-2012 de Pro B, l'UJAP descend en NM1.

Structure[modifier | modifier le code]

L'Ujap Quimper se compose aujourd'hui de deux structures : une amateur, l'Ujap Basket (association), dont l'équipe fanion évolue en NM3 et une professionnelle (SASP) évoluant en Pro B de 2004 à 2012.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

  Union Jeanne d'Arc Phalange Quimper  v · d · m 
Joueurs Entraîneurs
Pos. # Nat. Nom Prénom Taille Âge
1/2 5 Drapeau : France Morgan Durand 1,88 20
4/3 6 Drapeau : France Noami Kali 2,00 21
1/2 7 Drapeau : France Gary Staelens 1,89 29
4 8 Drapeau : France Romain Gregoire 2,00 22
3/4 9 Drapeau : France Mathieu Tensorer 1,98 30
1/2 10 Drapeau : France Etienne Plateau 1,87 27
5/4 11 Drapeau : France Tahirou Sani 2,01 27
2/1 12 Drapeau : France Adrien Thimon 1,94 19
3/4 15 Drapeau : France Fabien Herard 1,98 33
5/4 18 Drapeau : États-Unis Tyray Pearson 2,01 32
Entraîneur
Assistants
Légende 
  • P. : Poste
  • # : Numéro de maillot
  • Nat. : Nationalité
  • Capitaine : Capitaine
  • Blessure : joueur blessé actuellement
  • (E) : Espoir (centre de formation)

Joueurs partis au cours de la saison

P. # Nat. Nom Taille Âge Date de départ Note
5 4 Drapeau : États-Unis Evan Harris 2,06 27 31 janvier 2014 coupé par le club

Effectifs successifs[modifier | modifier le code]

Joueurs et entraîneurs marquants[modifier | modifier le code]

Logo ? - 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.

Liens externes[modifier | modifier le code]