Unio Valenciana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Unió Valenciana
Image illustrative de l'article Unio Valenciana
Logo officiel
Présentation
Président national José Manuel Miralles
Fondation 1982
Siège Plaça de l'Ajuntament
46002 Valence
Secrétaire général Lluís Melero i Peris
Secrétaire des finances Enrique García i Fuster
Idéologie Régionaliste, Conservatiste, Blavériste
Couleurs bleu, jaune, rouge
Site web www.uniovalenciana.org

Unio Valenciana (sic) (nom en valencien non normatif, utilisé par le groupe, Unió Valenciana en valencien standard, Unión Valenciana en castillan) est un parti politique conservateur de la Communauté valencienne, traditionnellement considéré comme régionaliste, bien qu'il se soit qualifié de « nationaliste » à partir de 2008, terme qu'il avait jusqu'alors rejeté pour éviter la confusion avec les secteurs indépendantistes[1],[2]. Il se caractérise par son anticatalanisme et son rejet de l'unité du catalan et du valencien.

Il a surgi en tant qu'héritier du blavérisme de la Transition démocratique, au sein du Grup d'Acció Valencianista et du milieu des falles[3].

Le dirigeant historique est Vicent González Lizondo (depuis sa mort, l'implantation du parti a diminué).

Histoire[modifier | modifier le code]

Liste d'Unio Valenciana aux élections régionales de 1991.
Article connexe : Unió Regional Valenciana.

Scissions et crises internes[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, le parti a souffert de nombreuses crises internes, qui ont en général débouché sur des expulsions ou la formation d'une multitude de groupes politiquement peu significatifs. C'est par exemple le cas de Renovació Valencianista et du Partido Regional de la Comunidad Valenciana, intégrés à Coalicio Valenciana, ou encore d' Iniciativa de Progrés de la Comunitat Valenciana ou Unió de Progrés de la Comunitat Valenciana, intégré à la section régionale du Parti populaire.

On peut encore citer Opció Nacionalista Valenciana, actuellement Units per València, réunissant des militants issus des secteurs nationalistes d'UV comme le fondateur Carles Choví, Miquel Ramon i Quiles, Pere Palés ou Héctor Villalba.

Au début des années 1990, à la suite de contacts avec la plate-forme Futur Valencià, le secteur nationaliste de a la section juvénile d'UV, Joventut Nacionalista Valenciana, débouche sur Joventut valencianista (homonyme du groupe valencianiste historique issu de València Nova), qui adopte une attitude dialoguante avec le nationalisme fustérien. L'expulsion de ses membres par Lizondo marque pratiquement la disparition des Joventuts d'Unio Valenciana. Une partie d'entre eux intègre plus tard dans la décennie le Bloc Nacionalista Valencià.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Membre d'Unio Valenciana.

Liens externes[modifier | modifier le code]