Unification de l'Arabie saoudite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Unification de l'Arabie saoudite
Carte de l'Arabie saoudite moderne.
Carte de l'Arabie saoudite moderne.
Informations générales
Date 1902-1932
Lieu Arabie, Irak, Transjordanie et Koweït
Issue Fin de la dynastie Al Rachid et du Royaume du Hedjaz
Fin de l'emprise ottomane sur la péninsule arabique en 1920
Établissement de l'Arabie saoudite en 1932
Belligérants
Flag of Hejaz 1917.svg Royaume du Hedjaz Flag of Nejd (1921).svg Sultanat de Nejd Ottoman flag.svg Empire ottoman
Flag of the Emirate of Ha'il.svg Émirat de Haïl
Commandants
Flag of Hejaz 1917.svg Hussein ben Ali
Flag of Hejaz 1917.svg Ali ben Hussein
Flag of Nejd (1921).svg Abdelaziz ben Abderrahmane al-Saoud Drapeau de l'Empire ottoman Ahmed Tevfik Pasha
Drapeau de l'Empire ottoman Fakhri Pasha
Flag of the Emirate of Ha'il.svg Abdelaziz ben Moutaïb Al Rachid
Forces en présence
38 000 hommes 77 000 hommes 23 000 hommes
Pertes
8 000 tués au total

L'unification de l'Arabie saoudite est le processus parmi lequel les différentes tribus, émirats et royaumes cheikh de la plupart de la péninsule péninsule arabique ont été regroupés sous le contrôle de la dynastie saoudienne (ou Al-Saoud) entre 1902 et 1932, date de la proclamation du Royaume d'Arabie saoudite moderne. Réalisé sous le roi Abdelaziz ben Abderrahmane al-Saoud, ce processus a créé ce que l'on appelle parfois le « Troisième État saoudien » afin de le différencier des premier (Émirat de Diriyah) et deuxième (Émirat de Nejd) États.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le fondateur du Troisième État saoudien Abdelaziz ben Abderrahmane al-Saoud en 1945.

Les Al-Saoud étaient en exil au Koweït depuis 1893 suite à la chute de l'Émirat de Nejd et la montée de l'Émirat de Haïl de la dynastie Al Rachid.

L'unification saoudienne[modifier | modifier le code]

En 1902, les Saoud recapturent Riyad, l'ancienne capitale de la dynastie. Nejd, Al-Hassa, Asir et Hedjaz (province où sont situées les villes saintes de La Mecque et de Médine) tomberont progressivement sous leur contrôle entre 1913 et 1926. Par le traité de Sèvres en 1920, ratifié après la fin de la Première Guerre mondiale, l'Empire ottoman perd ses territoires arabes (Syrie, Palestine, Liban, Irak, Arabie). Abdelaziz ben Abderrahmane al-Saoud se proclame sultan de Nejd en 1921, résultant de la transformation de l'Émirat de Nedjd et Hassa.

En octobre 1924, les Hachémites du chérif Hussein sont défaits par les partisans d'Abdelaziz, à la seconde bataille de La Mecque. Le 13 octobre 1924, Abdelaziz entre à La Mecque vêtu en pèlerin (sans revendiquer, contrairement à Hussein, le titre de calife ; le titre de gardien des deux sanctuaires pris par les souverains saoudiens ne remonte qu'aux années 1980). Le port de Djeddah est conquis peu après, en 1924. La conquête du Hedjaz s'achève en 1925.

Le 2 novembre 1925, les Al Saoud et les Britanniques signent le traité de Hadda, destiné à délimiter les frontières entre le domaine des Saoud et la toute nouvelle Transjordanie, protectorat du Royaume-Uni instauré par la Société des Nations.

La dernière grande conquête a lieu en 1926 avec la prise de l'Asir, du Jizan et du Najran, régions historiquement yéménites et plus tard annexées par la dynastie saoudienne. Le royaume de Nejd et de Hedjaz, fusion des deux États, est établi en 1927, remplaçant le Sultanat de Nejd, avant de prendre le nom de royaume d'Arabie saoudite moderne avec les annexions de Al-Hassa et de Qatif en 1932.

Conséquences et conflit avec le Yémen[modifier | modifier le code]

L'unification de la péninsule arabique mènera à une brève guerre en 1934 entre le royaume du Yémen et l'Arabie saoudite à propos de la province d'Asir.

Le roi yéménite Yahya Muhammad Hamid ed-Din voyait en effet l'instauration de l'Arabie saoudite comme une menace pour son pays. Le conflit aura provoqué au total la mort de 2 100 soldats et civils, les deux camps confondus.

La ville de Najran prise en 1926 au Yémen, sera annexée en 1934 par les Saoud.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Saifuddin H. Shaheen, Unification de l'Arabie Saoudite, 1993, 64 p. (ISBN 978-9960-90023-0).
  • (en) Mohammed Almana, Arabia Unified: A Portrait of Ibn Saud. London: Hutchinson Benham, 1982. (ISBN 0-09-147290-3).
  • (en) David Commins, The Wahhabi Mission and Saudi Arabia. London, New York: I.B. Tauris, 2006. (ISBN 978-1-84511-080-2).
  • (en) Christine Moss Helms, The Cohesion of Saudi Arabia. Baltimore: The Johns Hopkins University Press, 1981.
  • (en) Hans Kohn, (Octobre 1934). The Unification of Arabia. Foreign Affairs 13 (1): 91–103.
  • (en) Robert Lacey, Inside the Kingdom: Kings, Clerics, Modernists, Terrorists, and the Struggle for Saudi Arabia. New York: Viking, 2009. (ISBN 978-0-670-02118-5).
  • (en) Robert Lacey, The Kingdom. New York: Harcourt Brace Jovanovich, 1982. (ISBN 0-15-147260-2).
  • (en) Madawi Al-Rasheed, A History of Saudi Arabia. New York: Cambridge University Press, 2010. (ISBN 0-521-74754-6).
  • (en) Gary Troeller, The Birth of Saudi Arabia: Britain and the Rise of the House of Sa'ud. London: Routledge, 1976. (ISBN 0-7146-3062-4).
  • (en) Alexei Vassiliev, The History of Saudi Arabia. London: Saqi, 1998. (ISBN 0-86356-935-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]