Unicredit Group

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

UniCredit Group

Description de l'image  Unicredit Group.gif.
Création 1998
Siège social Drapeau d'Italie Rome / Latium (Italie)
Direction
Activité Banque
Produits Services financiers
Filiales
Effectif 147 864 (2013)
Site web www.unicredit.it
Capitalisation 37 milliards €
Chiffre d’affaires en augmentation 52,3 milliards € (2013)
Résultat net en augmentation 1,1 milliards € (2013)
Le siège d'Unicredit à Rome

Unicredit Group (FWB : CRI, BIT : UCG) est un groupe bancaire italien fondé en 1998, dont le siège social est à Rome. Unicredit est en 2006 le premier groupe bancaire italien, et l’une des trois premières capitalisations boursières de la zone euro du secteur depuis le rachat de HypoVereinsbank en 2005. Il possède 8 954 agences et emploie 148 000 personnes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe Unicredito Italiano est le résultat de fusions successives entre la banque milanaise Credito Italiano avec Rolo Banca 1473 basée à Bologne, ensuite rejoints par des caisses d'épargne régionales : Banca CRT (Turin), Cariverona (Vérone, Vicence, Belluno et Ancone) et Cassamarca (Trévise).

En 1999, Cassa di Risparmio Trento e Rovereto et Cassa di Risparmio di Trieste ont adhéré au groupe Unicredito Italiano. C’est également à partir de cette année qu’UniCredito a commencé à se constituer un réseau dans les pays d’Europe Centrale et d'Europe de l'Est, avec l'acquisition d'une participation majoritaire dans la banque polonaise Pekao Bank, suivie, entre 1999 et 2000, de celle de la banque slovaque Pol'nobanca'( aujourd’hui UniBanka ), de la banque bulgare Bulbank et de la banque croate Splitska Banka revendue à Bank Austria en 2002.

Cette politique d’acquisition a continué en 2000, avec le rachat de la plus grande banque de Croatie, Zagrebacka Banka, puis de Demirbank en Roumanie ( devenu UniCredit Romania puis aujourd’hui UniCredit Tiriac Bank ), et Živnostenská Banka en République tchèque. En Turquie le groupe s’est associé de manière paritaire à Koç Group dans Kocbank, et aux États-Unis il a racheté Pioneer of Boston.

En 2005, Unicredito Italiano a fusionné avec HypoVereinsbank ( HVB ), la seconde banque privée allemande. Cette opération s'est réalisée par échange d’action pour un montant de 19.2 milliards d’euros, comprenant les minoritaires d’HVB dans Bank Austria et la polonaise BPH. En mai 2007, le groupe rachète la quatrième banque italienne Capitalia pour un montant de 22 milliards d'euros en actions. Pendant un temps, Unicredit est la deuxième capitalisation boursière du secteur bancaire en Europe avec un peu plus de 100 milliards d'euros, mais est au 1er rang de la zone euro. Elle reste loin derrière HSBC et devance UBS.

La compagnie aérienne russe Aeroflot a exprimé en avril 2007 son souhait de devenir copropriétaire d'Alitalia : cette nouvelle a été rendue publique par Unicredit associé de la compagnie aérienne russe dans le projet. Le directeur général d'Aeroflot, Valeri Okoulov, déclarait qu'un troisième partenaire pourrait rejoindre le tandem Aeroflot-Unicredit. Une source proche de la compagnie aérienne russe a confié qu'il s'agissait d'Air France.

Le 5 octobre 2008, touchée par la crise des subprimes, Unicredit, première banque d'Italie, fait appel au marché pour 6,3 milliards d'euros[2].

En janvier 2012, Unicrédit a effectué une levée de fonds de 7,4 milliards d'euros, après avoir annoncé la suppression de 6 150 postes[3]

En mars 2014, Unicredit annonce une perte de 15 milliards d'euros au quatrième trimestre 2013, ainsi qu'une réduction d'effectifs de 8 500 salariés sur 4 ans[4].

Filiales[modifier | modifier le code]

Actionnariat[modifier | modifier le code]

  • Mediobanca : 5.14%
  • International Petroleum Investment Company 5.00%
  • Fondazione Cassa di Risparmio di Verona : 4.64%
  • Banque centrale de Libye 4.46%
  • Fondazione Cassa di Risparmio di Torino : 3.23%
  • Carimonte Holding Spa : 3.04%
  • Libyan Investment Authority 2.59%
  • Allianz : 2.05%

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]