Une souris verte (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Une souris verte et Souris (homonymie).

Une souris verte est une chanson enfantine étrange, très connue en France, datant du XVIIIe siècle[1] ou de la fin du du XVIIe siècle[2].

Il existe de nombreuses variantes pour la fin de cette chanson.

Paroles[modifier | modifier le code]

Une souris verte
Qui courait dans l'herbe
Je l'attrape par la queue,
Je la montre à ces messieurs
Ces messieurs me disent :
Trempez-la dans l'huile,
Trempez-la dans l'eau,
Ça fera un escargot
Tout chaud.
Je la mets dans un tiroir
Elle me dit qu'il fait trop noir (1)
Je la mets dans mon chapeau,
Elle me dit qu'il fait trop chaud (2)
Je la mets dans ma culotte,
Elle me fait trois petites crottes. (3)

Variante 1[modifier | modifier le code]

pour (2) et la suite

Je l’envoie dans son école
Elle me dit j’en ai ras l'bol
Je la mets dans son p'tit lit
Elle me dit j'dois faire pipi
Je la mets sur un cheval
Elle me dit joyeux carnaval.

Variante 2[modifier | modifier le code]

pour (3)

Je la mets sur un coussin,
Elle me dit qu'elle est très bien.


Je la mets dans mon p'tit lit
Elle me dit moi j'reste ici !

Variante 3[modifier | modifier le code]

pour (3) et la suite

Je la mets dans mes grandes poches
Elle me dit elles sont trop moches
Je la mets dans ma chemise
Elle me fait trois petites bises
Je la mets dans ma culotte
Elle me fait trois petites crottes !
Je la mets dans mon jardin
Elle me dit qu'elle s'y sent bien

Variante 4[modifier | modifier le code]

après (3)

Je la mets là dans ma main,
Ell' me dit qu'elle est très bien.
Je la mets dans ma cuisine,
Ell' me mange tout' la farine.
Oh ! La coquine !

Variante 5[modifier | modifier le code]

Inversion (1) et (2)

Autre variante[modifier | modifier le code]

après "Tout chaud."[3]

La cuillère à pot
Dans la rue Carnot
Numéro zéro.

Versions datées[modifier | modifier le code]

Origine incertaine[modifier | modifier le code]

Cette chanson anonyme, très connue dans toutes les régions de France et dans plusieurs pays francophones, paraît remonter à la fin du XVIIe siècle ou au commencement du XVIIIe siècle[2].

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Pour Joseph Vebret, les paroles dateraient de la guerre de Vendée qui a eu lieu au XVIIIe siècle, au cours de la Révolution française, et plus particulièrement pendant la Première République.

La souris verte serait un officier vendéen, capturé par un soldat républicain. Ce dernier le présente à ses supérieurs, puis s'ensuit la torture et la mise à mort du prisonnier. Le soldat est ensuite récompensé par une pièce de monnaie.[réf. souhaitée]

La fin aurait été ajoutée au cours du temps et les versions dépendraient des régions.

Selon certaines hypothèses, cette comptine serait liée à la franc-maçonnerie. Elle relaterait en effet un rite initiatique franc-maçon par le biais des diverses symboliques utilisées dans la comptine.[réf. souhaitée]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joseph Vebret, Petit manuel des mamans, Paris, l'Archipel,‎ 2009 (ISBN 9782809801514)
  2. a et b Claudine Sabatier, Roland Sabatier et Anne Bouin, Troisieme livre des chansons de France, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Decouverte cadet »,‎ 1987 (ISBN 2070395359 et 978-2070395354)
  3. Anne-Marie Desdouits, Le Monde de l'enfance : traditions du pays de Caux et du Québec. (ISBN : 9782763772127)