Une poignée de salopards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une poignée de salopards

Titre original Quel maledetto treno blindato
Réalisation Enzo G. Castellari
Scénario Sandro Continenza
Sergio Grieco
Franco Marotta
Romano Migliorini
Laura Toscano
Sociétés de production Films Concorde
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Sortie 1978
Durée 99 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Une poignée de salopards (Quel maledetto treno blindato) est un film de guerre italien d'Enzo G. Castellari, tourné en 1977, et sorti à Paris le 28 février 1979.

Synopsis[modifier | modifier le code]

France, 1944. Quatre soldats américains et un lieutenant désertent. Ils se retrouvent malgré eux chargés d'une mission périlleuse...

Résumé[modifier | modifier le code]

Résumé succinct par le critique de cinéma Daniel Sauvaget, publié dans La Saison Cinématographique 79, p. 322, numéro hors série XXIII de La Revue du cinéma :

Quatre soldats indisciplinés de l'armée américaine et un lieutenant qui a refusé d'exécuter un ordre qui lui semblait inhumain échappent à la police militaire. C'est la campagne de France, 1944... Ils tentent de passer en Suisse. Après quelques accrochages sérieux avec les troupes allemandes, ils tuent, dans des circonstances imprévisibles, les membres d'un commando américain déguisés en soldats allemands. Ayant établi le contact avec un groupe de maquisards français, ils adoptent l'identité de leurs malheureuses victimes et apprennent qu'ils sont chargés d'exécuter une opération très difficile. Un colonel parachuté de Londres peu après est contraint de les accepter, d'autant plus qu'ils se proposent (en échange de leur liberté) d'exécuter la mission...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film est partiellement inspiré des Douze Salopards. Son titre anglais, destiné à l'exportation internationale, est The Inglorious Bastards. Ce titre inspirera quelques années plus tard Quentin Tarantino pour son film Inglourious Basterds[1]. Bo Svenson et Enzo G. Castellari font de brèves apparitions dans le film de Tarantino.
  • À noter que le film est passé totalement inaperçu à sa sortie en France. Le critique de cinéma Daniel Sauvaget écrivait à son sujet dans "La Saison Cinématographique 79", page 322, numéro hors série XXIII de "La Revue du cinéma" : "Film de guerre traditionnel dans sa manière de casser du matériel et des soldats allemands, avec impunité et allégresse, cette production italienne de série se met au goût du jour en faisant de ses héros des mauvais soldats, antihéros cyniques, non-patriotes, déserteurs – mais parfaitement doués pour la guerre. (...) Scénario invraisemblable et fertile en détours inutiles, morale virile, clichés et stéréotypes (le noir, l'italo-américain, les maquisards français), invraisemblances, ruses banales de mise en scène, trucages grossiers (toiles peintes figurant les lointains dans les quelques prise de vues de paysages), réalisation techniquement sommaire – bref une œuvre quelconque et superflue."

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]