Une partie de campagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Partie de campagne.
Une partie de campagne
Publication
Auteur Guy de Maupassant
Langue Français
Parution Drapeau : France 2-9 avril 1881
dans La Vie moderne
Recueil La Maison Tellier
Intrigue
Lieux fictifs Une auberge de Bezons
sur les bords de la Seine.
Personnages M. Dufour
Mme Pétronille Dufour
Henriette Dufour
Henri, un canotier
Un second canotier
Le garçon aux cheveux jaunes
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Le Papa de Simon Au printemps Suivant

Une partie de campagne est une nouvelle de Guy de Maupassant parue en 1881.

Historique[modifier | modifier le code]

Une partie de campagne est initialement publiée dans la La Vie moderne des 2 et 9 avril 1881 avant d'être intégrée au recueil La Maison Tellier[1]. Elle a fait notamment l'objet d'une adaptation cinématographique par Jean Renoir, tournée en 1936 mais sortie seulement dix ans plus tard.

Résumé[modifier | modifier le code]

M. Dufour, commerçant parisien, et sa famille viennent passer une journée à la campagne. Ils se rendent dans une auberge à Bezons, puis après le déjeuner, Henriette, la fille, et Pétronille, la mère, se rendent sur la rivière accompagnées de deux canotiers. Henriette et Henri, le jeune canotier qui l'escorte dans sa yole, s’arrêtent dans un asile de verdure ; leurs ébats amoureux sont paraphrasés par le chant d'un rossignol. Un an après, Henri retrouve Henriette, cette dernière s’est mariée avec le garçon aux cheveux jaunes qui accompagnait la famille lors de cette journée mémorable : Henri et Henriette évoquant ce souvenir éprouvent alors l'un et l'autre d'amers regrets.

Analyse[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maupassant, contes et nouvelles, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, page 1357.