Une jeune fille assoupie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une jeune fille assoupie
Image illustrative de l'article Une jeune fille assoupie
Une Jeune Fille assoupie (Het Slapende Meisje)
Artiste Johannes Vermeer
Date 1657
Type Huile sur toile
Dimensions (H × L) 87,6 cm × 76,5 cm
Localisation Metropolitan Museum, New York (Drapeau des États-Unis États-Unis)()

Une jeune fille assoupie (Het Slapende Meisje) est un tableau de Johannes Vermeer peint vers 1657, exposé au Metropolitan Museum de New York (huile sur toile, 87,6 × 76,5 cm).

Description[modifier | modifier le code]

Nicolas Maes, La Servante oisive, 1655, 70 × 53,3 cm, huile sur panneau de chêne, National Gallery, Londres

Le thème pourrait être la désillusion amoureuse : la position de la jeune femme se rapproche en effet des sculptures attiques funéraires (IVe siècle av. J.-C.) et des miniatures gothiques. Le tableau derrière, faiblement éclairé, représente Cupidon avec un masque tragique à ses pieds. Selon le langage des emblèmes en usage à l'époque, cette allégorie symboliserait l'amour trompé : « L'Amour requiert sincérité ».

Sans doute par comparaison avec le tableau de Nicolas Maes, La Servante endormie[1], celui-ci fut inscrit au catalogue de 1696 sous le titre de Une Servante ivre, endormie à table. La carafe, le verre de vin, le désordre de la pièce suggèrent aussi le thème de l'ivresse.

Entre la rêverie amoureuse et l'alcoolisme, impossible de trancher : Johannes Vermeer joue avant tout avec l'ombre et la lumière dans un espace clos pour créer une atmosphère dans laquelle chacun trouve ce qu'il veut.

« Dans tout ce que peint Vermeer, flotte à la fois une atmosphère de souvenirs d'enfance, un calme de rêve, une immobilité complète et une clarté élégiaque, qui est trop fine pour être appelée mélancolie. Réalisme ? Vermeer nous emmène loin de la grossière et nue réalité quotidienne. »

— Johan Huizinga, 1932

Historique de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le tableau de Nicolas Maes sur le site officiel de la National Gallery. Page consultée le 17 avril 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]