Une beauté russe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une beauté russe
Publication
Auteur Vladimir Nabokov
Titre d'origine Красавица
Langue russe
Parution Paris, 1934
Traduction française
Traduction Gérard-Henri Durand
Parution
française
Julliard 1980
Intrigue
Date fictive 1er tiers du XXe siècle
Lieux fictifs Saint-Pétersbourg
Berlin
Personnages Olga

Une beauté russe est une courte nouvelle de Vladimir Nabokov.

Comme toute la production « pré-américaine » de Nabokov, cette œuvre parut sous le pseudonyme de « Sirine ». La nouvelle fut d'abord publiée en russe sous le titre de «  Красавица » dans Последние Новости, une revue russe de Paris le 18 août 1934[1]. Nabokov publia une version en anglais, A Russian Beauty en avril 1973. La première parution en français remonte à 1980.

Contexte[modifier | modifier le code]

Écrite en juillet 1934, la nouvelle parait en août de la même année dans une revue de l'émigration russe à Paris. Selon la comptabilité de Nabokov, la nouvelle lui rapporte 34,19 Reichsmarks[2]. L'écrivain travaille alors à la Vie de Tchernychevski et commence à rédiger Invitation au supplice[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le personnage principal de cette brève nouvelle s'appelle Olga. Mis à part le fait qu'il s'agisse d'une jeune femme, l'héroïne est un peu l'alter ego de l'auteur : née en 1900[4], dans une riche famille noble de Saint-Pétersbourg, elle parle français. Elle quitte sa Russie natale et part en exil au printemps 1919, après la Révolution russe. Elle vit à Berlin.

D'une très grande beauté depuis sa plus tendre enfance, la jeune fille vit d'abord une vie assez insouciante à Pétersbourg puis dans son exil berlinois : « Son enfance se déroula dans une atmosphère, de fête, de confiance et de gaité comme le voulait la coutume de notre pays depuis les temps anciens[5]. »

Olga connaît ensuite un destin « conforme au style de la période » : mort de son frère, de sa mère, puis de son père. Son milieu se délite peu à peu. Malgré sa beauté intacte, elle vit dans la solitude et le dénuement, et s'aigrit peu à peu.

Un jour de 1926, elle rencontre Vera, une ancienne amie qui, visiblement, ne connaît pas les mêmes soucis financiers qu'elle. Aussitôt, Vera l'invite à passer l'été chez elle. Là, séjourne également « un Allemand russifié du nom de Forstmann, un veuf athlétique et à l'aise, auteur de livres sur la chasse[6] », qui lui fait discrètement la cour. Une cour à laquelle Vera est parfaitement insensible.

Un petit matin, elle croise Forstmann sur le perron et la demande en mariage. Ce que la jeune femme accepte, apparemment sans joie. L'année suivante, elle meurt en couches.

Et Nabokov conclut : « C'est tout. Bien sûr, il y a peut-être une suite, mais je n'en ai pas eu connaissance[7]. [...] »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nabokov 2010, p. 545.
  2. Boyd 1992, p. 480.
  3. Boyd 1992, p. 470.
  4. Né en 1899, Vladimir Nabokov vécut longtemps avec la conviction qu'il était né avec le siècle. Une confusion qui lui fit commettre plusieurs erreurs de datation dans la première édition de son autobiographie, Autres rivages.
  5. Nabokov 2010, p. 543.
  6. Nabokov 2010, p. 546.
  7. Nabokov 2010, p. 547.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vladimir Nabokov (trad. Maurice et Yvonne Couturier, Bernard Kreise et Laure Troubetzkoy), Nouvelles complètes, Paris, Gallimard, coll. « Quarto »,‎ mars 2010, 868 p. (ISBN 978-2070-127863), « Une beauté russe »
  • Brian Boyd (trad. Philippe Delamare), Vladimir Nabokov [« Vladimir Nabokov: The Russian Years »], t. I : Les années russes, Paris, Gallimard (Biographie), coll. « Biographies »,‎ 9 janvier 1992 (1re éd. 1990), 660 p. (ISBN 978-2-0707-2509-0)