Une arnaque presque parfaite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une arnaque presque parfaite

Titre original The Brothers Bloom
Réalisation Rian Johnson
Scénario Rian Johnson
Acteurs principaux
Sociétés de production Summit Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie
Sortie 2009
Durée 113 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Une arnaque presque parfaite (The Brothers Bloom), au Québec Les Frères Bloom, est un film américain écrit et réalisé par Rian Johnson, sorti en 2008. Il s’agit d’un caper movie, c’est-à-dire du déroulement d’une machination dont on suit pas à pas la préparation puis l’exécution, à la manière de L'Arnaque.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Stephen et Bloom sont deux frères orphelins qui ont été ballottés de famille d’accueil en famille d’accueil durant leur jeunesse. Très tôt, ils ont monté des arnaques ensemble. Des années plus tard, après que Bloom a décidé de raccrocher, Stephen le retrouve et le persuade de participer avec lui à un dernier coup. Ils doivent se faire passer pour des antiquaires auprès de Penelope, une riche héritière oisive habitant dans le New Jersey. Pour entrer en contact avec elle, ils organisent un simulacre d’accident au cours duquel Bloom doit se faire renverser à vélo. Malheureusement, la voiture de Penelope dévale une falaise… et les rôles se trouvent inversés.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le scénario de départ s’intitulait Penelope, d’après le personnage joué par Rachel Weisz.

À l’origine, le film devait être plus sérieux et instaurer une relation de maître à élève, plutôt qu’entre frères[2]. Rian Johnson, scénariste et réalisateur, voulait écrire une histoire mettant en scène un triangle amoureux mais qui s’écarterait des stéréotypes du genre en se concluant par un coup de théâtre[3]. Alors qu’il écrivait le scénario, Johnson a été influencé par L’homme qui voulut être roi et, dans une plus large mesure, par La Barbe à papa. Pendant le tournage, il a visionné Le Conformiste et Huit et demi pour s’inspirer de l’aspect visuel[4].

Au cours des deux semaines de répétitions, Rachel Weisz a dû apprendre à faire illusion dans tous les hobbies pratiqués par Penelope : le banjo, le violon, la guitare, le piano, la jonglerie, le break dance, le skateboard et les tours de cartes[5]. Son partenaire Adrien Brody l’a aidée à s’entraîner au skateboard et au rap. Le tour de carte a été le plus difficile à assimiler et lui a demandé un mois d’exercices quotidiens. Le plan-séquence a nécessité au moins 11 prises mais n’a pas été retouché par la suite[6].

Bande originale[modifier | modifier le code]

The Brothers Bloom

Album par Nathan Johnson
Sortie 19 mai 2009
Durée 48:12
Genre musique de film
Label Lakeshore Records
  1. Brothers In A One Hat Town (Overture)
  2. Cackle Bladder
  3. Charleston’s Denoument
  4. This Is Camels
  5. Montenegro
  6. Meeting Penelope
  7. An Enlightened Euphoria
  8. Double Dutch Queens
  9. The Curator
  10. The Grecian Docks
  11. Penelope's Theme
  12. The Diamond Dog
  13. The Castle Heist
  14. Mexico
  15. Off-script
  16. An Empty Stage
  17. Cackle Bladder (Revisited)
  18. The Perfect Con
  19. The Fabulist

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de doublage VF du film » consulté le 25 novembre 2011
  2. Billington, Alex, « Interview: The Brothers Bloom Director Rian Johnson », firstshowing.net,‎ 13 mai 2009 (consulté le 18 mai 2009)
  3. Tate, Josh, « LAist Interview: Rian Johnson, director, The Brothers Bloom », LAist,‎ 22 mai 2009 (consulté le 27 mai 2009)
  4. Monfette, Christopher, « Rian Johnson Interview », IGN (consulté le 18 mai 2009)
  5. Symkus, Ed, « Rachel Weisz shows off silly side in “The Brothers Bloom” », Norwich Bulletin,‎ 17 mai 2009 (consulté le 18 mai 2009)
  6. « Rachel picks up hobbies for Bloom », The Press Association,‎ 13 mai 2009 (consulté le 18 mai 2009)