Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci est un ouvrage de Sigmund Freud dont le titre original est Eine Kindheitserinnerung des Leonardo da Vinci. Publié pour la première fois en 1910, il a été traduit en français par Marie Bonaparte et paraît en français en 1927 aux éditions Gallimard.

Le livre de Freud[modifier | modifier le code]

Freud a lu le « Roman de Léonard de Vinci » de Dimitri Merejkovski (1926) et a interprété son rêve.

« Il me semble avoir été destiné à m’occuper tout particulièrement du vautour, car un de mes premiers souvenirs d’enfance est, qu’étant encore au berceau, un vautour vint à moi, m’ouvrit la bouche de sa queue avec laquelle il me frappa plusieurs fois entre les lèvres. »

Erreur de Freud : Traduction[modifier | modifier le code]

Ce texte de Freud se fonde sur une erreur de traduction, comme l'a démontré un historien de l'art[1] dès 1923. Léonard de Vinci parle du fait qu'un milan (l'oiseau) s'était posé sur son berceau, Freud, qui ne disposait que d'une traduction allemande erronée d'un roman russe évoquant les mots de Léonard,[travail inédit ?] fait un long développement sur la figure maternelle et le vautour et y trouve l'explication de l'homosexualité de Vinci.

Le tableau : La vierge, l'enfant Jésus et sainte Anne[modifier | modifier le code]

Le « vautour » identifié par Freud.

Freud, analysant notamment l’ambiguïté androgyne des sourires de ses figures de femmes de ce tableau, voit la preuve de l’homosexualité de Léonard de Vinci dans son livre Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci.

Angèle Paoli en dit : « Tout cela conduit Freud à établir une relation directe entre l’homosexualité de Leonardo et le mystère crypté des femmes qui sont au centre de sa toile. Homosexualité construite autour de la figure privilégiée de la mère (représentée ici par la Vierge mais aussi par sainte Anne). À partir du souvenir fétichiste du « vautour », évoqué par Vinci dans ses Carnets (en réalité la traduction du mot italien dans les carnets est erronée, il s'agirait en fait d'un épervier, ou d'un milan, et non d'un vautour) [2].

Pour Freud, Oskar Pfister aurait fait une singulière découverte : « Il a décelé dans le drapé, bizarrement arrangé et malaisé à comprendre, de Marie, le contour du vautour et l’interprète comme image-devinette inconsciente[3]. »

Plan du livre (chez Gallimard)[modifier | modifier le code]

  1. L’attrait des oiseaux, préface par Jean-Bertrand Pontalis
  2. Note liminaire
  3. Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci
    1. Chapitre I
    2. Chapitre II
    3. Chapitre III
    4. Chapitre IV
    5. Chapitre V
    6. Chapitre VI
  4. Appendice : deux notices par Jean-Pierre Maïdani-Gérard
    I. Sur le thème iconographique de Santa Anna Metterza
    II. Le contexte du « souvenir d’enfance » d’après les manuscrits originaux
  5. Bibliographie
  6. Index

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

Études sur le Léonard de Freud[modifier | modifier le code]

  • Guy Rosolato, « Léonard et la psychanalyse », in Critique, 201, février 1964, p. 139-163. (cité dans la bibliographie de J.-P. Maïdani-Gérard 3 / sur Léonard et la psychanalyse "appliquée" )
  • S. Viderman, La construction de l'espace analytique , Paris, Denoël, 1970, p. 144-164 et Le céleste et le sublunaire, Paris, PUF, 1977, p. 153-169 (cité dans la bibliographie de J.-P. Maïdani-Gérard 3 / sur Léonard et la psychanalyse "appliquée" )
  • Maurice Dayan (cité dans la bibliographie de J.-P. Maïdani-Gérard 3 / sur Léonard et la psychanalyse "appliquée" ):
    • « Le fantasme et l'événement », in Psychanalyse à l'université, t. IV, no 13, Paris, PUF, décembre 1978, p. 5-58 (Critique de Viderman)
    • Dans: Inconscient et réalité, Paris, PUF, 1985.
  • André Green (cité dans la bibliographie de J.-P. Maïdani-Gérard 3 / sur Léonard et la psychanalyse "appliquée" ):
    • HAMLET et Hamlet, une interprétation psychanalytique de la représentation, Paris, Balland, 1982
    • « Voir et penser dans le Carton de londres de Léonard de Vinci » in Revue Université Louvain, CESPR, 4, 1988.
    • Révélations de l'inachèvement, Léonard de Vinci, Paris, Flammarion, 1992.
  • Jean-Pierre Maïdani-Gérard, Léonard de Vinci: mythologie ou théologie?, Paris, PUF, 1994 ISBN 2 13 045529 8
  • Roseline Bonnellier, « Traduction et psychanalyse: attention en libre/égal suspens ou la métaphore de l'Oiseau, sur le "vautour" du Léonard de Freud », publié dans Cliniques méditerranéennes, 85-2012 sur « La pensée magique », Toulouse, Éditions érès 2012, p. 147-162. ISSN 0762-7491
  • René Pommier, Freud et Léonard de Vinci. Quand un déjanté décrypte un géant, Kimé, 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Maclagan, dans le Burlington Magazine for Connoisseurs, no 42, 1923, p. 54-57. Lire aussi : Meyer Schapiro, « Leonardo and Freud : an art-historical study » (Journal of the History of Ideas, no 17, 1956, p. 147-178)
  2. Terres de femmes
  3. Voir Vautour). (p. 213)

Lien externe[modifier | modifier le code]