Le Lutin magique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Un lutin à Central Park)
Aller à : navigation, rechercher

Le Lutin magique ou Un troll à Central Park au Québec (A Troll in Central Park) est un dessin animé américain de Don Bluth et Gary Goldman, sorti en 1994 chez Warner Bros. Pictures.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Stanley est un troll sympathique, doté d'un pouce vert[1] capable de créer des fleurs au plus léger contact. Au Royaume des Trolls, toute beauté est interdite et les trolls sont obligés de se montrer méchants et affreux, afin d'effrayer les humains chaque fois que cela leur est possible. En conséquence, Stanley cache aux autres trolls toutes les fleurs qu'il trouve ou crée lui-même.

Lorsque Gnorga, Reine des Trolls, découvre le secret de Stanley, Llort, le Roi, la convainc de le bannir à Manhattan, quartier de la ville de New York, aux États-Unis, plutôt que de le transformer en pierre. La capsule de Stanley atterrit à Central Park, et il entreprend de se cacher du reste du monde dans une grotte, sous un pont.

Dans son appartement, un enfant prénommé Gus s'apprête à aller jouer à Central Park avec son père, Alan, quand celui-ci lui annonce qu'il doit préparer un procès (on imagine qu'Alan est avocat), pour la plus grande déception de Gus. Il demande alors à sa mère, Hilary, de l'accompagner, mais celle-ci a également mieux à faire, à Park Avenue. Gus se retrouve donc seul avec sa petite sœur, Rosie, et leur baby-sitter, Maria. Finalement, Gus piège Maria en lui interdisant de rentrer dans leur chambre, et parvient à sortir discrètement de l'appartement, emmenant Rosie sur son chariot en direction de Central Park.

Alors qu'ils jouent avec le bateau miniature de Gus, les enfants découvrent accidentellement la cachette de Stanley, qui s'en fait des amis. Gnorga, découvrant l'attitude amicale de Gus envers Stanley, se transporte à New York et jette un sort à l'enfant, le faisant pleurer jusqu'à tous les noyer. Stanley sauve tout le monde en transformant le bateau miniature en véritable embarcation.

De retour dans son royaume, Gnorga découvre que son pouvoir s'affaiblit (faisant même les gros titres du Wursta times (jeu de mots sur « worst of times », lit. « le pire des temps ») et qu'elle perd le contrôle sur de plus en plus de trolls. Lorsqu'elle découvre que Stanley, loin d'être mort noyé, continue à vivre dans la beauté et le bonheur à Central Park, elle explose de rage. Découvrant que tout troll est capable d'être bon, de nombreux sujets demandent la démission du couple royal. Gnorga et Llort décident de se rendre personnellement à Central Park, afin de s'assurer que la punition de Stanley sera exemplaire. Voyageant dans une tornade qui dévaste le parc, elle kidnappe Rosie, alors sur le chemin du retour avec son frère. Gus retourne voir Stanley dans son superbe abri végétal, désormais détruit, et lui demande de l'aide. Celui-ci est apeuré, sachant que la Reine utilise Rosie comme appât afin de le capturer. Très en colère, Gus lui dit qu'il ne verra jamais ses rêves se réaliser s'il ne peut pas se battre pour ce en quoi il croit et s'en va, accompagné de quelques plantes et animaux qui veulent en découdre avec la Reine.

Ils réussissent à la trouver et à la distraire, afin de récupérer Rosie, mais se retrouvent coincés par la Reine et Llort. Gus insulte Gnorga, et celle-ci le transforme en troll. Les fleurs et animaux encerclent la reine, la gênant, tandis que Llort attrape Rosie. Gus réussit à transformer les pieds du Roi en pierre, libérant ainsi sa petite sœur. Malheureusement, elle court pour s'enfuir et tombe dans une gorge. Par bonheur, Stanley utilise le chariot et le bateau de Gus comme bateau volant, et sauve le bébé. Bien que toujours effrayé à l'idée de se confronter à Gnorga, qui s'est libérée de ses adversaires, Stanley décide de la provoquer à travers ses rêves et ses pouvoirs, et lui lance un défi de volonté. Il transforme finalement la Reine en rosier et la renvoie chez elle, malheureuse, en compagnie de Llort. Cependant, juste avant sa transformation, Gnorga tente de forcer Gus, toujours transformé en troll, à changer Stanley en pierre. Mais ses pouvoirs s'éteignant, ses enchantements se dissipent et Gus redevient un enfant. Stanley réussit à ramener Rosie et Gus chez eux, juste avant le retour de leurs parents.

Tandis que les autorités tentent de percer le mystère de la tornade qui a ravagé le parc, Gus et Rosie, le cœur brisé, retrouvent Stanley dans une poubelle de leur rue, où il a atterri. Le ramenant à Central Park, ils gravent son portrait sur une souche. À ce moment, le pouce de Gus devient brièvement brillant et vert, et il réussit à ressusciter Stanley. De retour à la vie, le troll ramène les plantes et les animaux dans le parc, et transforme New York en un immense jardin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Le film n'est jamais sorti en salles en France. De plus, ce film est sorti directement en vidéo durant la grève des doubleurs-acteurs de 1994, ce qui poussa la production à sortir la VHS en France avec les doublages réalisés au Quebec.

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • Reine du Mal - Gnorga
  • La Vie en Vert - Stanley
  • Des Amis Comme Nous - Air music hall sur lequel danse les fleurs
  • Voici Mon Pays - Stanley

Accueil critique, bilan commercial[modifier | modifier le code]

À sa sortie, le film est un échec critique et commercial. Le résultat au box-office est très mauvais - les entrées aux États-Unis ne font gagner que 71 368 $ (soit 0,33 % de son budget) -, en faisant le pire échec de Don Bluth à ce jour. Ceci est peut-être dû à une distribution confiée à des acteurs assez peu connus, à l'absence de campagne de publicité télé, de bande-annonce et à une campagne d'affichage assez faible.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Il est fait référence au film dans un célèbre sketch de l'émission Saturday Night Live, dans lequel Alec Baldwin imite Charles Nelson Reilly interviewé par un faux James Lipton (interprété par Will Ferrel), dans une parodie de Inside the Actors Studio.
  • La Twentieth Century Fox a racheté les droits d'exploitation du film et en est maintenant l'unique distributeur.
  • Pour écrire le scénario, Gary Goldman s'est inspiré de sa vie à Central Park.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ceci est une référence à l'équivalent anglais de l'expression « avoir la main verte » ((en) to have a green thumb, lit. « avoir un pouce vert ») : être doué pour le jardinage et les soins aux plantes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]