Un Indien dans la ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Un indien dans la ville)
Aller à : navigation, rechercher

Un Indien dans la ville

Réalisation Hervé Palud
Scénario Igor Aptekman
Philippe Bruneau
Acteurs principaux
Sociétés de production ICE3
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 1994
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un Indien dans la ville est un film français d'Hervé Palud, sorti en 1994.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Parti en Amazonie retrouver son ex-femme Patricia afin de lui faire signer l'acte de divorce dans le but de pouvoir se remarier, Stéphane Marchadot, fringant boursier français, découvre avec stupeur qu'il est le père de Mimi-Siku, un petit bonhomme de la forêt âgé de 13 ans. Convaincu par son fils qui rêve de découvrir la tour Eiffel, Stéphane décide de l'emmener avec lui, même s'il sait que le moment est mal venu. Il ne vit que pour son travail et n'a donc pas de temps à consacrer à son fils, d'autant plus qu'il est mêlé à une « sale » affaire d'argent par la faute de Richard Montignac, son colérique associé (lui aussi ravagé par son travail), qui n'en est pas à sa première bavure.

Pas facile de garder l'œil sur un adolescent qui n'a jamais vu la ville et qui outre cela, tombe amoureux de Sophie, la fille de Richard. Mimi-Siku et Sophie sont deux adolescents que tout rapproche puisqu'ils connaissent des rapports difficiles avec leur père dû à un investissement excessif dans leur métier.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

  • Un Indien dans la ville, composé par Manu Katché, interprété par Geoffrey Oryema
  • Chacun sa route, composé par Ras Tea, Yovo et J-M Vespasien, interprété par Tonton David
  • Mother & Father, composé par Geoffrey Oryema, Manu Katché et Jean-Pierre Alarcen, interprété par Geoffrey Oryema et Manu Katché
  • Sunshine, composé par Jean-Pierre Alarcen, Yovo et Jean-Claude Nemro, interprété par Geoffrey Oryema et Manu Katché
  • Hello You, composé par Yovo et Manu Katché
  • La Misère, composé par Ras Tea et Yovo, interprété par Tonton David
  • You and I, composé par Manu Katché
  • Douce enfance, composé par Manu Katché
  • Innocence, composé par Manu Katché
  • Veillé, composé et interprété par Geoffrey Oryema

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Thierry Lhermitte s'est particulièrement occupé de la promotion du film à l'étranger. Cela a été une réussite puisqu'il s'est très bien vendu aux États-Unis (moins de 750 000 $ de recette[1]). Le film a obtenu le trophée du film français en 1994 et le prix Georges de Beauregard en 1995 dans la catégorie meilleurs producteurs (Thierry Lhermitte et Louis Becker).
  • Le critique américain Gene Siskel, du Chicago Tribune, à l'occasion d'une projection houleuse, fit la remarque suivante après que le technicien s’excusât du fait que la dernière bobine était perdue et qu'il l'aura le lendemain : « Si cette bobine contenait miraculeusement les rushs d'édition de Orson Welles's The Magnificent Ambersons (considéré comme le second plus grand film américain, violemment émasculé par les studios RKO, les rushs ayant été détruits), ce film n'en restera pas moins une nullité[2] ». Roger Ebert, du Chicago Sun-Times, adresse également à ses lecteurs la rarissime remarque suivante : « Little Indian Big City est l'un des plus mauvais films jamais faits. J'en ai détesté chacune de ses moindres minutes imbéciles. [...] Si jamais j'apprends, quelles qu'en soient les circonstances, que vous avez vu ce film, vous serez interdit à vie de lire mes critiques[1] ». Ce film fut élu, parmi plus de 300 films, le second pire film de l'année 1996 dans la liste de Ebert & Sickel (choix de Ebert). En conclusion de leur très courue émission Siskel & Ebert (en), Siskel fait la relation entre le succès français du film et le fait, qu'au même moment, le taux de chômage du pays culmine à plus de 12 %, tandis que Ebert dit mieux comprendre pourquoi les Français pensent que Jerry Lewis est l'homme le plus drôle de la Terre.
  • Walt Disney Pictures a produit un remake de ce film intitulé Jungle 2 Jungle (Un Indien à New York) (1997). Ce film fut élu, parmi plus de 300 films, « le » pire film de l'année 1997 dans la liste de Ebert & Sickel (choix de Sickel)[3]. Sickel compare ce remake et l'original à Crocodile Dundee, qui a su faire auparavant de la même formule d'histoire un authentique succès.
  • Dans le film, il est dit que Mimi-Siku a choisi ce nom lui-même parce qu'il sonnait bien et que cela veut dire « pipi de chat ». Cette anecdote est réelle. De fait, elle est citée dans le livre Antecume ou une autre vie d'André Cognat publié en 1977[4].

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Paris

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.rogerebert.com/reviews/little-indian-big-city-1996.
  2. Siskel & Ebert : Worst of 1996.
  3. http://siskelandebert.org/video/A3BB15HDNMH5/Worst-of-1997.
  4. Antecume ou une autre vie, André Cognat - Planche photos après la page 128.
  5. Anne-Charlotte de Langhe et Aude Vernuccio, « Le cinoche à la trace », in Le Figaroscope, semaine du mercredi 10 au 16 avril 2013, page 6.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :