Un homme d'exception

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Un homme d’exception)
Aller à : navigation, rechercher

Un homme d'exception

Titre original A Beautiful Mind
Réalisation Ron Howard
Scénario Akiva Goldsman
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Imagine Entertainment
DreamWorks SKG
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 2001
Durée 134 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un homme d'exception (A Beautiful Mind) est un film réalisé en 2001 par Ron Howard adapté de la biographie Un Cerveau d'exception de John Forbes Nash Jr., écrite par Sylvia Nasar, ancienne journaliste économique pour le New York Times, et parue en 1999.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1947, John Forbes Nash Jr. est un brillant élève, qui élabore sa théorie économique des jeux à l'Université de Princeton. Au début des années 1950, suite à ses travaux et son enseignement au Massachusetts Institute of Technology, William Parcher, agent fédéral américain, se présente à lui pour lui proposer d'aider secrètement les États-Unis. La mission de John consiste à décrypter dans la presse les messages secrets d'espions russes, censés préparer un attentat nucléaire sur le territoire américain.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

John Nash en 2006

Cette description éloquente des événements les plus tragiques de la vie de John Nash souffre de quelques inexactitudes et oublis, parmi lesquels la réinvention du jeu Hex, joué sur le carrelage hexagonal des salles de bains de Princeton (les scènes se référant à la réinvention de Hex ont été tournées, mais furent coupées au montage afin de maintenir un certain rythme scénaristique).

La version française comporte également quelques erreurs de traduction, probablement dues à l'absence de mathématiciens parmi les traducteurs. Ainsi, « … are covering spaces » est par exemple traduit par « … recouvrent les espaces » au lieu de « … sont des revêtements ».

Le documentaire sur PBS A Brilliant Madness tente d'être plus précis. Des personnages imaginaires (un agent des services secrets, un ami rencontré à l'université et la nièce de 11 ans de cet ami) ont été inventés pour le cinéma, afin d'illustrer les délires schizophrènes du personnage.

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 2002 :

Liens externes[modifier | modifier le code]