Un duplex pour trois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duplex.

Un Duplex pour trois (Duplex) est une comédie germano-américaine réalisée par Danny DeVito, sortie aux États-Unis en 2003.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le rêve américain : Alex (Ben Stiller), un écrivain new-yorkais qui rédige son deuxième roman est marié à Nancy (Drew Barrymore), rédactrice d'un grand magazine. Ils rêvent de fonder un foyer dans une belle maison. Le duplex qui leur est proposé par l'agent immobilier (Harvey Fierstein) dans le quartier de Brooklyn semble issu d'un rêve. Seul défaut, minime, pensent-ils, l'étage est loué par une vieille dame d'origine irlandaise, Mme Connelly (Eileen Essel), que le bail empêche d'expulser, mais qui semble charmante et en mauvaise santé.

Toutefois, sitôt emménagés, leur vie devient rapidement un enfer : la nuit, madame Connelly, plus vivace, regarde des rediffusions de séries télévisées (dont Hawaï police d'État) avec le volume à fond ; le jour, elle a toujours un service à demander, tantôt bénin, tantôt très important, qui empêche Alex d'écrire et Nancy de travailler. Elle observe également leurs ébats conjugaux, invite ses amies de la paroisse à répéter un concert qui n'a lieu que deux semaines plus tard, etc. Le couple essaie de remédier à ces situations, mais cela se retourne contre eux. Les catastrophes dues à madame Conelly ou à ses intrusions s'accumulent, et deviennent de plus en plus caricaturales, bien que leur caractère intentionnel demeure ambigu. Nancy commet une erreur d'inattention qui provoque son licenciement, et l'ordinateur d'Alex finit brûlé et écrasé, alors que son roman venait d'être terminé. Pour comble de malheur, le policier (Robert Wisdom) qui enquête suite à une tentative de réanimation sur Mme Connelly, après qu'elle se soit étranglée avec une praline, qu'elle dénonce comme une tentative de viol, prend immédiatement parti pour la vieille dame, rudoyant les jeunes gens, que le spectateur sait innocents.

À bout de ressource, Alex et Nancy décident d'éliminer la vieille importune par des moyens d'abord assez créatifs, qui ne cessent de se retourner contre eux et leur duplex. Le caractère volontairement malfaisant, ou du moins déterminé à expulser Alex et Nancy de leur duplex, de Madame Connelly se faisant jour, ils décident de la supprimer puis, devant leur maladresse, de faire appel à un tueur à gages rencontré quelques mois plus tôt au cours de leur pendaison de crémaillère. Celui-ci a bien du mal avec la vieille irlandaise, décidément plus vive et vivace qu'elle ne paraît. Il finit par incendier le duplex accidentellement, laissant la vieille dame inconsciente. Alex et Nancy ne peuvent se résoudre à la voir disparaître ainsi, et la sauvent.

Quelque temps plus tard, ayant trouvé un nouveau logement, ils rendent visite à la vieille dame en compagnie de l'agent immobilier, pour constater qu'elle ne donne plus signe de vie. Passé la scène de leur réaction à la nouvelle, on retrouve l'agent immobilier dînant en compagnie de Madame Connelly, évidemment vivante et paraissant sensiblement plus jeune que jusqu'alors, ainsi que le policier. Tout n'est finalement qu'une escroquerie que le trio a apparemment pratiqué plus d'une fois.

Commentaires[modifier | modifier le code]

D'après les documents de promotion du film, le scénariste Larry Doyle aurait été inspiré par Jeanne Calment : cette Française avait vendu son appartement en viager à son notaire en 1965 et lui avait survécu de deux ans. Doyle a dit à la presse avoir voulu montrer que les personnes âgées ont encore la vie devant elles.
Toutefois, si Jeanne Calment ne se signalait que par une longévité exceptionnelle, Mrs Connelly, elle, prend un rôle plus actif dans l'échec de la transaction immobilière.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Sur le même canevas, Pierre Tchernia écrivit et réalisa en 1972 : le Viager
  • Le film fut mal perçu, puisque Drew Barrymore fut nominée pour le Raspberry Award de La Plus Mauvaise Actrice, qu'elle perdit au "profit" de Jennifer Lopez pour Amours troubles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]