Un certain sourire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un certain sourire

Titre original A Certain Smile
Réalisation Jean Negulesco
Scénario Frances Goodrich et Albert Hackett d’après le roman de Françoise Sagan, Un certain sourire
Acteurs principaux
Sociétés de production Twentieth Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Sortie 1958
Durée 104 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un certain sourire (A Certain Smile) est un film américain réalisé par Jean Negulesco et sorti en 1958.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Paris, la jeune Dominique étudie le droit à La Sorbonne en compagnie de son petit ami Bertrand. Mais elle est attirée par son oncle Luc, séduisant quadragénaire déjà marié à la très distinguée Françoise qui feint d’ignorer les nombreuses aventures extraconjugales de celui-ci…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Chanson du film[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

  • Deuxième adaptation américaine d’un roman de Françoise Sagan après celle de Bonjour tristesse sortie au mois de mars de la même année. Lien entre les deux films : au début de Bonjour tristesse, David Niven feuillette un numéro d’Elle où l'on aperçoit la photo de Christine Carrère en couverture du magazine. On sait déjà en 1957 que l'actrice fait partie du casting d'Un certain sourire qui va se tourner début 1958.

Scénario[modifier | modifier le code]

Alors que le roman de Sagan s'achève sur les relations amoureuses que l'héroïne « Dominique » continue d'entretenir avec son petit ami et son oncle, la production Twentieth Century Fox a modifié la fin du film pour éviter des problèmes de censure avec l'organisme PCA (Production Code Administration) selon un article paru dans le LA Mirror-News[1].

Casting[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

  • Un certain sourire est mieux accueilli que Bonjour tristesse par la critique américaine. Le magazine Variety loue la réalisation de Jean Negulesco : « Le film est bien réalisé, raisonnable, et magnifiquement photographié. En ayant choisi d’adoucir les aspects amoraux de l’histoire, producteur et réalisateur ont apparemment décidé de privilégier l’esthétisme. De ce fait, le film abonde en images séduisantes de la Côte d’Azur qui, photographiée sous tous les angles possibles, met idéalement en valeur les scènes romantiques entre Rossano Brazzi et Christine Carrère. Les scènes dans les rues de Paris sont tout aussi attrayantes grâce à leur animation ». Variety complimente également l’interprétation, écrivant que « Carrère est charmante et menue, apportant juste ce qu’il faut d’ombre à son sage personnage. Le petit ami, interprété par Bradford Dillman, lui aussi nouveau venu, est d’une beauté non conventionnelle et parfait dans un rôle irritant. Brazzi est doucereusement Européen en Don Juan d’âge moyen, et sa femme Joan Fontaine souffre bien comme l’exige le scénario ». Mais l’histoire du cinéma retiendra l'adaptation de Bonjour tristesse réalisée par Otto Preminger[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Source : The TCM Movie Database États-Unis.
  2. Traduction libre de l'anglais par l'éditeur.

Lien externe[modifier | modifier le code]