Un barrage contre le Pacifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Un barrage contre le Pacifique (homonymie).

Un barrage contre le Pacifique est un roman de Marguerite Duras paru en 1950.

Contexte d'écriture[modifier | modifier le code]

C'est au moment où Marguerite Duras vient de divorcer de son premier mari et de se remarier avec Dionys Mascolo (dont elle aura un enfant) qu'elle écrit ce roman.

Elle s'inspire largement de sa propre adolescence.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans le sud de l’Indochine française, en 1931, une veuve vit avec ses deux enfants, Joseph et Suzanne (20 et 17 ans). Leur bungalow est isolé dans la plaine marécageuse de Ram. Leurs conditions de vie sont déplorables : ils sont fréquemment contraints à manger de l'échassier, ne possèdent qu'une vieille automobile modèle B12…

La mère a économisé durant 10 ans pour se voir attribuer cette concession, qui s'est finalement révélée incultivable, les plantations étant détruites tous les ans par la mer de Chine (qui semble être le Pacifique aux yeux de la mère, à cause de l'inégalité du combat). La mère, désillusionnée après avoir vu ses barrages détruits par le Pacifique invincible, a dès lors commencé à sombrer dans la folie.

Le récit s'ouvre sur la mort de leur vieux cheval, acheté quelques jours plus tôt. Cette mort entraîne leur visite à la ville de Ram, où ils font la connaissance d'un jeune et riche planteur prénommé M. Jo. Il porte au doigt un énorme diamant, et malgré la laideur de son visage, la mère forme alors le souhait qu'il demandera sa fille en mariage. Le planteur, fasciné par Suzanne, revient tous les jours au bungalow. La mère surveille leurs entrevues pour leur empêcher tout contact physique ; ainsi, elle ne laisse à M. Jo que la solution du mariage pour satisfaire ses désirs.

Monsieur Jo se prend au jeu, et essaie en quelque sorte d’acheter Suzanne en lui offrant des produits de beauté, une robe. Pour obtenir de la voir nue, il lui propose un phonographe. Face à l'ultimatum de la mère qui lui propose de l'épouser ou de la quitter, il offre sa bague à Suzanne. Ce don marque la fin des rapports de M. Jo avec la famille, qui découvre par la suite que la bague n'a pas tant de valeur ; elle contient un crapaud. Cette découverte fait le désespoir de la mère.

Ce roman propose le récit de la désillusion indochinoise, une histoire dans la face cachée de la prospérité, l'Indochine du vice et de la dérive. Au fil d'Un barrage contre le Pacifique, on rencontre différents personnages et donc différentes histoires, différentes destinées (la mère, Suzanne, Joseph, mais aussi Carmen, le caporal, Barner...), dressant ainsi un tableau assez complet de la vie coloniale. D'inspiration autobiographique, ce roman révélera pour la première fois Marguerite Duras au grand public.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Adaptation théâtrale[modifier | modifier le code]

En 1960, Geneviève Serreau crée une adaptation théâtrale au Studio des Champs-Elysées avec :

Par ailleurs, une adaptation théâtrale du roman a été réalisée par le metteur en scène Moïse Touré (ivoirien, né en France), et créée à Ouagadougou en mai 2012 avant d'être présentée en France en 2013 (Evry : mars ; Belfort et Vesoul : mai 2013). La particularité du projet Belfortain étant d'associer un chœur d'enfants français avec des enfants burkinabés venus de Bazoulé pour les représentations.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sortie en 1958. Cf. la fiche média proposée par l’Institut national de l'audiovisuel (INA) sur son site web.
  2. Sortie mondiale en 1958. Cf. la fiche du film sur DvdToile.com
  3. Première mondiale le 9 septembre 2008 au Festival du film de Toronto : site officiel du festival.
  4. Cf. la fiche du film sur Evene.fr
  5. Cf. notamment un article du 19 décembre 2006 publié en ligne par Allocine.fr.