Un ballo in maschera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un bal masqué

Un ballo in maschera
Un bal masqué
Image décrite ci-après
Un ballo in maschera aux chorégies d'Orange 2013

Genre Opéra
Nbre d'actes 3
Musique Giuseppe Verdi
Livret Antonio Somma
Langue
originale
Italien
Sources
littéraires
Livret de Scribe pour l'opéra d'Auber Gustave III ou le Bal masqué
Création 17 février 1859
Teatro Apollo, Rome Drapeau de l'Italie Italie
(Action située à Boston)
Création
française
13 janvier 1861
Théâtre-Italien, Paris
(Action transposée à Naples)
Versions successives
  • Vendetta in domino : action située à Stettin (refusé par la censure napolitaine)
  • Adeglia degli Adimari : livret dénaturé par l'impresario du San Carlo (refusé par Verdi)
  • Un ballo in maschera : action transposée à Boston (contournement de la censure romaine)
  • Un ballo in maschera : action transposée à Naples (création parisienne)
  • Un ballo in maschera : retour de l'action à Stockholm (à partir des années 1950)
Représentations notables
Personnages

(« version de Boston »)

  • Riccardo, comte de Warwick (ténor)
  • Amelia (soprano)
  • Renato, secrétaire du gouverneur, mari d'Amelia (baryton)
  • Oscar, page (soprano)
  • Ulrica, devineresse (contralto)
  • Samuele, ennemi du comte (basse)
  • Tom, ennemi du comte (basse)
  • Silvano, marin (baryton-basse)
  • Un juge (ténor)
  • Un serviteur d'Amelia (ténor)
  • Députés, officiers, marins, gardes, peuple, gentilhommes, affidés de Samuel et Tom, serviteurs, masques, couples de danseurs (chœur)
Airs
  • « La rivedrà nell'estasi » - Riccardo (I, 1)
  • « Alla vita che t'arride » - Renato (I, 1)
  • « Volta la terrea » - Oscar (I, 1)
  • « Re dell'abisso, affrettati » - Ulrica (I, 2)
  • « Di' tu se fedele » - Riccardo (I, 2)
  • « Ma dall'arido stelo divulsa » - Amelia (acte II)
  • « Morrò, ma prima in grazia » - Amelia (III, 1)
  • « Eri tu che macchiavi quell'anima » - Renato (III, 1)
  • « Ma se m'è forza perderti » - Riccardo (III, 2)

Un ballo in maschera (Un bal masqué en français) est un opéra en trois actes de Giuseppe Verdi sur un livret d'Antonio Somma créé au Teatro Apollo de Rome le 17 février 1859.


Genèse[modifier | modifier le code]

Le livret s'inspire des événements qui ont accompagné l'assassinat du roi Gustave III de Suède au cours d'un bal masqué à l'opéra royal de Stockholm en 1792. Avant Verdi, le drame avait déjà inspiré Daniel-François-Esprit Auber dont l'opéra Gustave III ou le Bal masqué sur un livret de Eugène Scribe fut donné avec succès à Paris le 27 février 1833. Le librettiste de Verdi, Antonio Somma s'est inspiré de l'œuvre de Scribe[1]. Le livret en a d'abord été refusé par 3 censeurs de la ville de Naples en 1859 : on n'assassine pas un roi sur scène! Surtout peu de temps après que trois italiens ont essayé d'assassiner à Paris l'empereur Napoléon III, qui était pourtant un allié ardent du risorgimento. Verdi dut s'y reprendre à plusieurs fois... l'action fut d'abord transposée à Stettin, et le roi de Suède devint simple Duc de Poméranie.Mais cela ne fut pas suffisant aux yeux des censeurs. Pourquoi tuerait-on un duc sur scène? Et c'est ainsi que naquit la version autorisée actuelle. L'action se déroule désormais à Boston. Les Etats-Unis étant une démocratie on ne saurait leur reprocher de tuer qui ils veulent... Et le roi de Suède, devenu entre-temps duc de Poméranie, n'est plus désormais que le gouverneur de la ville. De là à compter sa mort pour quantité négligeable... (Texte de Maurice Garçon) de Pathé Live.

Création[modifier | modifier le code]

Les noms utilisés lors de la création sont en premier. Ceux utilisés avant la censure, en dernier entre parenthèses.

Représentations successives[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

La critique[modifier | modifier le code]

Le public[modifier | modifier le code]

L'opéra rencontre un franc succès[2].

Argument[modifier | modifier le code]

Acte I[modifier | modifier le code]

Premier tableau[modifier | modifier le code]

Dans le palais du gouverneur à Boston[3].

Les courtisans, partagés entre amis et ennemis (parmi lesquels Tom et Samuel), attendent l'arrivée du gouverneur, le comte Riccardo di Warwick. Celui-ci arrive et son page, Oscar, lui remet la liste des invités au bal masqué prévu pour le lendemain. Au nombre des invités, figure Amelia, qu'il aime en secret, mais qui est la femme de son conseiller et ami Renato.

Celui-ci se présente. Il croit deviner la cause du trouble visible de son maître : un complot qui se trame contre sa vie. Mais Riccardo veut ignorer ce complot ainsi que ses protagonistes ; en vain Renato l'adjure de ne pas prendre la chose à la légère.

Arrive le chef de la police de Boston, qui demande l'exil de la sorcière noire Ulrica. Le page Oscar plaide la cause de celle-ci, de sorte que le gouverneur décide d'aller se rendre compte sur place de l'activité de la suspecte. Il convie les personnes présentes, dont Samuel et Tom, à l'accompagner sous un déguisement.

Second tableau[modifier | modifier le code]

Dans l'antre de la sorcière Ulrica.

Devant l'assistance, Ulrica invoque Lucifer. Puis, à Silvano, un marin, elle prédit « de l'or et un grade ». Discrètement, Riccardo réalise la prédiction.

Tandis que chacun admire la clairvoyance de la pythonisse, un domestique vient lui annoncer la visite d'Amélia. Ulrica demande à tous de se retirer, mais Riccardo demeure et se tient caché. Amelia entre et demande à la magicienne un breuvage capable d'effacer de son cœur un amour sans espoir. Ulrica connaît le remède : une herbe rare qui ne pousse qu'au pied du gibet. Riccardo se promet de l'accompagner dans cette périlleuse expédition.

Amelia disparaît, remplacée par le page, Tom et Samuel. Riccardo, toujours incognito, tend sa main à la sorcière qui recule épouvantée : elle lui annonce qu'il mourra bientôt, par la main d'un ami, celui-ci étant le premier homme qui lui serrera la main. Afin de montrer que ce genre de prophétie ne l'impressionne guère, Riccardo, fait le tour de l'assistance afin de serrer la main de l'un des courtisans ; mais ceux-ci se dérobent, de sorte que la première main qu'il serre est celle de Renato qui, venant d'entrer, ignore tout de la prédiction. Cette coïncidence achève de rassurer Riccardo : il se moque d'Ulrica tout en l'assurant de sa protection et, dans la joie générale, n'écoute pas les sinistres avertissements de la sorcière.

Acte II[modifier | modifier le code]

Sur la lande, en pleine nuit.

Amelia, voilée, cherche la plante magique au pied du gibet. À minuit paraît Riccardo qui, malgré les protestations de la jeune femme, lui déclare son amour.

Leur duo passionné est interrompu par Renato, qui ne reconnaît pas son épouse : il annonce à son maître l'arrivée imminente des conjurés qui veulent l'occire. Le comte se décide à prendre le large, à condition que Renato raccompagne la dame sans chercher à savoir qui elle est.

Restés seuls, Renato et Amélia sont bientôt entourés par les ennemis du comte, fort déçus de trouver le secrétaire au lieu du gouverneur. Voulant au moins savoir qui l'accompagne, Tom s'avance, mais Renato s'interpose, et Amelia perd malencontreusement son voile dans la bousculade.

Pour les conjurés, le drame tourne à la farce, tandis que Renato se croit trompé par son maître et qu'Amélia souffre d'être victime des apparences.

Acte III[modifier | modifier le code]

Premier tableau[modifier | modifier le code]

Dans la bibliothèque de Renato.

Renato fait comparaître Amelia et lui annonce le châtiment qui l'attend : la mort. Elle reconnaît son amour pour Riccardo, mais jure qu'elle n'a jamais cédé à ce dernier. Renato, inflexible, ne lui accorde que la grâce de revoir son fils pour la dernière fois.

Resté seul, il se prend toutefois de pitié pour sa femme et décide de l'épargner : Riccardo est le seul coupable, et c'est lui qui mourra.

Arrivent Samuel et Tom, d'abord méfiants. Mais devant eux, Renato brûle les rapports de police qui les dénoncent, et ils l'acceptent comme complice. Ils discutent alors sur le point de savoir qui frappera le comte, chacun revendiquant cet honneur On décide finalement de tirer au sort le nom de l'exécuteur, et Renato ordonne à sa femme de choisir un billet dans l'urne : c'est le nom de Renato qui sort !

Oscar vient remettre à Renato l'invitation officielle, pour lui et Amelia, au bal qui se déroulera dans la soirée. Comme ils seront masqués, les trois conjurés conviennent d'un mot de reconnaissance : « Mort ! »

Deuxième tableau[modifier | modifier le code]

Le palais du gouverneur.

Riccardo rédige un ordre aux termes duquel Renato et sa femme doivent regagner immédiatement l'Angleterre. Lui-même ne paraîtra pas au bal, de sorte qu'il ne reverra plus Amelia.

Mais Oscar lui apporte une lettre anonyme (écrite en fait par Amelia) l'avertissant du danger qu'il court. Il se persuade alors que son absence serait une lâcheté, et oublie ses bonnes résolutions.

Troisième tableau[modifier | modifier le code]

La salle de bal.

La fête bat son plein. Les trois conjurés se demandant si le comte viendra ou non, Oscar les rassure sur ce point et précise que le gouverneur porte une cape noire avec un ruban rose.

Arrive Riccardo, suivi d'Amelia qui le supplie de partir. Le comte refuse : il tient à cette rencontre qui sera la dernière. Tous deux clament imprudemment leur amour et vont s'étreindre, quand Renato se jette sur son maître et le frappe d'un coup de poignard.

Les participants se précipitent sur lui, le désarment, lui arrachent son masque et s'apprêtent à lui faire un mauvais parti, mais le comte les arrête.

Rassemblant ses dernières forces, il assure Renato de la pureté de ses relations avec Amelia, et lui en donne pour preuve les dispositions qu'il avait prises par écrit avant de se rendre au bal. Ayant pardonné à son meurtrier et à tous ses ennemis, il expire sous les yeux de la foule consternée.

Analyse[modifier | modifier le code]

Orchestration[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'opéra de Saverio Mercadante, Il Reggente, de 1843 s'inspire également des mêmes faits et du livret de Scribe, bien que l'intrigue se situe en Écosse
  2. L'univers de l'opéra de Bertrand Dermoncourt
  3. Verdi transpose l'action à Boston pour éviter la censure. De nos jours, la version est parfois adaptée pour mettre en scène les personnages historiques de Stockholm (Roland de Candé dans Les Chefs-d'œuvre de la musique

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Enregistré le 15 janvier 1944, au Metropolitan Opera. Riccardo : Jan Peerce, Renato : Leonard Warren, Amelia : Zinka Milanov, Ulrica : Kerstin Thorborg, Oscar : Frances Greer. Chœurs et orchestre de Metropolitan. Direction : Bruno Walter.
  • Enregistré les 4 et 9 septembre 1956, au Teatro alla Scala, Milan. Riccardo : Giuseppe Di Stefano, Renato : Tito Gobbi, Amelia : Maria Callas, Ulrica : Fedora Barbieri, Oscar : Eugenia Ratti, Silvano : Enzo Giordano, Samuel : Silvio Maionica, Tom : Nicola Zaccaria, Il Giudice : Renato Ercolani. Chœurs et orchestre de la Scala, Milan. Direction musicale : Antonino Votto. Double CD Naxos

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Brèque, Gilles de Van, Jean-François Boukobza, Jean-Claude Yon, Chantal Cazaux, Christophe Capacci, Jean Cabourg, Alfred Caron, Elisabetta Soldini, Joël-Marie Fauquet, Pierre Flinois, Jean-Charles Hoffelé, Christian Merlin, Denis Morrier, Alain Perroux, Timothée Picard, Didier van Moere, « Un bal masqué », Éditions Premières Loges, coll. L'Avant-scène opéra, Paris, 2007, 128 p. (ISBN 978-2-84385-236-7)
  • Gilles de Van, « Un ballo in maschera » dans Guide des opéras de Verdi, Jean Cabourg, directeur de la publication, Fayard, coll. Les Indispensables de la musique, Paris, 1990, pp. 755-826 (ISBN 2-213-02409-X)
  • Michel Orcel, Verdi. La vie, le mélodrame, Grasset, paris, 2001, pp. 215-226.
  • Piotr Kaminski, « Un ballo in maschera » dans Mille et un opéras, Fayard, coll. Les Indispensables de la musique, Paris, 2004, pp. 1613-1616 (ISBN 978-2-213-60017-8)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Istituto nazionale di studi verdiani
  • Ouvrages cités

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :