Un amour de Coccinelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un amour de Coccinelle

Titre original The Love Bug
Réalisation Robert Stevenson
Scénario Bill Walsh et Don DaGradi d'après le roman de Gordon Buford
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1968
Durée 108 minutes (1 heure et 48 minutes)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un amour de coccinelle (The Love Bug) est un film réalisé par Robert Stevenson sorti en 1968. Ce film a connu plusieurs suites et remakes, au cinéma et à la télévision.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jim Douglas est un pilote automobile qui aligne les défaites et commence à perdre de l'argent. Il vit chez un ami mécanicien se nommant Séraphin Steinmetz qui revient d'un séjour au Tibet chez des moines. Pour continuer sa carrière de pilote, Jim Douglas a besoin d'une voiture mais il manque d'argent.

En allant chez un concessionnaire automobile de luxe, il rencontre une certaine Carole. Dès que le propriétaire, Peter Thorndyke, remarque que Jim Douglas n'a pas les moyens, la Volkswagen Coccinelle, une voiture vivante, sort du garage par l'arrière et suit Jim sur le chemin du retour chez lui. De retour chez le concessionnaire, Jim Douglas rachète la voiture sur la proposition de Carole à bas prix pour que Peter Thorndyke s'en débarrasse. Mais les essais de Jim sont décevants, la voiture ne réagit pas comme il faudrait et il veut la revendre.

Carole annule son dîner de fiançailles avec Peter Thorndyke pour essayer la voiture et subit les mêmes réactions, la Coccinelle emmenant même Carole et Jim en balade à la campagne en bloquant les portes. Jim Douglas remarque que la Coccinelle est très rapide et décide de faire de la compétition avec elle.

Doté du célèbre n° 53 et avec son caractère rapide, la voiture rebaptisée Choupette est prête à gagner. Maintenant Choupette va affronter la dure loi de la compétition contre Peter Thorndyke, qui est épaulé par son fidèle assistant Havershaw.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources suivantes : Mark Arnold[1], IMDb[2]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source : Dave Smith[3], Mark Arnold[4] et IMDb[2]

Sorties au cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[5].

Origine et production[modifier | modifier le code]

Le scénario est basé sur l'histoire Car, Boy, Girl de Gordon Bufford[3]. Il est toutefois assez proche de la bande dessinée Mickey et l'auto magique écrite et dessinée par Dick Moores et publiée en octobre 1952[6]. L'acteur Dean Jones déclare dans le commentaire du DVD que Walt Disney a approuvé la production du film avant son décès après que l'acteur ait raconté le début des courses de voitures aux États-Unis[7],[8]. Parmi les titres possibles du film, on note Car, Boy, Girl, The Magic Volksy, The Runaway Wagen, Beetlebomb, Wonderbeetle, Bugboom et Thunderbug avant de finir par être nommé The Love Bug[8].

Le compositeur américain George Bruns, qui a composé la musique du film, a également composé les thèmes de films d'animation Disney tels que Merlin l'enchanteur (1963), Le Livre de la Jungle (1967) ou encore Les Aristochats (1970).

Les images d'ouverture du film avec le carambolage sont des images extraites du film Fireball 500 (1966) avec Frankie Avalon et Annette Funicello[9]. Le tournage s'est déroulé en Californie à San Francisco et la péninsule de Monterey[3]. Les scènes de course présentes au début du film ont été tournées, pour la plupart, sur le circuit de Riverside, en Californie[10],[11]. D'autres scènes ont été tournées au Laguna Seca Raceway à Monterey et Willow Springs Raceway à Willow Springs en Californie.

Le tournage de la scène où la coccinelle sautille sur l'eau a été duré un mois entier. La voiture était en fait reliée par des câbles avec un contrepoids et devait obligatoirement se contenter d'effleurer l'eau pour éviter d'être ralentie. La scène ne dure que quelques secondes dans le film.[réf. nécessaire]

Une scène supprimée au montage final, intitulée Voitures d'occasion, montrait Dean Jones allant voir un vendeur de voitures d'occasion avec d'aller dans la concession de Thorndyke[9],[12]. La scène est encore présente dans le script d'origine et une photographie en noir et blanc existe de Dean Jones parlant au vendeur de voiture. Une autre scène supprimée intitulée Terrain de jeu prévue pour la fin du film a été scénarisée et dessinée en storyboard et présenté Choupette jouant avec des enfants dans un terrain de jeu juste avant d'aller prendre Jim et Carole à leur mariage et partir en voyage de noces[9],[12].

Les acteurs[modifier | modifier le code]

Comme pour plusieurs productions de l'époque, le studio Disney utilise plusieurs acteurs ayant déjà tournés pour eux[13] comme Dean Jones dans L'Espion aux pattes de velours (1965) ou David Tomlinson (Thorndyke) dans Mary Poppins (1964). Même le réalisateur Robert Stevenson est un habitué du studio. L'actrice Yvette Mimieux avait été sélectionnée pour le rôle de Carole Bennett mais c'est Michele Lee qui a été choisie[8]. Bing Russell est le père de Kurt Russell[9].

La scène entre Buddy Hackett et Benson Fong parlant chinois n'est pas truquée, les deux acteurs conversant réellement dans cette langue[8].

Herbie-Choupette[modifier | modifier le code]

Choupette, la vedette des films de Walt Disney Pictures.

La voiture vedette du film est une Volkswagen Coccinelle modèle Sedan de 1963 de couleur blanc-crème avec un toit amovible gris, arborant un numéro 53 et des bandes de couleurs bleu-blanc-rouge comme les voitures de course[8]. Ce modèle de coccinelle américaine des années 1960 a la particularité d'avoir un pare-choc à deux étages, contrairement aux modèles produits en Europe qui n'en ont qu'un. Le scénario d'origine prévoyait une coccinelle rouge[8].

D'après Dean Jones, huit modèles ont été utilisés dans le film principalement pour les cascades dont l'un se coupait en deux et à plusieurs niveaux de destruction[7],[8]. Le nom de la voiture en version originale Herbie provient d'un sketch de l'acteur Buddy Hackett tandis que le numéro 53 a été attribué à la voiture en honneur au joueur de baseball Don Drysdale des Dodgers de Los Angeles[8] alors en fin de carrière. L'une des voitures modifiées pour le tournage était pourvue d'un moteur de Porsche 356.

Les bruits et sons de la voiture sont l'œuvre du bruiteur Jimmy McDonald[8], l'une des voix officielles de Mickey Mouse[14]. Une image du film utilisée à des fins promotionnelles montrent Séraphin se tenant à la portière droite pour équilibrer la voiture après que celle-ci ait perdu une roue, mais elle contient une erreur car le numéro 53 n'est pas inscrit sur la portière[9].

L'un des modèles a été acheté par Dean Jones[8]. Alors que Dean Jones évoque 8 voitures, une Coccinelle du film numérotée 10 a été repeinte en jaune pour figurer dans Un nouvel amour de Coccinelle (1974) dans une scène à la casse[15]. Ce véhicule a par la suite été présenté dans un spectacle World of Wheels puis acheté par le musée automobile de Swigart à Huntingdon (Pennsylvanie) en 1997 qui le conserva dans des entrepôts[15]. Il a été acheté en 2013 par un collectionneur et restauré en reprenant les couleurs d'origine du film mais en conservant les impacts de collision[15].

Autres voitures[modifier | modifier le code]

Au début du film, Thorndyke conduit une Jaguar Type E frappée du numéro 14. À la fin, au cours des deux épreuves de l'El Dorado, il pilote un modèle moins connu surnommé Thorndyke Special basé sur une Apollo GT de 1965, une voiture de sport produite entre 1962 et 1965 par International Motorcars, société basée à Oakland en Californie. L'une des deux voitures utilisées dans le film, modifiée par Max Balchowsky a été vendue sur eBay en 2004 et restaurée par un collectionneur privé[16].

Sortie et Accueil[modifier | modifier le code]

Le film est le plus important film au box-office américain en 1969[8],[17] et alors le second meilleur résultat après Mary Poppins en 1964[17]. Le film a été produit avec un budget de 4,2 millions d'USD[8] ou 5 millions d'USD[18] et a récolté 51,2 millions d'USD durant les 5 premiers mois d'exploitation[8]. Dean Jones déclare que cela fait du film l'un des dix plus gros bénéfices derrière Autant en emporte le vent (1939)[7],[8]. La société a participé à la promotion du film à hauteur de 1,5 millions d'USD[7],[8]. Malgré son succès c'est un film classé X qui gagne l'oscar du meilleur film pour l'année 1969, Macadam Cowboy[8].

Le 23 mars 1969, le parc Disneyland organise une journée spéciale pour le film avec un concours pour les visiteurs autorisés à amener leurs voitures Coccinelle décorées sur le parking et certaines à défiler sur Main Street, USA, jugé par Dean Jones[8]. Le prix du concours de la Coccinelle la mieux décorée était une réplique grandeur nature de Herbie-Choupette[8].

Le film ressort au cinéma en 1979 puis en vidéo en 1980 et 1992[3]. Le film a été diffusé en deux épisodes dans l'émission The Wonderful World of Disney le 23 et le 30 septembre 1979 sur NBC[19]. Le succès a poussé le studio à produire plusieurs suites, trois films et une série télévisée[17].

Analyse[modifier | modifier le code]

Leonard Maltin indique que le succès du film a pris la plupart des membres du studio par surprise[17]. Le film comprend de nombreuses folles courses-poursuites, effets spéciaux, des jeux d'acteurs agréables et de la comédie bouffonne[17]. Pour Dean Jones l'approbation par Walt Disney est une explication au fait que ce film posthume sorti en 1969 soit si proche des productions fait du vivant du fondateur du studio Disney[7],[8]. Le succès extraordinaire du film rappelle celui de Mary Poppins (1964) et donne l'impression que le studio sans Walt est capable de ce qu'il faut, ce qui est assez vrai durant les années 1960 et le début des années 1970 avant que la tempête se lève[8].

Mark Arnold écrit que le film Un amour de Coccinelle et la quintessence de Disney et que même si la franchise est à nouveau en sommeil après plusieurs remakes (un téléfilm en 1997 et un film en 2005) il est persuadé qu'elle serait de nouveau utilisée dans le futur[9]. Toutefois le film ne possède pas d'adaptation en attraction dans les parcs Disney[9].

Michele Lee se souvient que durant le tournage à la fois Martin Luther King et Robert Kennedy ont été assassinés ce que Mark Arnold considère comme ironique à la vue du thème du film[8].

Adaptations et produits dérivés[modifier | modifier le code]

Le film La Cane aux œufs d'or (19171) comporte une référence à Un amour de Coccinelle en montrant dans la course-poursuite à la fin du film, une Volkswagen Coccinelle avec la même plaque d'immatriculation OFP 857[20].

Audiovisuels[modifier | modifier le code]

Parcs et loisirs[modifier | modifier le code]

La voiture apparaît régulièrement dans des parades de voitures du parc Disney's Hollywood Studios[9] ainsi que dans les deux versions du spectacle de cascades Moteurs, Action! au parc Walt Disney Studios et à Disney's Hollywood Studios.

L'hôtel Disney's All-Star Movies Resort de Walt Disney World Resort à Orlando en Floride comporte deux bâtiments (les 6 et 7) thématisés sur le film[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 38.
  2. a et b (en) Un amour de Coccinelle sur l’Internet Movie Database
  3. a, b, c et d (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 335-336
  4. (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 39.
  5. (en) Un amour de Coccinelle sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Base I.N.D.U.C.K.S : W OS 427-00 The Wonderful Whizzix
  7. a, b, c, d et e Commentaire audio de « Un amour de Coccinelle », disponible sur le DVD de l'édition Ciné Famille du film
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 43.
  9. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 44.
  10. (en) Jerry Rice, « Starring Role; Riverside's Location Just Outside Hollywood », Riverside Magazine, Fred H. Hamilton, vol. 2, no 3,‎ 2009, p. 26
  11. (en) Sam Smith, « Shelby, American », Road & Track, vol. 65, no 8,‎ May 2014, p. 65
  12. a et b Bonus de « Un amour de Coccinelle », disponible sur le DVD de l'édition Ciné Famille du film
  13. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 259.
  14. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 339
  15. a, b et c (en) « The Love Bug Reunion », sur http://barnfinds.com/,‎ 8 novembre 2013 (consulté le 7 juillet 2014)
  16. (en) « The Thorndyke Special », sur http://barnfinds.com/,‎ 7 novembre 2013 (consulté le 7 juillet 2014)
  17. a, b, c, d et e (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 260.
  18. (en) Aubrey Solomon, Twentieth Century Fox: A Corporate and Financial History, Lanham, Maryland, Scarecrow Press,‎ 1989, 300 p. (ISBN 978-0-8108-4244-1), p. 163
  19. (en) The Wonderful World of Disney - Episode List - Season 26 sur l’Internet Movie Database
  20. (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 95.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]