Un Yankee à la cour du roi Arthur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le film de Tay Garnett, voir Un Yankee à la cour du roi Arthur (film).
Un Yankee à la cour du roi Arthur
Image illustrative de l'article Un Yankee à la cour du roi Arthur
Page de garde de 1889 par Daniel Carter Beard.

Auteur Mark Twain
Genre Roman
Version originale
Titre original A Connecticut Yankee in King Arthur's Court
Éditeur original Charles L. Wesbter & Co.
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine États-Unis
Date de parution originale 1889
Version française
Traducteur Freddy Michalski
Éditeur L'Œil d'or
Date de parution 2013
Nombre de pages 410
ISBN 978-2-913661-56-1

Un Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur (A Connecticut Yankee in King Arthur's Court) est un roman de Mark Twain publié en 1889.

Le roman est une œuvre satirique et humoristique qui présente l'Angleterre du VIe siècle et sa culture médiévale à travers les yeux de Hank Morgan, un habitant du Connecticut au XIXe siècle qui, après un coup sur la tête, se réveille pour se retrouver inexplicablement transporté à l'époque du roi Arthur.

Résumé[modifier | modifier le code]

Au cours d’une bagarre dans une de ses usines, un Yankee, self-made man audacieux, Hank Morgan, se retrouve subitement projeté treize cents ans en arrière, à la cour du roi Arthur. « Que peut faire un homme entreprenant, opportuniste et inventif, au milieu d’individus comme sire Galaad, sire Lancelot ou Merlin l’Enchanteur, ce magicien de pacotille ? » Telle est la question qui se pose à lui dès son arrivée. Immédiatement, la réponse lui apparaît : « Devenir le boss ! » Il n'aura de cesse, dès lors, de reconstruire son paradis perdu, et de faire de cette Grande-Bretagne médiévale une Amérique des débuts de l’ère industrielle.

Thèmes du roman[modifier | modifier le code]

Si Un Yankee à la cour du roi Arthur a une riche postérité, c’est que ce roman s’inscrit dans une tradition de récits de voyages fantastiques qui sont autant de satires sociales. La matière initiale de ce récit est le Graal, dont Twain sait faire saillir la dimension parfois comique. La deuxième source du récit de Twain est le personnage d’Arlequin, dont les multiples voyages, notamment sur la lune, sont l’occasion de scènes cocasses où il se plaît à répéter que les hommes, en tous lieux et en toutes époques, sont semblables. Mark Twain va ajouter, au voyage dans l’espace, le voyage temporel, ajoutant à la sociologie comparée, une réflexion sur les permanences et changements des organisations politiques et sociales. Ainsi, son récit va permettre, non seulement, une comparaison entre le Yankee et l’Englishman, mais aussi une comparaison entre le féodalisme médiéval et l’évolution de la condition humaine, au dix-neuvième siècle. Cette intuition politique, Twain la partage avec son contemporain anglais, William Morris qui, dans Un rêve de John Ball (A Dream of John Ball, 1886), se représente voyageant en 1381, pour rencontrer John Ball, le meneur d’une révolte paysanne, avec lequel il va discuter de l’évolution de la condition ouvrière. Mais là où Morris demeure didactique, Twain n’écrase jamais son récit, son sens burlesque et son art distancié du commentaire sociologique, sous ses intuitions politiques et morales. Il demeure, en cela, un ironiste de premier ordre, un critique, un lucide, qui scrute le monde avec aux lèvres un sourire généreux, et, chevillé au cœur, un sens aigu de la faiblesse humaine, de ses vanités, mais aussi de son enthousiasme sans cesse recommencé[1].

Par ailleurs, Twain joue une fois de plus de la langue, pastichant en divers endroits les romans médiévaux.

Influences du roman[modifier | modifier le code]

Un Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur appartient à ces classiques dont l’évidence invisible structure la littérature et la culture populaire sans que cette influence soit explicitée. En cela, ce roman de Mark Twain rejoint les grandes œuvres de la littérature occidentale, dont la portée mythique a fait oublier l’œuvre même.

Des œuvres aussi différentes que l’album de Tintin Le Temple du Soleil et plusieurs séries télévisées, dont MacGyver portent l’empreinte de ce roman de Mark Twain.

Dans Le Temple du Soleil, Tintin échappe au bûcher grâce à sa connaissance des dates de l’éclipse du soleil – un artifice inventé par le héros de Twain.

Dans MacGyver un double épisode de la saison 7 (épisodes 7 et 8 : MacGyver le preux (Good Knight MacGyver), le héros reçoit un coup sur le crâne et se retrouve à la cour du Roi Arthur, où son sens du bricolage en fait un chevalier de premier ordre. Cette incursion du mythe à la télévision est d’ailleurs devenue un lieu commun : plusieurs séries ont recours, à un moment ou un autre, à son épisode « Connecticut Yankee », où un Américain se retrouve à l'époque médiévale.

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

  • Un Yankee à la cour du roi Arthur, traduit par Odette Ferry et Jacques de Plunkett, Éditions de la Paix, 1950 (traduction tronquée)
  • Un Américain à la cour du roi Arthur, traduit par F. Savdi, O.D.E.J., 1959 (traduction tronquée)
  • Un Yankee à la cour du roi Arthur, traduit par Freddy Michalski, Éditions L'Œil d'or, 2013 (première traduction intégrale)

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

À la télévision

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Postface de Jean-Luc A. d'Asciano et David Meulemans in Un Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur, L'Œil d'or, Paris, 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]