Un Canadien errant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un Canadien errant est une chanson écrite en 1842 par Antoine Gérin-Lajoie après la Rébellion du Bas-Canada de 1837-1838, lors de laquelle certains des rebelles ont été condamnés à mort et d'autres ont été exilés aux États-Unis et en Australie.

Gérin-Lajoie a écrit la chanson sur le thème de la peine de l'exil en passant ses examens classiques au Séminaire de Nicolet.

Portée symbolique[modifier | modifier le code]

La chanson est devenue un hymne pour certains groupes de Canadiens qui ont à un certain point vécu la peine de l'exil. En plus des exilés après la Rébellion du Bas-Canada, la chanson tient une importance particulière pour les rebelles dans la Rébellion du Bas-Canada et pour les Acadiens déportés de leur foyer durant la déportation des Acadiens de 1755-1763. Il y a également une version acadienne de la chanson connue sous le titre Un Acadien errant.

Paroles originales[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Un Canadien errant (info)
Musique d'Un Canadien errant

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
Un Canadien errant,
Banni de ses foyers,
Parcourait en pleurant
Des pays étrangers.
Un jour, triste et pensif,
Assis au bord des flots,
Au courant fugitif
Il adressa ces mots:
"Si tu vois mon pays,
Mon pays malheureux,
Va, dis à mes amis
Que je me souviens d'eux.
"Ô jours si pleins d'appas
Vous êtes disparus,
Et ma patrie, hélas!
Je ne la verrai plus!
"Non, mais en expirant,
Ô mon cher Canada!
Mon regard languissant
Vers toi se portera..." [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Un Canadien errant», L'Encyclopédie Canadienne / Encyclopédie de la musique au Canada