Un Américain bien tranquille (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Un Américain bien tranquille.
Un Américain bien tranquille
Auteur Graham Greene
Genre Roman
Version originale
Titre original The Quiet American
Éditeur original Heinemann
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Date de parution originale 1955
ISBN original N/A
Version française
Traducteur Marcelle Sibon
Éditeur Robert Laffont
Collection Pavillons
Date de parution 1956
Nombre de pages 349
ISBN N/A

Un Américain bien tranquille (The Quiet American) est un roman de l'écrivain britannique Graham Greene, publié en 1955. Il a été adapté au cinéma à deux reprises, en 1958 et en 2002.

Résumé[modifier | modifier le code]

Situé à Saïgon (Viêt Nam) au début de l'année 1952, pendant la guerre d'Indochine, il dépeint deux conflits simultanés : d'une part, un triangle romantique entre le journaliste britannique vétéran Thomas Fowler, le jeune Américain Alden Pyle, membre d’une mission d’aide médicale, et la jeune amie vietnamienne de Fowler, Phuong ; d'autre part, la découverte progressive par Thomas Fowler de la véritable personnalité d'Alden Pyle, agent sous couverture de la CIA apportant du soutien logistique au Général Thé qui commettra des attentats contre les Français, attribués au Viet Minh, grâce à des explosifs importés clandestinement. Toutefois, l'intérêt du portrait psychologique des personnages est l'apparente sincérité de Pyle dans ses sentiments envers Phuong, et l'absence totale de culpabilité dont il fait preuve tant dans son entreprise de déstabilisation terroriste que dans la façon dont il ravit à Fowler sa maîtresse. Ce trait de caractère, peut-être caractéristique[1], est semble-t-il ce qui donne son titre au roman.

Le roman s'ouvre sur la découverte du cadavre d'Alden Pyle, et se développe en flashback.

Jugement critique[modifier | modifier le code]

D'une claire linéarité dans son déroulement, en dépit de la succession des flashback, ce roman, qui fait le procès de l'esprit américain, est par ailleurs d'une grande précision dans la description du Saïgon de l'époque : Fowler habite rue Catinat - ancien nom de la rue Đồng Khởi, au cœur de l'ancienne ville coloniale française - il travaille pour le London Times au 73c de la rue d'Ormay.

« Une réussite éblouissante d'équilibre et d'écriture »

— Laffont - Bompiani, Nouveau Dictionnaire des œuvres[2]

Éditions[modifier | modifier le code]

  • The Quiet American, Londres, Book Society edition - Heinemann, décembre 1955 ; New-York, Doubleday, 1956
  • Un Américain bien tranquille, traduction Marcelle Sibon, Paris, coll. Pavillons, Robert Laffont, 1957 ; réédition 10-18, 2003 (ISBN 2-264-03794-6)

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’“inculpabilité” comme fondement de la psychologie américaniste
  2. Laffont - Bompiani, Nouveau Dictionnaire des œuvres de tous les temps et de tous les pays, vol. 1, 1994, p. 174.