Ulrich II de Carinthie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ulrich II de Carinthie (né vers 117610 août 1202), parfois nommé Ulrich de Sponheim, fut duc de Carinthie de 1181 à 1202.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ulrich II est le fils de Herman II de Carinthie et de son épouse Agnès d'Autriche une fille du duc Henri II Jasomirgott de la maison des Babenberg. Son oncle est Pilgrin Ier le Patriarche d'Aquilée (mort en 1161) [1]. En 1192 il confirme une donation de son père au monastère de Saint-Paul[2].

Lorsque l' Empereur Henri VI lance à Bari un appel pour organiser une croisade en 1195, Ulrich est l'un des nombreux membre de l'aristocratie qui adhèrent au projet [3] bien qu'un certain nombre d'entre eux aient à peine atteint l'âge adulte.[4]

Partant en mars 1197, ces nobles et leurs troupes traversent l'Italie et la Sicile pour s'embarquer à l'été. La flotte principale arrive à Acre en septembre 1197 [5] La croisade se termine après les prises de Sidon et de Beyrout. Henri VI meurt de la fièvre à Messine dès le 28 septembre 1197 et ses troupes se dispersent. Quand la noblesse de haut rang apprend la nouvelle, elle décide de retourner immédiatement en Allemagne afin de défendre ses intérêts lors de la nouvelle élection impériale qui s'annonce indécise.[6]

Une donation Ulrich au profit de l'abbaye Saint-Georges près de Sankt Georgen am Längsee est enregistrée le 31 mars 1199. Selon l' obituaire du monastère de Seckau Ulrich meurt le 12 août 1202.[2]. Il disparait sans alliance ni postérité et sa succession est assurée par son frère cadet Bernard de Carinthie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) U. Bannato, « I Patriarchi Ghibellini di Aquileia »,‎ 11 février 2008 (consulté le 2014-05-02)
  • (en) Charles Cawley, Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy,‎ 2012 (lire en ligne), « Carinthia »
  • (en) Cynthia J. Cyrus, Received Medievalisms: A Cognitive Geography of Viennese Women’s Convents, Palgrave Macmillan,‎ 2013-06-13 (ISBN 978-0-230-39359-2, lire en ligne)
  • (en) G.A. Loud, The Crusade of Frederick Barbarossa: The History of the Expedition of the Emperor Frederick and Related Texts, Ashgate Publishing, Ltd.,‎ 2010 (ISBN 978-1-4094-0681-5, lire en ligne)
  • (en) John Julius Norwich, A Short History of Byzantium, New York, Vintage Books,‎ 1997 (ISBN 0241953057)
  • (en) Steven Runciman, Zsolt Hunyadi et József Laszlovszky, Central European University. Dept. of Medieval Studies, The Crusades and the Military Orders: Expanding the Frontiers of Medieval Latin Christianity, Central European University Press,‎ janvier 2001 (ISBN 978-963-9241-42-8, lire en ligne)
  • (en) Kenneth M. Setton, Robert Lee Wolff et Harry W. Hazard, The Later Crusades, 1189–1311, Univ of Wisconsin Press,‎ 15 décembre 1969 (ISBN 978-0-299-04844-0, lire en ligne)